NEW WAY

Une ville mise sous quarantaine où des personnes se découvrent des pouvoirs.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 English summer rain [libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
June Watson [Attente]
Strange Girl
avatar

Nombre de messages : 33
<b>Age</b> : 18 ans
<b>Occupation</b> : Etudiante en beaux-Arts/Vendeuse de popcorn et de bonbons au cinéma
<b>Pouvoir</b> : Figer/ralentir les molécules par conséquent intervenir sur le temps.
Date d'inscription : 24/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Tourmentée
Pensée du Moment:
Relations:

MessageSujet: English summer rain [libre]   Dim 27 Juil - 11:50

June qui venait de s'asseoir dans l'herbe près de la rivière en tailleur avait fermé pendant quelques instants les yeux et profitait du soleil, souverain, de cette belle et riante journée. Son carton à dessins posé à côté d'elle, elle l'ouvrit d'un geste brusque et jeta un coup d'oeil agacé à l'intérieur. Elle trouvait ses dessins vraiment mauvais depuis quelques temps... Pourquoi ? Que lui arrivait-il donc ?? L'étudiante ne le savait que trop bien... Il fallait absolument qu'elle pense à autre chose qu'à ce "jour" ou en tout cas qu'elle l'utilise et le mette au service de ses dessins, oui, c'est à travers ses dessins qu'elle réussirait à canaliser sa crainte. Pourtant, quel sentiment étrange, ce n'était pas de la simple peur qu'elle ressentait mais plutôt un mélange ambigu d'incompréhension et d'impuissance. Une réalité bien plus complexe et bien plus confidentielle qui se dérobait et s'évanouissait un peu plus à chaque efforts pour la retenir. June se rappelait parfaitement ce qui c'était passé "après" son évanouissement lors de l'explosion, elle c'était retrouvé à proximité d'un entrepôt, là où elle avait voulu s'y abriter elle s'en souvenait mais alors qu'elle tatonnaît dans le nuage qui l'environnait, c'était déjà trop tard. Puis, elle était rentrée rapidement chez elle tremblante et les yeux hors de tête... Peur, oui elle avait dû flanquer une sacrée trouille à sa soeur... Frôlant avec son doigt ses paupières douloureuses, elle continua d'examiner ses travaux d'un oeil critique.

En prévision du travail qu'on lui avait demandé à l'université, la jeune brune entreprit de saisir une feuille vierge puis avec un fusain commenca un rapide croquis de ce qu'elle voyait, mais en accentuant un côté beaucoup plus tortueux et sinueux tel un serpent pour la rivière. Après quelques esquisses, mécontente, elle soupira et déchira violemment sa feuille avant de s'affaler sur le dos dans l'herbe. Regardant les nuages, elle mit ses deux mains sous sa nuque en guise d'appui-tête et se perdit dans les contours indécis de ces formes cotonneuses. Les arbres quant à eux, ne laissaient pas ou très peu filtrer les rayons du soleil, à travers leur épais branchage. Pins, saules, peupliers projetaient leur immense ombres sur les bords de la rivière. Ombres grimaçantes et menaçantes qui semblaient à tout moment vouloir l'engloutir. Ces géants se transformant en squelettes l'hiver donnaient un caractère enchanteur à la scène, la rivière coulant à proximité, la voûte céleste peinte d'un bleu azur.

I was alone, falling free,
trying my best not to forget,
what happened to us, what happened to me,
what happened as i let it slip.


Les yeux mi-clos elle se mit à chantonner doucement une chanson du groupe Placebo qu'elle aimait tout particulièrement. Les cumulus semblaient s'amuser à jouer au chat et à la souris, dans une course effrénée et infini. Le temps, le temps qui lui passait à l'image de ces nuages et de cette rivière paisible, immuable et indifférent, qu'on ne peut arrêter. Résignée, elle aurait tant voulu se dérober à son emprise, s'extraire de son étau... Impossible. Le temps joueur cruel, gagnait à chaque fois, vieillissant les déchus et les vertus et balayant ce qui a été. Pourtant, depuis quelques temps, June avait une appréhension plus légère à ce sujet, comme ci elle ne faisait que décroître, semblant pouvoir dominer la situation... Comment expliquait-elle cela ? Justement elle ne l'expliquait pas. Peut-être de la résignation tout simplement. Un oiseau qui chantait dans un arbre avoisinant, la sortie quelque peu de ses pensées avant que ses paupières de plus en plus lourdes tombent d'elles-mêmes.

Elle dut s'assoupir car son esprit se vida entièrement dans une torpeur délicieuse et n'entendit même pas un furtif bruit de pas qui se rapprochait de l'endroit où elle se trouvait .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joe Kenter
the punk are not dead
avatar

Nombre de messages : 77
Age : 27
<b>Age</b> : 20
<b>Occupation</b> : mécanicen/étudiant
<b>Pouvoir</b> : cryokinésie
Date d'inscription : 23/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: mausade
Pensée du Moment: que c'est il passé?
Relations:

MessageSujet: Re: English summer rain [libre]   Dim 27 Juil - 17:23

Joe avait prévu de passer sa début d'après-midi jouer du violon mais les voisins en avaient décidé autres choses. Il jouait son premier morceau de musique classique quand Les voisins étaient partis tambouriner à la porte en menaçant d'appeler la police si ce vacarme continu. C'était encore une prévue du manque de culture des personnes ou d'intérêt de certaine personne pour la musique. Ils avaient proféré des menaces et des insultes lorsque Joe leur avait ouvert la porte à la vue de son look. Joe avait dû embarquer son violon ainsi que des partitions pour trouver un endroit tranquille où il pourrait exposer son art sans que personne ne vienne l'insulté ou l'empêcher d'exposer d'épanouir son talent.

Joe avait passé une début d'après-midi à errer dans les rues de New Way pour trouver un lieu adéquate à l'expression de son art. Il avait pensé au parc mais sa dernière visite avait été plus défavorable à une nouvelle expérience de ce type. Il ne connaissait pas bien la ville et les coins tranquilles. Il aurait pu demander conseil aux passants mais ces derniers l'esquivaient car il le prenait pour un drogué ou bien un voleur, il y avait des milliards d'explications de ces gens hypocrites. Ces gens la ne pensent qu'à leur petite personne et à leur fric.

Après quelques heures de recherche Joe tomba sur une rivière presque à la sortie de la ville, c'était un endroit idéale, c'était calme et il y avait personne. Personne ne c'est du moins que Joe n'avait pas remarqué une personne qui était cachée derrière un arbre et qui dessinait quelque chose sur une feuille. Joe mit du temps a la remarquer, et quand il la vit il décida de ne pas la déranger et alla s'installer a quelque mètre plus loin pour ne pas la déranger durant son travail. Il n'aimait pas être dérangé quand il travaillait sur quelque chose donc il ne voulait pas embêter la jeune fille. Elle avait l'air tellement absorbait parce qu'elle faisait que Joe avait peur de la déranger avec son violon. Il décida d'avancer un peu plus d'être environ à quinze mètres. Joe installa son pupitre et sorti son violon de l'étui. Ce dernier avait quelque marque de poussière. Joe le dépoussiéra délicatement avec un torchon.

*J'espere que je ne la dérangerai pas*

Joe avait pris une partition d'André Rieu pour pouvoir se détendre et oublier ces tracas quotidiens en jouant. Il était concentré et commença à jouer. Jour de la musique et faire de la mécanique étaient les seuls choses qui lui faisaient oublier cette terrible journée avec cette qu'il n'avait qu'un flot de question en continu et qu'il n'avait jamais de réponse à cette question. Il aurait aimé rencontrer des personnes qui étaient resté dehors pour savoir si quelque chose avait changé. Joe commençait à s'emporter dans sa musique faisant de plus en plus de cette mélodie un chant puissant qui aurait été propager par le vent comme une brise d'été. Après avoir fini son morceau, Joe s'allongea sur l'herbe en regardant les nuages. Joe laissa libre court à son imagination en voyant différente choses que lui seul pouvait voir.

Après quelques minutes il se releva et comment ça une nouvelle chanson. Il y metit toute la tendresse qu'il éprouvait ainsi que l'amour qu'il éprouvait pour ses parents. Le bruit que le violon dégageait arrivait à faire ressentir ses émotions mais Joe ce souvenu que quelques mètres près de la rivière il y avait une demoiselle qui dessinait et qu'il ne fallait pas la dérangeait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June Watson [Attente]
Strange Girl
avatar

Nombre de messages : 33
<b>Age</b> : 18 ans
<b>Occupation</b> : Etudiante en beaux-Arts/Vendeuse de popcorn et de bonbons au cinéma
<b>Pouvoir</b> : Figer/ralentir les molécules par conséquent intervenir sur le temps.
Date d'inscription : 24/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Tourmentée
Pensée du Moment:
Relations:

MessageSujet: Re: English summer rain [libre]   Dim 27 Juil - 22:28

June qui c'était redressée quelque peu en entendant à proximité d'elle un doux son de violon, chercha surprise, des yeux qui pouvait jouer ainsi. Après avoir balayé du regard les alentours, elle aperçut finalement à quelques mètres d'elle un garçon plutôt grand, brun jouant du violon d'où s'échappait une douce mélopée qui faisait ressurgir une foule de souvenirs en elle, bref, un instant incomparable, hors du temps. L'expression de l'être même. June, remarqua que le vent c'était brusquement levé, agitant doucement, comme un murmure rêveur, les branchages des arbres. La brunette qui contemplait d'un air absent la rivière, repensait à son enfance, à ses parents qu'elles n'avaient jamais connu et tous ces mystères les enveloppant. A présent, les mystères la poursuivaient toujours autant. A la fac, elle qui passait généralement inaperçue, se faisait bizarrement dévisagée sans raison, enfin sans raison...pour elle. Il ne fallait pas non plus sombrer dans la paranoïa mais tout le monde était si soupçonneux depuis l'incident de ce 13 Octobre. June qui n'était pourtant pas supersticieuse ne put s'empêcher de penser que la catastrophe c'était produit un vendredi 13.

Elle se reprit vite et secoua un peu la tête, puis, se levant elle s'avanca jusqu'à la rivière, dont le soleil faisait miroiter la surface et trempa une de ses mains dans l'eau tranquille et cristalline, la passant sur son front et ses joues pâles, elle savoura cette fraîcheur sur sa peau. Une image s'incusta soudainement dans sa tête, elle, allongée sur une table, en train d'être disséquée par une troupe de scientifiques qui avaient réussi à découvrir que June était restée dehors. Une image qui ne lui était pas étrangère puisque pratiquement chaque nuit elle faisait le même rêve, non, plutôt le même cauchemar. S'aspergeant aussitôt le visage d'eau, elle tenta de chasser ce tableau de sa tête et reporta son attention sur ce qui l'environnait. Là-bas, sur l'autre rive, la cabane du pêcheur se dressait fière et simple, n'ayant pas à se soucier des problèmes et des dilemmes des Hommes. Quand elle entendit Joe entamer une nouvelle et toute aussi jolie chanson à l'aide de son violon, elle l'écouta jusqu'au ne faisant pas le moindre bruit pour ne pas le déconcentrer et apprécier la musique jusqu'au bout. La musique, une autre grande passion pour la jeune brune.

Quelques personnes faisaient à présent leur apparition sur la rive, un homme avec son chien, une mère avec ses deux enfants, un petit gamin qui s'amusait à lancer des cailloux dans l'eau clair. Le temps, au beau fixe, semblait attirer les gens tel des guêpes attirés par la confiture.

La chanson, mélancolique et tendre en même temps, achevée, vacillante June sentit bien que c'était bien plus qu'une simple chanson et qu'elle témoignait de sentiments enfouient au plus profond de l'âme. Alors, après un court instant de silence, June applaudit timidement, espérant ne pas faire l'importune. Tournant la tête vers Joe, elle esquissa un léger sourire et articula doucement, à mi-voix :


- Sublime.


Dernière édition par June Watson le Lun 28 Juil - 13:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joe Kenter
the punk are not dead
avatar

Nombre de messages : 77
Age : 27
<b>Age</b> : 20
<b>Occupation</b> : mécanicen/étudiant
<b>Pouvoir</b> : cryokinésie
Date d'inscription : 23/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: mausade
Pensée du Moment: que c'est il passé?
Relations:

MessageSujet: Re: English summer rain [libre]   Lun 28 Juil - 1:03

Joe s'apprêtait à jouer du violon quand, il remarqua qu'autour de lui des personnes étaient en train de bouger. C'était peut-être des animaux, il ne savait pas et il ne voulait pas faire attention sur ce qui passait autour de lui. C'était pour Joe une manière de s'échapper de son enveloppe charnel et de voyager à travers les saisons, les continents. C'était bien la seule forme de liberté qu'on ne pouvait pas lui enlever. Joe jouait les notes, il les connaissait toute, il avait passé des journées à apprendre ses mélodies, il avait tellement travaillé qu'il les connaissait par cœur. Les passages qui lui semblaient difficiles par le passé ce révélé facile et il maniait avec une telle aisance qu'il aurait presque pu aller au conservatoire mais sa méthode d'apprentissage n'était pas conventionnel, Joe n'avait pas appris l'arpège comme les autres il c'était seulement contenté d'écouter les musiques et de les répéter. C'était une méthode très longue, éprouvante que peux de personne pratiquait. Joe fermait les yeux, dans cette chanson c'était la toute sa frustration qu'il évacuait de son corps pour ne gardait en lui que des sensations apaisantes. Joe aurait voulu retourner dans le passé pour pouvoir rentrer dans ce bunker pour ne pas à subir ce traumatisme. Maintenant Joe pensait à ça tous les jours. Les pensées de Joe ce transformaient en une musique unique, Celle-ci n'était pas guidé par le cerveau de Joe mais par son cœur. C'était l'âme ce celui-ci qui s'exprimait. Tel un lion en cage qui ne demande qu'à s'évadait. Quand Joe fini sa mélodie et que la bête tapis en lui avait fini de s'exprimer la musique ce tue.

Ayant fini de jouer il remarqua qu'en faite les personnes qui l'entouraient et il était déboussolé avec toutes ces personnes, Joe n'avait pas l'intention de jouer de la musique devant ces personnes et celle-ci ne paraissait pas trop ici pour la musique mais pour le cadre paradisiaque qui les entouraient. Jusqu'au moment où il entendit

Sublime

Il regarda la personne qui l'avait dit. Il s'agissait de June, il s'agissait de la jeune demoiselle qu'il avait rencontrée auparavant, il s'agissait de June Watson. Il la regarda d'un air désolé, il s'avança vers elle. Il était désolé, il avait interrompit June dans son travail. Cette dernière avait l'air tellement concentré qu'il ne pouvait ce le pardonner.

Désolé de t'avoir embêter avec cette musique, je ne voulais pas te déranger durant ton travail, j'espère que tu m'en veux pas ? Je ne me le pardonnerai pas.

Il y avait de plus en plus de monde qui affluer tel des charognes sur un cadavre, bientôt la tranquillité des lieux n'était plus. Joe regardait autour de lui, il y avait facilement 5personnes de plus qui venaient profaner cette paix qu'il y avait avec la nature. Maintenant on entendait les cri des enfants tristes ou joyeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June Watson [Attente]
Strange Girl
avatar

Nombre de messages : 33
<b>Age</b> : 18 ans
<b>Occupation</b> : Etudiante en beaux-Arts/Vendeuse de popcorn et de bonbons au cinéma
<b>Pouvoir</b> : Figer/ralentir les molécules par conséquent intervenir sur le temps.
Date d'inscription : 24/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Tourmentée
Pensée du Moment:
Relations:

MessageSujet: Re: English summer rain [libre]   Lun 28 Juil - 13:05

Distinguant mieux l'individu malgré le soleil qui l'aveuglait June reconnut Joe, un garçon qu'elle avait rencontré à la piscine. En l'écoutant, elle commenca à rire un peu à sa remarque concernant le fait qu'il ne voulait surtout pas la déranger dans son travail et qu'il était désolé.

-Non, je te rassure, tu ne me dérange en aucune façon... Et puis, même si je travaillais ce n'est pas une aussi jolie musique qui me dérangerait de toute manière.

June sourit un peu en voyant le drôle d'air que Joe faisait à l'arrivée des nouveaux visiteurs qui affluaient à présent pour ne pas perdre une miette de soleil. Après s'être mise debout, June s'approcha un peu de l'endroit où se situait Joe, celui-ci son violon à la main intriguait et retenait l'attention des passants et autres promeneurs. Elle reprit finalement, après avoir remit une mèche de ses cheveux derrière son oreille :

-Et puis, cette musique s'accorde merveilleusement bien à la nature, comme si ils ne faisaient plus qu'un...Bref, ici est l'endroit idéal.

June fixant intensèment un point invisible sur le mur d'en face s'interrompit un instant. Une grosse mouche grasse qui jouait dans les rayons d'or de l'astre du jour voletait à présent près des deux jeunes se posant parfois dans l'herbe. Elle la suivit du regard comme hypnotisée.

Un énormé "splaaouchh" la fit sortir de son étrange coma et celle-ci reporta son attention sur la rivière dont on venait apparemment de troubler le sommeil. Un enfant venait justement de sauter à pieds joints dans la rivière, en maillot de bain, pour se rafraîchir.

-Enfin, Nous ne sommes pas les seuls à profiter du beau temps.

Elle sourit à demi observant barboter tranquillement, le gamin qui envoyait de temps en temps des gouttes d'eau aux promeneurs qui s'accrochaient tel des paillettes étincelantes sur leur vestes, pantalons et autres vêtements.

Une ombre vint pourtant s'infiltrer dans le tableau... Deux scientifiques qui parlaient entre eux avidemment et semblaient tous deux chercher quelqu'un. Tous en discutant, ils inspectaient les lieux, adressant de temps à autres de grands sourires ironiques et faussement rassurant aux gens qui les entouraient. June qui avait détourné la tête, une pointe d'inquiétude se refléta dans ses yeux. Elle se rassit, en tailleur. Déjà, les scientifiques interrogeaient une femme, June entendait la voix fluette et pourtant bien distincte de celle-ci. Rousse, petite, plutôt maigre, la femme devait avoir dans les 45 ans, le visage osseux elle parlait avec animation et emportement avec les deux scientifiques qui l'écoutait un moue d'approbation se peignant sur leur visage. Après quelques mintues, la femme satisfaite d'avoir put s'exprimer et les hommes de sciences n'yant plus de questions à lui poser, elle alla prendre par la main son fils, un petit rouquin, qui jouait un peu plus loin avec deux autres enfants et quitta à pas saccadés la rivière. Les chercheurs, s'approchaient à présent de June et de Joe, grands, un chauve, l'autre blond, il se tenaient tout d'eux à proximité des jeunes, jetant de furtifs coup d'oeil autour d'eux, épiant tel des vautours. Après quelques intants, immobiles face à la rivière, ils se détournèrent enfin et continuèrent leur chemin à travers les arbres qui bordaient de part et d'autres la rivière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joe Kenter
the punk are not dead
avatar

Nombre de messages : 77
Age : 27
<b>Age</b> : 20
<b>Occupation</b> : mécanicen/étudiant
<b>Pouvoir</b> : cryokinésie
Date d'inscription : 23/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: mausade
Pensée du Moment: que c'est il passé?
Relations:

MessageSujet: Re: English summer rain [libre]   Lun 28 Juil - 17:10

Joe regardait la jeune brunette, il était vraiment désolé de ce qu'il l'avait fait. D'habitude tout le monde lui jeter des pierres.soit disant que c'était du bruit, certains avait même qualifié ça de cacophonie. Depuis ce jour, Joe n'osait plus jouer en public, Il n'aimait pas ce faire critiquer sur sa musique. La végétation n'était plus calme, des parasites étaient vensu la corrompre et brisait cette si belle harmonie. Les rapaces étaient sur leurs gardes près à frapper n'importe ùu n'importe quand. Tel les sauterelles des 7 plaie de l'Egypte qui avait la belle Egypte pour la laisser à l'état de ruine. Joe ressentait une présence oppréssante dans cette il ne savait pas quoi, mais quelque chose n'était pas comme avant. Joe sentait le souffre mais il savait pas quoi ou qui mais Joe s'empressa de se retourner vers June qui lui répondait.

-Non, je te rassure, tu ne me dérange en aucune façon... Et puis, même si je travaillais ce n'est pas une aussi jolie musique qui me dérangerait de toute manière.

Joe fut rassuré lors que La demoiselle lui dit ceci. Mais il aurait quand même du faire plus attention, c'était gênant les différentes personnes le regardaient. Ils étaient éparpiller autour de la rivière, certains le regardaient amicalement, c'était la première fois que cela arrivait. Il n'était vraiment habitué à cette situtation mais très vite il remarqua qu'il y avait beau avoir des personnes qui le regardaient amicalement plus encore était ceux qui le regardaient avec ce regard de la rue. Ce regard si dur qui est inarrétable et blesse au plus profond de la personne. Joe n'avait pas eu le temps de répondre que June reprit.

-Et puis, cette musique s'accorde merveilleusement bien à la nature, comme si, ils ne faisaient plus qu'un...Bref, ici est l'endroit idéal

Joe parut surpris par cette dernière réflexion, mais Joe ne pensait pas ainsi Joe ne jouait pas asse bien pour pouvoir prétendre ne pas profaner cette pureté ou la cruauté de l'homme ne c'était pas encore trop manifesté. Joe rangea son violon dans son étui puis il regarda June.

Je ne suis pas un musicien qui aurait eu les faveurs Apollon pour jouer dans cet endroit. Je ne suis qu'un piètre musicien qui s'exprime comme il peut.

Joe regardait la jeune filet et ne pouvait s'empêcher de regarder la rivière qui coulait vers la ville ainsi que la cabane du pêcheur qui surplombait la rivière. Il n'existait aucun lieu comme ça à Phénix. Phénix était une ville industriel pollué par l'homme et son égocentrisme. Joe ce remémora le parc et ces nombreuses carcasse de voiture et pollution qui s'étaient propagés dans ce parc tel la gangrène. Soudain un bruit sourd ce fit entendre, c'était une sorte de « splaaouchh », Joe ce retourna pour voir qu'elle était l'origine de ce bruit. Il s'agissait d'un enfant. La jeune demoiselle qui l'accompagna c'était retourné aussi et elle enchérie en disant.

-Enfin, Nous ne sommes pas les seuls à profiter du beau temps.

Joe dessina un début de sourire sur le visage mais cela ne duré pas longtemps, quelque second après il remarqua que la demoiselle était pertuebée. Joe chercha en regardant dans la même direction que cette dernière. Soudain il remarqua que la vue des deux scientifiques avait effrayé June et commençait à effrayer aussi Joe. Qu'allait-il faire ? Si les personnes venaient les interroger ? Ils devaient faire quelque chose mais quoi ? Se faire passer pour deux amoureux ? Et si June ne marchait pas, cela allait attirer l'attention des scientifiques et ils allaient ce posé des questions. Mais le temps que Joe pensait à tous cela, les scientifiques avaient disparu dans la densité de la végétation. Joe rapprochait sa bouche de l'oreille de June.

Toi aussi ses parasites sont pour toi comme des créatures féroces, tel des charognards près à bondir sur une carcasse fraîche.

Joe ne savait pas ce qui lui prenait mais pour une fois, il disait ce qu'il pensait. Peut-être allait t-il se faire insulter de malade mentale ou bien de monstre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June Watson [Attente]
Strange Girl
avatar

Nombre de messages : 33
<b>Age</b> : 18 ans
<b>Occupation</b> : Etudiante en beaux-Arts/Vendeuse de popcorn et de bonbons au cinéma
<b>Pouvoir</b> : Figer/ralentir les molécules par conséquent intervenir sur le temps.
Date d'inscription : 24/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Tourmentée
Pensée du Moment:
Relations:

MessageSujet: Re: English summer rain [libre]   Dim 3 Aoû - 15:32

June, inquiète, qui avait reporté son attention sur les scientifiques qui s'éloignaient justement plongé dans une conversation quelque peu bruyante entendit la voix du garçon à son oreille, la brunette tourna ses yeux d'un noir d'encre vers Joe. Etait-ce la façon dont parlait Joe qui l'étonna ? Ou plutôt la triste réalité de ses paroles ? Elle ne le savait pas. En tout cas, l'effet qu'avait produit sur elle la présence de ces deux scientifiques avait l'air d'être réciproque pour Joe. Mal assurée, elle tâtonnait et ne savait pas trop comment entrer dans le vif du sujet. Fronçant légérement les sourcils, elle observait le visage impassible de Joe. Décidemment lui non plus n'avait pas l'air d'aimer ces scientifiques alors pourquoi ne pas tenter, après tout les raisons devaient être là, et si ce n'étaient pas pour les bonnes, tant pis, June s'en sortirait toujours par une pirouette, du moins elle l'espérait.

-Que... Que veux-tu dire par là ?

Elle baissa la voix et les yeux pour rendre inaudible aux curieux ce qui pouvait être dit, un peu mal à l'aise. Avec un peu de chance la personne qui se tenait devant June à cet instant précis était comme elle et se posait autant de questions. Mais une chance sur combien ? Peu importe il fallait qu'elle sache. Les conséquences si elle se trompait ? Plus tard. Oui, imaginons un seul instant que Joe est aussi était dehors en ce jour du 13 Octobre, c'était le moment ou jamais, et puis beaucoup d'indices pouvaient le faire penser, son aversion pour les scientifiques et puis cette fameuse phrase, prononcée à la piscine, phrase codée qui revenait très souvent à l'esprit de la jeune June, non elle ne pouvait se tromper.
Une femme plutôt rondouillarde qui discuter avec vieil homme au crâne dégarni les regarder, une pointe de suspicion dans l'oeil à la vue de ces deux jeunes se racontant on ne sait quoi. Mais de quoi se mêlait elle ? June ne put s'empêcher de la foudroyer du regard, ce qui lui fit tourner aussitôt la tête, courroucée.

June la vit peu après se retourner vers l'homme près d'elle et lui chuchoter quelque chose dans le creux de l'oreille, laissant découvrir ses dents quelque peu jaunâtre. Non, il ne fallait surtout pas devenir parano et se laisser emporter par les attitudes de chaque personne, après tout rien ne ptrouvait rien, quoique... La jeune étudiante eu la désagréable sensation de se faire épier et que l'on surveillait ses moindres gestes. C'était absurde, elle en avait conscience. Pourtant, même l'atmosphère avit changé, le soleil c'était brusquement caché derrière de gros cumulus et l'air ambiant était de plus en plus lourd, pesant, voir orageux.

Oui, ce temps changeant l'écrasait soudainement, fixant un instant un pigeon qui se posait près d'eux, elle eu l'impression une fraction de seconde qu'il la regardait aussi, l'oeil soupçonneux, et la narguait en se posant ainsi près d'elle. Ses yeux la picotant légérement, la jeune June se massa alors doucement les paupières et se prit la tête entre les mains, Las, attendant pourtant quelque chose ou quelqu'un. Par espoir ou peut-être juste par habitude.

Avalée, engloutit, rien ne serait plus comme avant et elle le savait, une autre June, oui, elle était autre. Quelque chose avait changé à l'intérieur mais quoi ? Oui, quelque chose qu'elle ne maîtrisait pas, qui la rongeait, lui éclatait les os comme du verre et ne faisait que croître MAIS QUOI ?
June ne s'en rendit pas compte tout de suite mais elle venait de penser beaucoup trop fort, pire, de crier littéralement. Le temps c'était comme suspendu, tout le monde la regardait comme figé. Figé. Figé. Tout comme son esprit, figé à cet instant précis. Elle voulu se gifler de la faute qu'elle avait commise et rentrer plus que jamais sous terre. Comment pouvait on être aussi imprudent ? Depuis ce fameux jours, tout se détraquait pour elle, ses amis ne la reconnaissait plus, même sa soeur. Après de faibles excuses, elle se leva avec un calme glaçant et se retira de la rive, contourant quelques pins et débouchant dans une petite clairière que bordait des chataîgniers pour ne pas avoir à subir tout ces regards lui perçant la chair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: English summer rain [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
English summer rain [libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» English Summer Rain [Libre]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Une petite idee de qui est Larry Summer/Mondialisation.ca
» Summer Davis - Devil behind blue eyes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW WAY :: Les Coins Reculés de la Ville :: La Rivière-
Sauter vers: