NEW WAY

Une ville mise sous quarantaine où des personnes se découvrent des pouvoirs.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Commandant Johnson
Good at Work, but Bad in Father
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 43
<b>Age</b> : 45 ans
<b>Occupation</b> : En réalité, militaire. Pour ma couverture, travail à la mairie.
<b>Pouvoir</b> : N'en a pas
Date d'inscription : 26/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Ca dépend, tu t'en prend à ma famille et tu le sauras
Pensée du Moment: Qui suis-je vraiment ? Le père de famille, Ryan Mayers, ou le militaire Jethro Johnson ?
Relations:

MessageSujet: Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]   Dim 27 Juil - 21:49

    Ce matin, le commandant Jethro Johnson se réveil, ou plutôt non, comme il est dans sa maison, ici, il s’agit de monsieur Ryan Mayers, veuf et père de Alexandra Mayers. Deux identités pour un seul, c’est parfois lourd à porter, amis il n’a pas le choix. Il doit être discret et surtout ne pas mettre de vie en danger. N’ayant pas le choix, il doit savoir faire attention à ce qu’il dit et ce qu’il fait. Malgré le fait qu’il aime son travail, il supporte plutôt mal d’être séparé de sa fille. Il n’est pas très présent pour elle et il sait qu’il devrait faire plus d’efforts, amis il n’a parfois pas le choix et il doit aller travailler. Après la mort de sa femme, Ryan a toujours voulut se rapprocher de sa fille, sachant que se moment dur, il devait le passer à deux, mais encore une fois, le travail avait été là pour l’en empêcher. De plus, Ryan n’a jamais put réellement pleurer la mort de son épouse. Il garde beaucoup de choses en lui et quand il explose, il essaye de ne pas se défouler sur sa fille, mais plutôt sur d’autres personnes. C’est vrai que parfois, faisant face à certaines personnes qui travaillent avec lui et que ces personnes lui disent une chose qui lui déplaise, il s’emporte aussitôt. C’est le seul vrai moment, où il peut se lâcher, sans avoir de reproches de la part des autres. Il sait aussi que les gens parlent de lui dans son dos et il s’en fiche. Même s’il préfère la franchise, il sait aussi que s’il apprend des choses sur lui indirectement de la personne qui en a parlé, il ira directement voir cette personne et mettra les choses au clair, entre quatre yeux.

    Certains diront que c’est un tirant sans cœur et pourtant, ceux qui le connaissent bien, un nombre plutôt réduit, sait que c’est un homme au grand cœur, qui ne supporte pas l’injustice et surtout, le fait qu’on puisse faire du mal à sa fille. Si vous saviez combien de fois Ryan est devenu Jethro et a défendu sa fille. Elle ne le sait pas, mais tout ceux qui oseront lui faire du mal, qu’ils soient scientifiques ou militaires, il le fera bien comprendre que s’ils osent recommencer, leur carrière sera plus courte qu’ils n’auraient put l’imaginer. Du côté de Ryan, il fera des réflexions aux habitants qui oseront s’en prendre à sa fille, mais sans qu’elle le sache. Il ne veut pas qu’elle lui fasse des remarques là-dessus. D’ailleurs, Ryan sait qu’il peut compter sur la protection des amis d’Alexandra et il compte bien sur le fait qu’ils l’aideront encore longtemps. Ryan et Jethro connaît tout ces jeunes gens et à souvent à faire à eux, surtout quand le père et la fille se sont fâchés. Il sait bien qu’il la trouva chez l’un d’entre eux, il ne sait pas toujours lequel ou laquelle, mais il sait qu’il la trouvera chez l’un d’eux. Donc, en ce nouveau matin, Ryan se leva tranquillement et alla prendre une douche et s’habilla, avec un T-shirt blanc, un vieux pantalon noir et ses chaussons. Il alla dans la cuisine et commença à mettre le café à chauffer, puis sortit ce dont il avait besoin pour manger un vrai petit déjeuner, chose qu’il n’a pas fait depuis des lustres.

    Aujourd’hui, il ne devait pas aller travailler avant treize heures, alors il comptait bien profiter du fait qu’il puisse passer du temps avec sa fille. Il espérait surtout qu’elle soit d’accord pour le voir. Il savait que ces derniers temps, avec tout ce qui était arrivé, elle préférait passer du temps ailleurs plutôt qu’avec lui dans la même pièce. Espérant pouvoir passer un maximum de temps avec elle, il voulait que tout se déroule bien et pourvu que le boulot ne l’appelle pas sur son portable, pour lui dire de venir avant. Mais après tout, il pouvait bien ne pas faire attention à son portable qui pourrait sonner. C’est vrai, il n’y a que le maire et Benjamin qui savent où il est alors il peut bien faire un effort. Ryan sait que sa fille n’est pas du genre à manger le matin, alors il ne s’attend pas à la voir manger avec lui, mais il voudrait bien qu’elle parle, qu’elle lui dise ce qu’elle voudrait de lui et il voudrait répondre à toutes les questions qu’elle se pose, mais est-ce réellement possible ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Mayers
Admin
avatar

Nombre de messages : 1259
Age : 32
<b>Age</b> : 20 ans
<b>Occupation</b> : serveuse dans un bar miteux / etudiante en journalisme
<b>Pouvoir</b> : régénération cellulaire
Date d'inscription : 17/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: toujours bonne (en apparence)
Pensée du Moment: vivement que ces foutus scientifiques de m**de foutent le camps de notre ville
Relations:

MessageSujet: Re: Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]   Dim 27 Juil - 22:30

Alexandra était en train de frapper son réveil, elle voulait seulement qu'il s'arrete. Mais bon, la tête ailleurs par ce reveil forcé, elle avait encore du mal à discerner les différents bouttons, alors elle frappait jusqu'à ce que ça s'arrete. Et finalement, elle remporta la lutte acharnée qu'il venait d'avoir lieu. Une grande vistoire qui fallait absolument fêter. Et pour c'est pour cette raison, qu'elle attrappa sa couette et sa la remise au dessus de sa tête en s'enfonçant dans son lit, dans un grogement dû au matin. Oui mais voilà elle fut à cause ce réveil, qu'elle avait oublier d'éteindre la vieille et qui l'avait reveillé injustement, incapable de se rendormir. Elle avait beau tournée, tournée encore dans son lit, allant jusqu'à se retrouver prisionnière de sa couette, il lui était impossible de trouver le sommeil. Tant pis. Elle allait donc se lever. Les cheveux en bataille, elle se redressa en faisant pendre ses pieds au dessus du lit. Le but était de retrouver ses chaussons, il lui fallu bien cinq minutes pour que chaques pieds trouvent l'endroit où ils devaient entrer. Elle se leva en fin, se frottant les yeux d'une main et etirant son bras de libre d'un baillement qui signifiait qu'elle était pas super heureuse d'avoir à se lever. Foutu réveil.

Oui, foutu réveil. Tout cela était belle et bien de sa faute. Elle se tourna donc vers lui avec un regard des plus noir. Elle venait de prendre le decision que plus jamais cette machine ne viendrait l'importuner. Alex avait travailler jusque très tard dans la nuit, à cause de son boulot, alors elle supportait pas qu'un reveil puisse jouer avec son sommeil. La jeune fille n'attendit pas longtemps. Elle se dirigea vers une attache sur sa porte qui supportait un long peignoire blanc. Elle l'enfilla. Ses cheveux en bataille resortaient, ainsi que ses enormes pantouffle rose clair. Une couleur affreuse, mais elle se sentait bien à l'intérieur. Bref, dans sa super tenue de combat, elle retourna auprès du reveil et tira dessus jusqu'a en arracher les fils electriques. Un sourire satisfait venait de parcourir son visage. Il ne restait plus qu'une chose à faire maintenant : Se debarraser de ce truc au plus vite. Elle regretterai son geste dans les prochaines heures, mais pour le moment elle n'en avait pas conscience. Alors, c'est avec le reveil dans les mains, les fils qui pendaient au sol, qu'elle sortie de sa chambre pour emprunter l'escalier qui descendait au rez de chaussé.

Sa destination ? La cuisine, car c'est bien dans cet endroit que ce trouvait la poubelle. C'est d'un pas déterminé qu'elle prit cette direction. Mais arrivée à l'entrée de la cuisine, elle fut stoppé net. Une personne se trouvait dejà là. Son père. Elle l'avait reconnu tout de suite, mais l'espace d'un cours instant elle se demandait si elle ne divaguait pas un peu. Elle resta une courte seconde étonnée de le voir. Il faut dire que depuis que la bombe avait explosé, il s'était fait rare. Comme à chaques fois qu'il se passe quelque chose dans cette ville d'ailleurs. Le pire moment ou il avait fait cela, restant le jour ou l'usine à été detruite, et ou elle s'était retrouver chez une voisine parce que son père ne pouvait pas être présent. En toute franchise, elle ne savait pas vraiment comment réagir. La relation qu'elle avait avec lui ne lui convenait absolument pas. Elle y était pour beaucoup d'ailleurs, ne cherchant pas à faire le moindre effort. Mais c'etait plus fort qu'elle, elle n'y arrivait pas. Un peu comme si elle lui en voulait vraiment beaucoup, inconsciement, et que du coup, elle s'interdisait de vouloir arranger les choses.


"Ah, t'es là ?"

C'était la seule chose qu'elle avait trouvé à dire. Pas très cool, elle en était consciente. Elle secoua brievement la tête et se decida à reprendre ce qu'elle était venue faire. Alex alla à la poubelle, qu'elle ouvrit pour y mettre le reveil. Si ce dernier était entrer sans faire d'histoire, c'était differents des fils electriques qui le suivaient. Elle du s'y reprendre à pluisieurs reprise pour tous mettre dans la poubelle et refermer le tout un peu violement. Bon, au moins, ça c'était un problème de moins dans sa matinée. Le tout était maintenant de savoir ce qu'elle allait faire avec son père. Lui parler ? Elle savait pas comment lui parler ! Repartir s'enfermer dans sa chambre ? Au moins, ca n'étonnerai personne, c'est ce qu'elle faisait toujours. Son cerveau semblait reflechir à une vitesse impressionnante. Non, elle ne savait pas comment s'y prendre avec son père. Elle le regrettait beaucoup d'ailleurs. Il était peut etre temps de faire un minimum d'effort ? Oui, peut etre.

Alexandra ne mangeait pas le matin, ce n'était pas un secret. En tout cas, pas quand on était présent souvent à ses côtés. Alors elle n'avait aucune raison de rester dans la cuisine, surtout que l'odeur du café qui était en train de chauffer et du petit dejeuné qui se préparait commençaient déjà à l'ecoeurer. Tant pis, elle ferai avec. Et c'est bien la première fois qu'elle se dirigea vers le frigo pour prendre une bouteille de jus d'orange. Au passage, elle avait attraper un verre dans une des armoires, et elle avait finit son trajet pour s'installer à ce qui servait de table. Elle ne trouva rien à dire et se contenta de se servir un jus d'orange dont elle n'avait absolument pas envie. C'était juste un pretexte trouver pour rester dans la même pièce que son père, et essayer d'amorcer une discussion.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-way.forumactif.org
Commandant Johnson
Good at Work, but Bad in Father
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 43
<b>Age</b> : 45 ans
<b>Occupation</b> : En réalité, militaire. Pour ma couverture, travail à la mairie.
<b>Pouvoir</b> : N'en a pas
Date d'inscription : 26/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Ca dépend, tu t'en prend à ma famille et tu le sauras
Pensée du Moment: Qui suis-je vraiment ? Le père de famille, Ryan Mayers, ou le militaire Jethro Johnson ?
Relations:

MessageSujet: Re: Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]   Dim 27 Juil - 23:15

    Ryan était là pour essayer de rattraper du temps perdu à travailler et qu’il aurait dut passer avec sa fille. Il savait qu’il a’avait pas été un père exemplaire, même bine avant qu’il ne parle bombes et autres expériences avec ses supérieurs. Pourtant, il savait une chose, s’était que contrairement à ce que sa fille pouvait penser, elle compte énormément à ses yeux, mais comment le lui dire. Si il y a bien une chose que Ryan déteste, c’est se dévoiler et montrer ses sentiments, c’est une chose qu’il n’aime pas faire. Pour lui, c’est montrer ses faiblesses et le faire est une vraie torture. Mais, il ne devait pas penser à ça pour le moment. Il préférait préparer son petit déjeuner et voir si elle serait réveillée à un moment où pas, avant qu’il ne parte. Alors, il finit par tout mettre sur la table et il regarda par la fenêtre, voir comment était le temps et si des gens étaient déjà dehors. Chose plutôt banale, amis il le faisait de temps en temps, comme pour se dire qu’il était un homme normal, comme tout les autres et que son travail, n’allait pas contaminer autant de personnes qu’il le fallait. Mais bon, le fait de faire ses tests étaient des plus importants, il devait absolument les fairent, pour comprendre si ça pouvait être utilisé plus tard contre de vrais ennemis. En tout cas, il espérait une chose, qu’au moment où la sirène a retentie, Alexandra soit aller se réfugier comme il était indiqué à chaque fois. Mais pas seulement pour elle, amis aussi ses amis, après tout, eux aussi sont importants pour sa fille, alors ils devaient aussi tout faire, pour qu’ils ne soient pas infectés.

    Mais le fait de faire ce genre de tests, est-ce que Ryan se rendrait compte que sa fille est infectée si elle avait des symptômes. Jethro lui oui, amis est-ce que le père de famille serait prendre le dessus sur le militaire ? Ryan l’a toujours fait savoir et il le revendique parfois, une personne qui fait du mal à sa fille, ce retrouvera vite fait avec es problèmes dans tous les domaines, familiales, sociales et bien d’autres. Mais est-ce que si elle avait tout ce qui devait se produire, il serait réagir en bon père de famille ? Alexandra lui à souvent reprocher de ne pas en être un, alors comment savoir quoi faire face à cette situation qui pourrait être possible ? C’est vrai qu’il se posait beaucoup de questions, sur ce que sa fille avait put faire ce jour là. Comme à chaque fois qu’il savait qu’une explosion allait se produire, il avait dit à sa fille de rester à la maison, que ce soit pour faire le ménage ou autres, des choses qu’elle pouvait faire autrement, amis qu’il voulait faites à tout prix. Mais ce jour là, ils s’étaient vraiment énervés l’un contre l’autre et il lui avait encore une fois demandé de rester à la maison, mais est-ce que cette crise ne l’avait pas fait changer d’avis sur ce qu’elle devait réellement faire ? Ryan n’en savait rien, mais Jethro lui le saurait un jour où l’autre et sa réaction, il ne savait pas du tout comment elle serait face à sa petite fille.

    Puis, retournant vers ce qui allait être son petit déjeuner, il entendit du bruit, amis ne regarda par vers l’endroit. Parfois, certains endroits de la maison craque, juste pour un coup de vent, alors ce n’était pas pour ça qu’il regardait à chaque fois. C’était bien une chose qu’il avait apprit chez les Marines. Le fait d’être à l’écoute des gens, amis aussi des choses qui nous entourent. Il sait écouter et chaque éléments qui pouvaient à l’époque lui dire sur quelle cible tirer, lui donnait toujours des précisions supplémentaires, sur le comportement à avoir. Alors, il posa son regard sur un objet face à lui, amis son regarda arriva assez rapidement dans le vide et il commença à penser à son travail, à son utilité et au fait qu’il devrait faire attention à sa couverture, surtout auprès de sa fille. Depuis qu’il travaillait ici, il n’avait jamais fait d’erreur, mais un jour peut-être, une chose pourrait lui échapper. En tout cas, tous les papiers étaient à la mairie et il n’en amenait jamais à la maison, où alors de temps en temps, mais c’était plus sur des demandes de déménagement, de construction d’une maison, où de pièces supplémentaires, des choses vraiment banales pour un employé de mairie.

    Finalement, il fut coupé dans ses pensées, quand il entendit une voix. Cette voix, sa fille, il tourna la tête vers elle et ne dit rien. Il fit juste un léger sourire et la laissa passer pour aller vers la poubelle. Il la regarda faire et ne dit rien, mais un sourire s'affichait sur son visage. Elle n’y allait pas de main morte et le pauvre réveil avait du faire une erreur pour se retrouver là. Ryan se dit qu’il avait dut sonner simplement et qu’elle n’avait pas apprécié surtout aujourd’hui, alors que sa fille avait dut travailler très tard la veille. Pas très à l’aise, Ryan ne dit rien et préféra changer d’endroit pour son regard et il retourna dans le vide, tout en gardant son attention sur sa fille à côté d’elle. Puis, il la vit prendre un verre et du jus d’orange, étrange elle qui ne mange jamais le matin. C’est alors qu’elle s’assit et qu’il put prendre son café qui venait de se finir. Il remplit son bol et le posa sur la table, amis un peu plus loin de sa fille, pour qu’elle n’ait pas trop l’odeur. Sachant qu’elle supporte mal le petit déjeuner, il pouvait au moins faire ça, c’était bien un minimum. Puis, il commença à tartiner ses tranches de pains, de beurre et ramassa ce qui ne lui servirait plus, tout en gardant son attention sur Alexandra au cas où elle parlerait.

    Puis, une fois fait tout ça, il se décala un peu de sa fille, non pas parce qu’il préférait, mais pour qu’elle ne sente pas trop toutes les odeurs de son petit déjeuner, même si ça devait être un peu tard. Mais bon, il voulait montrer que c’était un premier effort de sa part. Puis, il commença à manger et au bout d’un moment, le silence s’installa. Continuant de manger, Ryan essaye de trouver un sujet de conversation, mais que dire à la seule personne qu’il vous reste que vous aimez et avec qui les relations sont tendus ? Si quelqu’un à une réponse, je veux bine la connaître. Alors, il décida de tenter une première approche, même si le sujet était des plus nul.

    Ton réveil a dut faire quelque chose d’effroyable pour que tu le mettes à la poubelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Mayers
Admin
avatar

Nombre de messages : 1259
Age : 32
<b>Age</b> : 20 ans
<b>Occupation</b> : serveuse dans un bar miteux / etudiante en journalisme
<b>Pouvoir</b> : régénération cellulaire
Date d'inscription : 17/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: toujours bonne (en apparence)
Pensée du Moment: vivement que ces foutus scientifiques de m**de foutent le camps de notre ville
Relations:

MessageSujet: Re: Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]   Dim 27 Juil - 23:58

Son père s'installa un peu ploin d'elle. En fait, il s'installait, faisait ses tartines, se relevaient, rangeait le tout, et revenait s'asseoir. Elle hallucinait toujours sur ce coté methodique qu'il avait. Pas un seul deplacement fait inutilement, tout semblait parfaitement ordonné, calculé. L'espace devant lui était propre, juste son bol et ses tartines qu'il commençait à manger. Le pire c'ets qu'il était comme ça avec tout, rien ne semblait être laissé au hasard. Un truc qu'elle n'avait pas eu la chance d'heriter de lui, bien au contraire. Elle était bordélique, gaffeuse, et laissait trop de truc trainer un peu partout. La seule chose qui restait tout le temps rangé, enfin cahé, était ses nombreux journaux intimes qu'elle avait commençé depuis qu'elle est en age d'écrire. Son univers, ses pensées. Ce qui devaient rester à elle seule. Mais hormis cela, elle n'avait rien du coté ordonné et méthodique de son père. Enfin, en même temps elle s'en plaignait pas trop. Que sa chambre soit rangée ou non, elle arrivait très bien à dormir à l'interieur. C'était l'essentiel.

Elle avait la main sur son verre de jus d'orange, le faisant légèrement tourner sur lui même. Finalement, elle se demandait pourquoi elle avait fait cela, elle ne le boira jamais. En tout cas, pas dans l'heure qui allait se deroulée. Et elle doutait du fait qu'elle allait rester aussi longtemps dans la même pièce que son père. Elle semblait disposé à faire des efforts, mais il fallait peut etre pas se leurré non plus. Bien que Ryan, voulait aussi faire des efforts vu qu'il s'était placé loin d'elle. Une manière de ne pas lui faire profiter de son petit dejeuné. Elle appréciait le geste, et se surprise même à en sourire. Un merci aurait surement été de rigueur, mais elle fut incapable de le sortir. Finalement, c'est un silence qui s'installa. Un de ces nombreux silence qu'elle ne supportait plus vraiment. L'envie de partir dans sa chambre se fit sentir. Elle ne savait pas quoi dire. Il ne savait pas quoi dire. après tout, c'était peut etre perdu d'avance. Elle songea à ce levée. Mais elle ne fit qu'y songer, car la voix de son père ce fit entendre. Elle detourna son regard sur lui, un semblant de sourire sur les lèvres. Son reveil ? C'était une question comme une autre, elle l'appréciait.


"Figures toi qu'il a osé sonner alors que j'avais pas prévu de me levée ce matin. Il fallait que je lui fasse comprendre que son temps était passé."

Chose completement stupide étant donné qu'il faudrai bien qu'elle en ai un. C'est pas tous les matins ou elle pouvait se permettre de dormir jusqu'à pas d'heure. Le boulot le soir, l'ecole le matin. Aujourd'hui, c'est juste qu'elle n'avait pas cours. Annulé car une prof n'est pas là. Mais demain, il faudra bien qu'elle se lève tot. Enfin, elle reflechirait à cela un peu plus tard. Pour le moment c'ets une autre histoire qui lui occupait l'esprit.

Il y a deux jours, elle travaillait au bar avec Jack. Deux militaires était venus, et s'en était suivit des menaces envers la jeune fille. Jack s'en était occupé. Mais malheureusement, il n'était pas toujours avec elle. Alors hier, dans l'après midi elle avait recroiser les deux militaires en question. Ils avaient chercher à regler leur compte et c'est Sam et un inconu qui était venu à la rescousse de la jeune fille. Elle s'était prise une balle dans le bras. Mais elle tairait ce fait, car il n'en restait pas la moindre trace. Elle ignorait les raisons, et voulait pas savoir. trop compliqué. Bref, elle avait eu son père au téléphone pendant cet affrontement, elle lui avait demander de la recuperer en lui expliquant ce qui se passait. Il avait refusé. Et sans savoir pourquoi, un autre groupe de militaire était venue et avait embarqué les deux autres qui lui avaient chercher des ennuis. Bref, une histoire un peu compliqué, mais elle avait assez mal vecu le refus que son père lui avait donné. Alors peut etre que s'était pas le moment d'aborder ce genre de chose. Peut etre qu'il vallait mieux eviter le sujet. Mais, elle avait envie d'en parler. Et puis, elle semblait disposer à l'écouter, alors c'était surement le moment d'en profiter.


"Heu..." Elle regarda les remous de son jus d'orange "Tu sais pour hier ? Je crois que je t'en veux un peu de ne pas être venu. Mais, c'ets stupide parce que je sais que c'est à cause de ton travail, que tu pouvais vraiment pas." Elle revela les yeux vers lui "Sinon tu l'aurais fait, hein ?"

En fait c'est juste ca qu'elle voulait savoir. Est ce que si il avait pu le faire, il serait venu ? Elle voulait une réponse sincère parce qu'elle avait envie de savoir si... Si finalement elle comptait vraiment pour lui. C'était stupide d'avoir besoin de ce genre de chose. C'était son père, bien sur qu'elle devait compter pour lui. Mais, il y a des fois ou elle doutait. ET c'est aujourd'hui qu'elle avait besoin d'être rassuré. Elle avait decider de ne pas lui en vouloir, mais elle devait savoir. Parce qu'elle était loin de s'imaginer les raisons qui avait poussé un groupe de militaire d'embarquer les deux hommes. On aurait dit qu'ils sortaient de nul part. Au même titre qu'elle ne savait pas ce qui était devenus des deux qui l'avait agresser, avaient-ils subi un interrigatoire ? Avaient-ils qu'ils avaient tirer sur Alex ? Un tas de question qui ne lui venait pas à l'esprit.

[J'empiete un peu sur le rp en cours, mais c'est pas très grave. c'ets pour entrer dans le vif du sujet hihi]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-way.forumactif.org
Commandant Johnson
Good at Work, but Bad in Father
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 43
<b>Age</b> : 45 ans
<b>Occupation</b> : En réalité, militaire. Pour ma couverture, travail à la mairie.
<b>Pouvoir</b> : N'en a pas
Date d'inscription : 26/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Ca dépend, tu t'en prend à ma famille et tu le sauras
Pensée du Moment: Qui suis-je vraiment ? Le père de famille, Ryan Mayers, ou le militaire Jethro Johnson ?
Relations:

MessageSujet: Re: Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]   Lun 28 Juil - 1:28

    Ryan ne savait pas trop de quoi parler. C’est vrai, ça faisait si longtemps qu’ils n’avaient pas été dans la même pièce qu’il ne savait plus quoi dire. La dernière où ils avaient dut partager quelque chose, ça devait revenir quand elle était toute petite. D’ailleurs, Ryan avait dut mal à s’en rappeler exactement, c’était si loin aujourd’hui. Alors, il se demanda si sa femme était toujours en vie, est-ce que les deux Mayers pourraient se parler normalement. C’est vrai la femme de sa vie avait été tué pendant l’explosion de l’usine, alors est-ce que si sa présence était encore de mise aujourd’hui les deux Mayers seraient plus proches aujourd’hui ? Elle a toujours sut comment si prendre avec les deux, alors elle pouvait leur donner des conseils. Pour ce qui est d’Alexandra, il n’en sait rien, mais pour sa part, il en sait quelque chose. En effet, quand Ryan rentrait chez eux, sa femme lui disait toujours d’être plus présent pour leur fille. Il lui fallait une présence masculine et il était le seul à pouvoir la lui donner. C’est vrai qu’elle était toujours là pour eux, pour lui et i l’aimait plus que tout, tout comme sa fille aujourd’hui. Elle est réellement, la seule personne qui peut ou plutôt qui pouvait le faire changer de comportement envers n’importe qui. Il l’aimait aussi pour ça, ce n’était pas tout, mais il l’aimait plus que tout et aujourd’hui, les relations qu’il a avec Alexandra, elles sont toutes tendues.

    Puis, toujours en mangeant, il se disait que ses relations ne devaient pas être aussi tendues. Normalement, il aurait été plus à l’aise, si sa femme avait été là, mais depuis sa mort, il ne sait pas comment se comporter. C’est pour ça qu’il a préféré se réfugier dans le travail. Sachant très bien que son comportement avait plus qu’égoïste il espérait qu’il arriverait à se rattraper un jour. Alors ce matin, c’était peut-être un moment où il pourrait lui prouver qu’il pouvait être un homme qui prend soin de sa fille, mais comment ? Alors, Ryan la regarda faire avec son verre et sourit, c’est vrai qu’elle ne mange, ni boit rien le matin et pourtant, elle avait prit ce verre de jus d’orange, elle était resté à ses côtés. Au moins, il savait qu’elle faisait des efforts et ça le fit sourire, tout comme elle juste avant. Puis, il baissa la tête et continua de manger, sans dire un mot. Le silence qui s’installa se fit pensant et finalement, Ryan prit la parole. Lui demandant si son réveil avait fait une chose atroce pour qu’il se retrouve à la poubelle.

    C’est alors qu’il écouta et sourit à sa remarque. Il ne put s’empêcher de sourire à ça. Que voulez-vous faire d’autre ? Elle avait été si spontanée, qu’il ne put s’empêcher de sourire et il avait l’impression de voir une petite fille. Il avait l’impression de la voir plus petite, quand elle disait toujours ce qui lui passait par la tête, sans y penser avant. Alors, il ne dit rien de plus, il hocha juste la tête, comme pour lui dire qu’elle avait eu raison et qu’elle serait aussi contre son réveil si jamais ils devaient se battre ou mettre les choses au clair, entre ce réveil et elle. Puis, un nouveau silence s’installa et Ryan finit sa première tartine et but un peu de café. Ne sachant pas quoi dire de plus, il préféra laisser le silence s’installer, ne sachant pas du tout quoi dire. Il avait parlé en premier, alors que dire de plus ? Puis, il prit la deuxième tartine et commença à la manger, en pensant à son travail. Pourquoi est-ce qu’il pensait toujours à ça, il ne pouvait pas penser à des choses plus agréables. C’est vrai, il y a le base-ball qu’il adore, sa fille et puis, sa vie qu’il voudrait changer.

    Peu de choses sont réussit dans la vie de cet homme. En effet, son travail est la seule chose à peu près réussit. Côté sentimentale, c’est le néant total, quoi qu’il ne veut pas de nouvelle compagne s’il n’est pas près. Mais il ne veut pas non plus si Alexandra n’est pas prêt. Son opinion est importante pour Ryan et donc si jamais un jour, il doit avoir une femme dans sa vie, il voudra savoir si Alexandra serait d’accord pour qu’il soit avec elle ou pas. Alexandra et sa mère étaient très proches, alors Ryan ne voulait pas qu’elle lui en veuille encore plus pour le fait qu’il puisse avoir une relation avec une autre. Mais pour l’instant, tout ça n’était pas d’actualité, car il était des plus célibataire et ne comptait pas se caser pour le moment. Puis, une autre chose ratée dans sa vie, la vie avec sa fille. Il est peu présent et même s’il voudrait prendre des nouvelles de temps en temps tous les jours, il ne peut pas, parce qu’il a toujours un empêchement. Une personne qui doit le voir, une personne qui a besoin de ses conseils, une autre qui doit recadrer les militaires. D’ailleurs en parlant de militaires, Alexandra abordait un sujet que Ryan ou plutôt Jethro connaît bien.

    En effet, ce dernier les commande et depuis qu’ils sont en ville, certains en profitent pour faire peur et user de leurs pouvoirs devant certaines personnes. Alors, il finit par écouter les propos de sa fille et arrêta de manger aussitôt. Elle lui parlait, alors il voulait aussi continuer pour que sa s’enchaîne et qu'ils puissent peut-être enfin parler sérieusement. Ecoutant alors ses propos, il fut plutôt surprit qu’elle pose une question comme cela. Il fronça les sourcils, non pas que ça soit pour la sermonner, au contraire, c’était plutôt, parce qu’il ne pensait pas possible qu’elle doute à ce point de lui. Alors, il laissa son petit déjeuner là où il était et se mit face à sa fille. Il la fixa dans les yeux et essaya de voir si elle disait vrai. Qu’elle doutait à ce point de lui et il ne trouva pas de réponse.

    C’est normal que tu m’en veuilles je te comprends. Mon travail me prend beaucoup de temps, mais j’aime ce travail et c’est comme ça que je peux nous faire vivre.

    Puis, il baissa aussi la tête un peu gênée. Il aurait dut trouver autre chose à dire, mais quoi ? Ma chérie, excuses-moi de ne pas pouvoir être venu, je travail avec les militaires et les scientifiques, nous faisons des expériences et le jour où ta mère est décédée, c’était en partie ma faute. Oui, pour Ryan, c’était sa faute si sa femme était morte. Il avait été d’accord pour que l’explosion se fasse, alors pour lui, il était responsable de cette mort. Puis, en relevant la tête il la fixa à nouveau dans les yeux.

    Tu es ma file, ce que je veux c’est que tu ailles bien, mais je ne sais pas comment faire pour me libérer du travail. Je sais que j’aurais dut venir, mais crois moi que si ce travail n’était aussi prenant, je serais venu aussi vite que possible et celui qui a répondu au téléphone aurait passé un sale quart d’heure. Une personne touche à ma fille et il se voit automatiquement remit les idées au clair.

    Il fit un clin d’œil à sa fille, espérant qu’elle comprendrait que ce qu’il disait montrait une partie de ce qu’il ressent pour elle. De plus, les deux militaires qui avaient fait du mal à sa fille avaient été mit aux limites de la ville pour voir si des personnes essayaient d’y entrer. C’est vrai, c’est le plus ennuyeux pour les militaires dans cette ville et c’est pourquoi Jethro avait prit cette décision. Mais juste avant, il avait prit les deux hommes entre quatre yeux, ou plutôt entre six yeux. Il avait expliqué que s’attaquer aux habitants n’étaient pas une chose qui leur été demandé et encore moins de s’attaquer à des adolescents. Il avait mit les choses au clair, également sur le fait que la permanence qu’ils devaient avoir dans deux jours, ils ne l’auraient pas avant trois mois. Ils devaient voir leurs amis, car ils n’étaient pas encore mariés et n’avaient pas de petites amies. Il avait débord prit ses renseignements, pour que les conjointes ne soient pas pénalisées. Alors, il avait décidé de les fairent languir et comme ça il savait qu’il ne recommenceraient pas de si tôt et il avait aussi précisez que la fille qu’ils avaient osée attaqué, c’était la fille d’une des hauts gradés. Ils avaient eu du mal à avaler leurs salives et Jethro avait été plus que content.

    [Pas de problème, j'ai lu le sujet]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Mayers
Admin
avatar

Nombre de messages : 1259
Age : 32
<b>Age</b> : 20 ans
<b>Occupation</b> : serveuse dans un bar miteux / etudiante en journalisme
<b>Pouvoir</b> : régénération cellulaire
Date d'inscription : 17/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: toujours bonne (en apparence)
Pensée du Moment: vivement que ces foutus scientifiques de m**de foutent le camps de notre ville
Relations:

MessageSujet: Re: Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]   Lun 28 Juil - 12:17

Son père marqua un sourire quand elle expliqua les raisons qui l'avait poussée à mettre le réveil à la poubelle, avec tant de hargne. En même temps, elle avait toujours été un peu comme ça, très spontannée, sans trop réfléchir, et regretter plus tard. Si encore elle était comme ça qu'avec son réveil, ça irait mais non, il fallait qu'elle agisse de cette façon avec tout. Comme par exemple cette embrouille au bar il y a deux soirs. Les militaires l'avaient cherchés, finalement Cameron avit sauver l'affaire en prétextant un affrontement Civils / Militaires, au centre commerciale. Moralité, les deux militaires étaient partis en jurant à Alexandra qu'ils se retrouveraient. Oui, effectivement c'était le cas. La soir même ils étaient revenus, attendant la fermeture. Cameron, avait voulu sortir pour leur expliquer son point de vue. Mais Alexandra -sans reflechir- était sortie la première et avaient demander aux deux types l'argent qu'ils devaient pour leurs boissons. Bref, elle avait trouver le moyen de l'ouvrir alors qu'elle aurait du faire profil pas. Heureusement, c'est Jack qui avait prit la releve et avait reglé l'histoire. Bon, après pas de chance, il a fallu qu'elle retombe sur eux en sortant de la mairie...

Bref, son père écouta ce qu'elle avait à dire par rapport à la journée d'hier. Il se déplaça, abandonnant café et tartines, pour se mettre face à elle. Ca doit être à ce moment qu'elle compris, avec le regard qu'il lui portait, qu'elle l'avait bléssée par ses paroles. C'était pas vraiment le but, enfin disons que pour une fois elle n'avait pas chercher à le blessé volontairement. Elle avait juste besoin d'être rassuré. Elle savait que son travail lui demandait beaucoup de temps. Mais, elle savait aussi que si un de ses amis venait à se faire agresser et que si leurs parents étaient au courant, alors ces derniers plaqueraient tout sur le champs pour aller les retrouver. Elle s'était quand meme fait menacé, et tirer dessus. D'ailleurs dans un reflexe involontaire, elle passa sa main sur son peignoire où se trouvait son ancienne blessure. Elle ne comprenait pas comment c'était possible, et en réalité elle ne voulait pas comprendre. Pas maintenant. Ce n'était pas le moment. Trop de choses étranges se passaient depuis cette explosion. Mais pour le moment, elle se concentrait sur la conversation qu'elle arrivait à avoir avec son père.


Il assura que s'était normal qu'elle lui en veuille. Mais il expliqua qu'il aimait son travail et que c'est ce qui les faisait vivre. "Mais..." laissait-elle echapper, en se retenant finalement. Envie de lui demander si il aimait son travail plus qu'elle, au point de preferer rester là bas, plutot que de venir l'aider ? Parce que c'ets bien ce qu'elle avait comprit dans ce premier bout de phrase. Il aime son travail. Oauis, ca elle ne pouvait pas vraiment en douter en réalité. Elle ne voulait pas douter de ce qu'il ressentait pour elle, mais il faut avouer que c'était quand meme difficile pour elle à encaisser. Il était rester à son boulot et n'avait rien plaquée alors que sa fille s'était faite agressée. Bon, elle lui cherchait un tas d'excuses aussi. Elle lui avait dit que tout était regler, elle ne lui avait pas dit qu'elle s'était faite tirer dessus. Alors peut etre que comme tout était reglé, il n'avait pas jugé bon de se deplacer. Il avait peut etre raison, même. Qu'est ce qu'il auriat pu faire ? La chercher, la ramener, et retour au travail après. Oauis, finalement elle lui en voulait peut etre pour pas grand chose. Peut etre que c'était encore son fort interieur qui cherchait un tas d'excuse pour en vouloir à son père.

D'ailleurs il reprit bien vite après avoir baissé légèrement la tête. Il auriat bien voulu venir, mais son travail était prenant et il ne pouvait pas se liberer comme ça. En fait, elle se demandait en quoi consistait vraiment ce travail, c'était surtout ça le probleme. Elle savait qu'il travaillait à la mairie, elle savait qu'il était proche du maire, elle savait... Mais il y a un tas de truc qu'elle ne savait pas. Leur manque de communication faisait qu'elle ne l'entendait jamais parler de ses journée de travail. En même temps, elle avait beau chercher dans ses souvenirs, elle ne se rappelait pas vraiment qu'il en ai parler un jour. Oh peut etre une truc ou deux, sur de nouvelles constructions, de nouvelles regles mise en vigueur, des trucs comme ça, mais rien de plus. Tout ce qui entourait le travail de son père, restait quand même un peu flou. Si seulement il était à l'aise avec l'informatique, elle aurait pu essayer de craquer son disque dur pour y trouver des infos, mais cette idée n'était pas rester longtemps. Les connaissances de son père envers l'informatique n'étaient pas vraiment excessive. Si bien qu'elle avait finit par se dire que si il avait quelque chose à cacher, cela ne se trouverai surement pas dans un ordinateur. Un jour, elle saurait...

Finalement, il avait vraiment expliquer que si il avait pu, il serait venue. Et, dans un clin d'oeil, il expliqua qu'il ne fallait pas qu'on touche à sa fille. Elle laissa échapper un sourire, rassurée. Il tenait quand même à elle, tous ses problèmes étaient finalement dûs à son foutu boulot à la mairie. Ca devait être l'endroit de la ville qu'elle detestait le plus. Non, le pire endroit pour elle restait cette maison, mais c'était pour une toute autre raison en réalité, qui n'a rien à voir avec le sujet en question. Bref, elle prit une inspiration et posa son regard sur son père qui venait de s'ouvrir à elle. C'était surement à ce moment là, qu'elle devait faire de même. Enfin, elle supposait étant donné qu'elle n'était pas une grande spécialiste dans le domaine de la communication avec un père.


"Je suis désolé, tu sais ? Je veux pas douter de ce que tu dis. C'est juste que des fois, je voudrais que tu sois là et c'est pas possible. Mais ça doit venir de moi, et de mon coté un peu capricieuse. Va faloir que je comprenne un jour qu'on peut pas toujours être là quand MOI j'ai envie. Tu as tes obligations, je peux comprendre."

Elle 'pouvait' comprendre. Pas pour cela qu'elle cautionnait parfaitement le truc. Qu'il ne vienne pas pour certaine raison, et parce qu'elle lui demande un truc débile c'était normal. Mais hier s'était quand même tellement different. Enfin, peut etre qu'un jour elle comprendrait qu'en fait il a fait le necessaire, et qu'il s'était chargé du cas de ces deux militaires vu qu'ils repondaient à ses ordres. Bien que, si elle venait à apprendre la double vie de son père, elle était pas convaincue de pouvoir l'accepter et lui pardonner. Elle mettait tous ses problème sur la tête d'un seul type : Le commandant Johnson. celui qui avait fait mettre la ville en quarantaine, celui qui autorisait tous ses controles, ses millitaires, ses scientifiques. Celui qui avait fait de sa vie un cauchemard parce que les gens s'était embarqué dans une sorte de chasse aux sorcieres. Retrouver les gens qui étaient dehors. C'était la préaucupation de tout le monde, dans cette ville. Le gens étaient persuader que si ils livraient ceux de dehors, alors la quarantaine serait finit et tout le monde pourrait reprendre une vie un peu près normal. Oui, mais voilà, Alexandra faisait partit de ces gens qui se trouvait dehors. Alors pour elle, la pire personne qu'il puisse exister était ce Johnson.

"Enfin, quoiqu'il en soit je suis desolée. je devrais pas douter comme ça. Mais, tu sais, jsuis un peu a cran ses dernier temps avec tout ce qui se passe en ville. J'te jure, si un jour j'croise ce Johnson, jlui ferais regretter d'avoir foutue les pieds dans cette ville et d'avoir tout ruiner de ce qu'il restait d'humanité chez les gens de cette ville. Il a reussi à creer une réelle psychose, ça en deviens insuportable. Tout le monde accuse tout le monde d'être rester dehors. Mouais, si je le croise, j'aurais bien de trois truc a lui dire à ce type."

Pauvre Alexandra, si seulement elle savait que ce type tant detester se trouvait être en face d'elle à ce moment précis. Cet homme qui la rassurait sur ce qu'il pensait d'elle. Cette simple personne, dans son t-shirt blanc qui dejeunait des tartines quelques minutes avant. Si elle savait...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-way.forumactif.org
Commandant Johnson
Good at Work, but Bad in Father
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 43
<b>Age</b> : 45 ans
<b>Occupation</b> : En réalité, militaire. Pour ma couverture, travail à la mairie.
<b>Pouvoir</b> : N'en a pas
Date d'inscription : 26/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Ca dépend, tu t'en prend à ma famille et tu le sauras
Pensée du Moment: Qui suis-je vraiment ? Le père de famille, Ryan Mayers, ou le militaire Jethro Johnson ?
Relations:

MessageSujet: Re: Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]   Lun 28 Juil - 15:07

[Je crois que je me sus un peu trop lâché sur le sujet, désolé]

    Ryan savait qu’être un bon père de faille, ce n’était une chose évidente. Lui-même son père n’avait pas été des plus sympathique, mais il avait au moins été là pour lui. Ont ne pouvait pas dire que Ryan lui était là pour sa fille. Mais une chose était sûr, s’il n’était pas de commandant Johnson et s’il n’avait pas été engagé par l’armée, sa présence aux côtés de sa fille aurait beaucoup plus régulière. Comme pour l’histoire d’hier, il serait partit directement et aurait prit les deux militaires entre quatre yeux pour leur exprimer ce qu’il ressentait. Bien sûr, quand il avait entendu le militaire répondre au téléphone, il avait tout de suite essayé de rappeler sa fille, amis elle ne décrochait pas. Alors, il avait envoyé une patrouille pour qu’il la retrouve et qu’il voit les deux militaires. Mais il voulait surtout que celui qui avait répondu au téléphone soit mit devant lui le plus tôt possible. Une fois que cet homme était arrivé en face de lui, Jethro s’était fait un plaisir de lui apprendre deux ou trois choses sur cette jeune fille dont il avait osé toucher un cheveu. Jethro lui avait expliqué que Alexandra n’était autre que la fille d’un haut gradé, ne pouvant pas dire qu’il s’agit de sa fille. Il avait aussi expliqué le fait que ce haut gradé à qui il avait parlé au téléphone avait prit une décision le concernant. En effet, il avait décidé de l’envoyer aux limites de la ville avec son collège pour vérifier les allées et venus des habitants ? Mais que pour lui, son sort n’était pas finit, il devrait tous les jours passer à la mairie, pour dire à Jethro qu’il allait en service. Ces moindres faits et gestes seraient contrôlés et surtout, que s’il approchait à nouveau un seul adolescent et encore plus la bande des six, ce haut gradé s’occuperait personnellement de son cas.

    Le militaire n’était pas à ce moment là des plus fier devant son supérieur et Jethro savait qu’avec de telles consignes il ferait attention. Jethro l’aurait à l’œil constamment et encore plus s’il sait qu’il approche Alexandra où ses amis. Jethro avait regardé par la fenêtre les deux hommes partir dans un camion pour les limites de la ville et il était partit se rasseoir dans son fauteuil. Il avait ensuite regardé une photographie qu’il garde dans son porte feuille. Celle de lui, sa femme et Alex quand tout le monde était encore réunit à l’époque. Cette photo, il garde précieusement et s’il la perd ce serait un vrai drame. C’est la photo qui lui reste de sa femme avec la famille. Il ne se pardonnerait jamais de ne pas avoir dit à sa fille le fait que si l’explosion avait eu lieu, c’était en partie de sa faute. C’est vrai, il avait autorisé les explosions et quand il avait su que son épouse était morte, il n’avait pas put s’empêcher d’aller voir les gradés de son niveau. Il en avait parlé et il s’était plus qu’emporté, demandant à ne plus faire partit de tout cela. Il voulait tout arrêter et tout de suite, ont lui avait dit oui, amis que dans ce cas, il devrait bien protéger sa fille, car elle pourrait avoir des problèmes. Comme lui avait dit le maire de la ville, « Un accident est si vite arriva ». Sur ce coup là, ce n’était plus Jethro, mais Ryan qui avait prit le déçu et la vie de sa fille comptait bien plus que ces expériences. Pourtant, sachant de quoi il était capable, il n’avait pas eu le choix. Il avait donc continué à travailler sans s’arrêter et le maire de la ville avec qui Jethro travaille, sait qu’il doit rester sur ses gardes en permanence, car Ryan ne veut pas perdre sa fille.

    Puis, il reposa son attention sur sa fille avec qui il parlait. Il avait écouté ce qu’elle avait à dire et il était plus que surprit, il pensait qu’elle savait qu’il l’aime plus que tout au monde, malgré le fait qu’il soit peu présent pour elle. C’est vrai qu’elle pouvait en douter, il ne l’avait pas dit ouvertement et ce n’était pas facile pour lui d’en parler. Il devait souvent faire attention à ce qu’il disait, car il ne devait pas faire de gaffes, sinon il devrait vite mettre sa fille à l’abri. Il avait alors expliqué à sa fille que c’est à cause de son travail qu’il n’avait pas put venir. Pourtant, il aurait préféré le faire et aller directement trouver ces deux militaires nullissime qui avait osé touché à sa fille. En tout cas, il avait su qu’elle avait avec elle, un garçon de son âge et un adulte. Avec la description que les militaires lui avaient faite, il devina qu’il s’agissait de Sam, un de la bande des six, au moins il avait été là pour elle. Mais pour l’adulte, c’était une autre chose, il savait qu’il s’agissait d’un médecin et surtout d’un médecin qui cherche souvent entrer dans les camps des scientifiques, pour trouver des informations sur la venue des militaires et de tout ce vacarme. En temps que père de famille, Ryan était reconnaissant envers ses deux hommes mais il ne pouvait pas leur expliqué en face, car il n’aurait plus de couverture.

    En tout cas, il savait que s’ils n’avaient pas été là, il n’aurait peut-être plus revu sa fille. Ce serait une chose qu’il ne pourrait se pardonner. C’est vrai, il était peu présent, alors qu’elle avait besoin de lui, il ne pouvait même pas se déplacer pour l’aider. Mais, il préféra ne pas penser au fait qu’il serait seul alors. Il ne voulait pas qu’il arrive quoi que ce soit à sa fille et encor moins qu’il se retrouve seul face à tout ça. Il ne saurait plus sur qui compter ni qui il pourrait aimer. Alors, revenant à la conversation avec Alexandra, il entendit son mais et il préféra enchaîner. Il savait qu’elle pouvait se poser des questions et il voulait d’abord lui dire ce qu’il avait à dire et ensuite il la laisserait parler. En effet, si elle le coupait, il n’aurait peut-être pas la force de dire la suite. Alors, en finissant, il la regarda toujours dans les yeux, voulant essayer de comprendre ses pensées. Il ne pouvait lire se qu’elle ressentait où se qu’elle pensait, mais il attendrait le temps qu’il faudrait pour savoir tout ça. Alors, il écouta les propos de sa fille et écouta avec beaucoup d’attention pour ne rien louper.

    Il se demandait si au moins aujourd’hui, ils pourraient parler ensemble. Ressembler un minimum à une famille, à une discussion entre son père et sa fille. Ce genre d’évènements n’étaient pas arrivés depuis longtemps, alors il essayerait d’être le mieux possible et de répondre à toutes les questions qu’elle e pose. Alors, quand elle dit qu’elle était désolée, il ne comprit pas tout de suite pourquoi. C’est vrai, c’était lui qui n’était pas venu, alors pourquoi est-ce qu’elle devrait s’en vouloir. En l’écoutant parler, il s’en voulait de ne pas être assez souvent là pour elle. Il savait qu’il devait faire des efforts, mais en face vous avez des gens qui vous menace, alors comment faire ? Hier, avec cette histoire de militaires, il allait venir la voir, quand le maire de la ville était encore une fois venu le voir et avec ce simple regard qu’il lui avait lancé, il savait qu’il ne devait pas bouger de là. Jethro avait prit le dessus face au maire et l’avait défié, en lui demandant si c’était sa faute si sa fille était avec un militaire qui comptait lui faire du mal. N’étant pas au courant, il avait lui aussi donné des ordres précis pour les deux hommes et avait dit à Jethro qu’il ne pouvait pas risquer de griller sa couverture. Au moins aujourd’hui, il savait que le maire, n’avait pas autant de pouvoirs qu’il pouvait le prétendre et tous n’étaient pas à son écoute.

    Alors, toujours en l’écoutant parler, il se demanda comment il pourrait lui expliquer avec simplicité le fait qu’il ne puisse pas venir aussi souvent qu’il le voulait. C’est vrai, il n’en avait pas réellement parlé, alors il pourrait essayer, amis ce ne serait pas facile. Alors, quand elle finit de parler la premières fois, il sourit légèrement.

    Ce côté capricieuse, ça te vient de ta mère.

    Il sourit un peu plus, en pensant à elle. Alex et sa mère sont les deux seules personnes qui peuvent faire sourire Ryan d’un sourire sincère. Puis, il reposa son attention sur sa fille en la fixant à nouveau dans les yeux.

    Moi aussi je voudrais passer plus de temps avec toi, je suis ton père et j’ai envie de voir ma fille grandir, mais je ne peux pas. Non pas que ce qui peut t’arriver ne soit pas important pour moi au contraire. Mais certaines choses dans mon travail m’obligent à avoir des demandes particulières et le maire n’aime pas que ses employés partent sans prévenir. Mais si je n’avais pas un emploi aussi prenant je serais venu à chaque fois que tu avais besoin de moi.

    Ryan aussi avait entendu le mot « pouvait ». Au moins, il y avait une partie de sa fille qui comprenait pourquoi il ne venait pas. Mais si elle pouvait savoir combien de fois il avait voulut aller la retrouver pour l’aider, amis toujours cet homme qui l’en empêchait. A choisir, il préférait ne pas perdre sa fille, donc il restait travailler, il n’avait pas le choix. Alors, il l’écouta à nouveau prendre la parole sur ce fameux commandant Johnson dont ont entendait la voix, mais dont ont ne voyait pas le visage. Cet homme n’est autre que Ryan, amis ça personne ne le sait, à part les militaires, mais même eux ne savent pas qu’Alexandra est sa fille. Il n’y a que deux personnes qui sont au courant, le maire de New Way et son meilleur ami, Benjamin Merrill. Pour ce dernier, il savait parfaitement ce que le maire avait dit à Jethro sur le fait de ne pas aller voir sa fille quand elle avait besoin de lui et Jethro lui avait demandé en temps que Ryan de veiller sur sa fille. Un jour, Ryan avait présenté sa fille à Benjamin et ils avaient l’air de plutôt bien accroché, mais Ben devait aussi faire attention à ses propos, car il travaille avec Jethro et donc ils devaient faire attention. En tout cas, comme Jethro est tout le temps enfermé, c’est son ami qui veille sur sa fille, quand il le peut. D’ailleurs, c’est lui que Jethro avait appelé pour qu’il aille chercher sa fille hier quand elle avait été agressée.

    Laisse le en vie au moins. Tu sais je sais que l’arrivée de ses gens a changé la ville, ça ne me fait pas plus plaisir qu’à toi, amis nous devons faire avec. En tout cas, ce que j’espère que ce qu’ils cherchent ils vont vite le trouver et repartir, nous laissant enfin respirer. Mais, pour ce qui est de cet homme, si je le croise, je te fais signe.

    Ryan ne pouvait pas prendre partit, il devait essayer de rester neutre, mais ce n’était pas évident. Alors, il continua de regarder sa fille, au moins la conversation avait démarré et ils avaient l’air un peu plus à l’aise que tout à l’heure.

    Au fait, t’es pas obligé de boire ton jus d’orange, juste pour rester dans la même pièce que moi.

    Il sourit légèrement, essayant de lui faire comprendre qu’elle n’avait pas besoin de ça pour qu’il sache qu’elle voulait le voir plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Mayers
Admin
avatar

Nombre de messages : 1259
Age : 32
<b>Age</b> : 20 ans
<b>Occupation</b> : serveuse dans un bar miteux / etudiante en journalisme
<b>Pouvoir</b> : régénération cellulaire
Date d'inscription : 17/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: toujours bonne (en apparence)
Pensée du Moment: vivement que ces foutus scientifiques de m**de foutent le camps de notre ville
Relations:

MessageSujet: Re: Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]   Lun 28 Juil - 15:54

Son côté capricieux lui venait de sa mère ?! Alexandra se mise à sourire. Si être capricieuse n'avait rien d'un compliment ou d'une qualité, elle le prenait tout de même très bien. Parce que tout ce qui pouvait faire qu'elle ressemble à sa mère lui plaisait. Le problème de la jeune fille, c'est que sa mère est morte beaucoup trop vite à son goût. Elle avait cinq ans, quand l'usine à connu cette catastrophe. On dit que nos premiers réels souvenirs remonte dans les environs de l'age de trois ans. Et encore, ça reste fou. Alors le calcul n'est pas compliqué à faire. Alexandra possède deux ans de souvenirs, de petits details gravés quelque part dans sa tête. Elle aurait tant voulu pouvoir en parler avec son père. Oui parler des heures et des heures de la personne qu'était sa mère. Mais fallait-il encore que son père possède ces heures et ces heures à lui accorder. Alors, petit à petit, Alexandra s'était construite une image parfaite de sa mère. Une images crée grace à des souvenirs, et surement des affabulation d'une petite fille. Elle avait du mal à separer les vrais souvenirs et les souvenirs qu'elle avait eu envie de se construire à une époque donnée. Mais quoiqu'il en soit, pour elle, sa mère était une personne exeptionnelle qui ne lui a jamais fait manqué d'amour. A l'époque, son pere était déjà très prit mais cela ne s'était jamais fait sentir de la part de la mere d'Alex. Ou alors, c'est Alex qui préférait s'imaginer ce genre de chose. Peu importe, au final, ce qui était vrai ou faux, l'important était que la jeune fille aimait sa mère. Et ce, même si elle n'était plus là aujourd'hui.

Son expliqua que lui aussi avait envie de passer un peu plus de temps avec sa fille, qu'il avait envie de la voir grandir. Une revelation qui la rassura, qui la fit sourire. Au moins, elle acceptait peut etre un peu mieux le fait qu'il n'avait pas forcement le choix. Et puis en y refléchissant bien elle pouvait pas vraiment comparer avec les parents de ses amis. Tout le monde n'avait pas un père haut placé à la mairie, et donc avec beaucoup de responsabilité. Elle etait en train de se convaincre qu'elle devait arreter ses petits caprice. Si il ne pouvait pas venir, c'ets qu'il ne pouvait vraiment pas et puis c'ets tout. Apres tout les responsabilité qu'il devaient avoir, devaient etre bien plus importantes que de venir la chercher alors que son probleme était reglé. Bien evidemment, elle passera sous silence certaines choses qui se sont passé là bas. Pas qu'elle veuille lui mentir, mais surtout qu'elle y comprenait rien. Elle prendra surement la peine de lui dire certaine chose quand elle en saura un peu plus.

En parlant de secret d'ailleurs, elle etait en train de se demander si il était bon de dire à son père la verité sur le jour ou la bombe a exploser. cette dispute qu'il avait eu ensemble. Il voulait qu'elle reste à la maison, elle avait dit que c'etait impossible. Ce jour là, elle n'avait pas refuser par pur plaisir, mais c'était le jour de la mort d'Allan, et c'était le jour ou les six amis se rendait sur les ruines de l'ancienne usine. Ils faisiat cela tous les ans depuis sa mort, alors elle ne pouvait pas rester enfermé chez elle pour simplement faire plaisir à son pere, pas ce jour là, c'était trop important. C'était une date tellement importante pour les 6 amis, que meme mourrante, elle trouverai le moyen d'y aller. En souvenir d'Allan, en souvenir de ce que les amis restant partageait. Elle voulait l'expliquer à son père. d'ailleurs elle avait voulu lui expliquer dès le début. Lui dire qu'elle se trouvait dehors au moment de la bombe, lui expliquer sa perte de connaissance, et le fait que ses amis et elle avait été se refugier dans l'abris de la maison. Elle avait même voulu lui dire quand ils furent autorisé à sortir, mais il n'était pas présent à ce moment là. Elle avait eu peur d'etre infecté d'un truc, ou un autre. Et puis tout s'était enchainer bien vite après. La quarantaine, la traque contre les gens qui était dehors. Alors, elle s'était finalement enfermée dans une sorte de mutisme concernant ce jour. Et là, alors qu'ils semblaient tous deux en confession, en train de discutter réellement, elle trouvait que c'était le bon moment.

Elle avait simplement hocher la tete aux première paroles de son père. Comme pour lui dire qu'elle comprenait parfaitement. Qu'elle aussi ferait des efforts, maintenant qu'elle savait qu'il tenait à elle. Elle voulu laisser ce sujet de coté, pour essayer de lui dire la verité. Lui dire qu'elle n'avait pas ecouter ce qu'il lui aviat dit. Lui avouer qu'elle avait été dehors. Les yeux plongés dans son jus d'orange, elle cherchait la force de pouvoir dire ce genre de chose. Elle commença même à ouvrir la bouche, pour s'appreter à tout dire. Mais finalement, elle ne trouva pas le courage de monter sur la voix de son père qui lui expliquait qu'elle devait quand même laisser Johnson en vie. Johnson ?! Oui, c'est elle qui avait lancé le sujet, en plus. Tellement absorber par son envie de verité, ça lui était deja sortit de la tête. Oui, oui, des fois, on pourrait conciderer qu'elle à autant de memoire de poisson rouge. Elle fit un sourire, sans trop savoir pourquoi en relevant la tete vers lui. Une manière de faire croire qu'elle était à fond dans la discussion, à qu'a aucun moment ses pensées avaient derivées vers autre chose. D'ailleurs, elle s'empressa de rajouter quelques mots.


"Si seulement on savait ce qu'il cherche exactement ? Personne nous dit rien. C'est vrai quoi, apres tout qu'est ce qu'ils ont fait le sgens qui sont rester dehors ? Ils sont infecté par un truc mortel, et contagieux ? Ils sont quoi en fait pour les militaires ? Tu sais toi ? Parce que moi, j'y comprend plus rien."

Au moins, elle pouvait pas être plus sincère sur ce point. Elle oublia juste de preciser qu'elle faisait partie de ces gens. Mais elle voulait comprendre pourquoi on la recherchait, au même titre que d'autre personnes. Le groupe de six amis etaient dehors, mais est ce qu'ils étaient les seuls ? Ca elle ne le savait pas. Elle esperait que non. Une pensée purement egoïste, mais elle preferait qu'il y ai d'autre personne. De cette manière, si ses personnes venaient à ce faire prendre, ses amis seraient propablement tranquils après. Elle s'en voulait de penser de cette manière, mais rien n'était plsu important pour elle que la securité de ses amis. Et si cela voulait dire que d'autre devait prendre, alors elle était prete à prendre ce risque. Alexandra n'avait jamais rien eu de mechant, juste ses amis ça reste precieux.

Ryan fit reference à son verre de jus d'orange. Il avait donc bien compris qu'elle s'était servis juste pour avoir une raison de rester dans cette pièce. Oui, bien sur qu'il l'avait comprit. Mais Alexandra reste quelqu'un de fière, alors elle fit un faux air etonné, et finalement elle haussa les épaules. Signifiant faussement qu'il disait carrement n'importe quoi. Hors de question d'avouer qui'l avait raison et qu'elle etait seulement rester pour ca. Question de principe.


"N'importe quoi. j'vais le boire mon jus d'orange, j'prend juste mon temps, qu'est ce que tu vas imaginer ?"


[mais fais je t'en rpis... tant mieux lol ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-way.forumactif.org
Commandant Johnson
Good at Work, but Bad in Father
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 43
<b>Age</b> : 45 ans
<b>Occupation</b> : En réalité, militaire. Pour ma couverture, travail à la mairie.
<b>Pouvoir</b> : N'en a pas
Date d'inscription : 26/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Ca dépend, tu t'en prend à ma famille et tu le sauras
Pensée du Moment: Qui suis-je vraiment ? Le père de famille, Ryan Mayers, ou le militaire Jethro Johnson ?
Relations:

MessageSujet: Re: Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]   Lun 28 Juil - 17:03

    Ryan avait l’impression de pouvoir faire confiance à son instinct de père sur ce coup là. Tout ce qui lui restait à faire, c’était ne pas répondre à son portable. Oui, Jethro savait qu’une personne allait forcément le déranger, au moins une heure avant qu’il ne soit réellement l’heure de travailler. Ryan espérait que le maire ou n’importe qui d’autre ne viendrait l’importunait, ce qui se passait avec sa fille était des plus importants. Alors, le portable attendrait bien plus tard. Pour une fois qu’il avait un moment privilégié avec elle, il ne la laisserait passer. Alors, il resta fixer sa fille, celle qui ressemble à sa mère. C’est vrai qu’elle ne devait pas avoir beaucoup de souvenir d’elle, mais Ryan savait qu’il devrait lui montrer plus de photographies ou de documents sur elle. Il se demanda lors où est-ce qu’il avait mit l’album photo. Après l’annonce de la mort de sa femme, il avait décidé de ne pas laisser une seule trace d’elle en tout cas, dans leur chambre, parce que pour le reste, il voulait que Alexandra voir sa mère, mais les photos ne sont pas nombreuses. Puis, il se dit que cet album devait être à nouveau complété, il ne l’avait pas été depuis la mort de la femme qu’ils aiment tout les deux. Il faudrait qu’il le lui donne, pour qu’elle puisse le continuer comme elle le désire, en y ajoutant elle aujourd’hui, ou même ces amis dedans. Il devait le trouver, amis i se dit qu’il devait être soit dans le salon, soit dans une boîte dans le grenier, mais c’était plus probable au salon.

    Alors, se demandant comment il pourrait faire pour le lui donner, il attendrait un peu. Pour le moment, la discussion et après ont verrait pour le reste. Le fait de pouvoir être avec Alexandra était une chose que Ryan ne voulait pas briser, comme il avait déjà du faire souvent par le passé. Il ne pouvait pas briser à nouveau tout ça et faire comme si de rien n’était. Non, c’était bien trop important et personne ne devrait briser ce genre de choses. Puis, il la vit sourire, une chose qu’il n’avait pas vue depuis bien longtemps. C’est vrai qu’en général, selon les souvenirs de Ryan, les relations entre eux sont plus que tendues. A chaque fois qu’ils se voyaient ce n’était pas un moment où ils pouvaient discuter comme ici. Il se concentra à nouveau sur la conversation et l’entendit parler du commandant et des militaires. Ryan savait parfaitement que répondre à tout ça, il le savait, mais il ne pouvait pas. Il devait jouer les indifférents et d’ailleurs, le fait que sa fille soit journaliste, était une chose non pas qu’il n’aime pas, mais qui pourrait lui apporter des ennuis. Jethro sait à quel point certaines personnes hautes placées n’aiment pas qu’on fouine comme ça et parfois, il préférait qu’elle ne cherche pas à savoir ce qui se passe.

    Jethro Johnson, le commandant, un militaire réputé, qui a demandé à certaines personnes de faire des expériences et aujourd’hui, c’est la ville dans laquelle il vit qui est touché par tout ça. Ryan Mayers, père de famille connu pour travailler à la mairie, a vu comme tout le monde des gens envahir la ville et il a dut faire avec comme plusieurs. Jouer le jeu là-dessus, ça ne posait pas de problème à Ryan sachant ce que les militaires et les scientifiques venaient faire ici. Mais sa fille avait raison, comme elle l’avait dit il y a quelques minutes, une psychose s’était installé, amis c’était une chose qui devait se mettre en place. Jethro n’avait pas tellement eu le choix, c’était une façon d’avoir des personnes qui en dénonce d’autres et voir si les gens de la ville sont plus ou moins au courant de tout ce qui passent ici. Mais en tout cas, Ryan devait faire face aux questions de sa fille, sans être suspect.

    Je suis pareil que toi, je n’en sais pas plus. Nous ne sommes pas qualifiés pour savoir ce qui se passe, voilà ce que les militaires m’ont dit quand j’ai été les voire avec le maire. Pour ce qui est de l’hypothèse d’être infecté quand les gens sont restés dehors, ça c’est une idée qui m’a traversée l’esprit, mais qu’est-ce qui a bien put faire que ça soit le ça. C’est vrai, les sirènes avaient résonnés, donc comment les gens auraient put être infectés par quoi que ce soit. En tout cas une chose est sur pour moi, je ne tiens pas à ce qu’il reste plus longtemps ici, mais il paraît que nous ne pouvons rien faire pour les faire partir.

    Ryan avait essayé de ne pas montrer qu’il savait quelque chose et il pensait avoir réussit à dire les choses comme un habitant de la ville qui n’y comprend rien du tout. En tout cas, il avait espéré une autre chose, que sa fille ne soit pas sortit le jour de cet incident, car si elle était dehors, ce ne serait pas une partie de plaisir, ni pour elle, ni pour lui. C’est vrai, il est le père d’Alexandra et en même temps, l’homme qu’elle déteste, vu qu’il est le commandant. Mais, comment faire, pour savoir si elle était dehors à ce moment là ? Ils s’étaient disputés et Ryan avait espéré qu’elle lui ait obéit, c’était pour son bien, pas pour autres choses. Alors, il essaya de le lui demander, mais comment ? Non, il préféra parler d’autre chose et ça la voyant jouer avec son verre qu’il sourit. Puis, quand il vit la réaction de sa fille, il fit mine de réfléchir en regardant en l’air et en la fixant dans les yeux il lui répondit.

    Je vais m’imaginer que tu es ma fille, sachant que tu ne prend pas de petit déjeuner, tu as juste prit un verre et que tu l’as rempli pour rester avec moi, seul moment que l’ont peut avoir depuis pas mal de temps.

    Il savait qu’elle ne l’admettrait pas, mais il aimait bien l’embêter pour essayer de la faire sourire et de la voir un peu plus heureuse en sa présence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Mayers
Admin
avatar

Nombre de messages : 1259
Age : 32
<b>Age</b> : 20 ans
<b>Occupation</b> : serveuse dans un bar miteux / etudiante en journalisme
<b>Pouvoir</b> : régénération cellulaire
Date d'inscription : 17/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: toujours bonne (en apparence)
Pensée du Moment: vivement que ces foutus scientifiques de m**de foutent le camps de notre ville
Relations:

MessageSujet: Re: Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]   Lun 28 Juil - 18:56

Alexandra et le journalisme. Une grande histoire d'amour. A la base elle était partit dans cette direction pour satisfaire son envie de tout savoir sur tout. Pas à la manière d'une comère de village. Mais parce qu'elle voulait des infos, sur le pourquoi du comment l'usine avait été reduite en cendre, qui était vraiment sa mère, pourquoi telle ou telle chose se passait en ville, et ainsi de suite. Finalement ses études l'avaient interpellées plus que ce qu'elle imaginait, et c'était bien vite devenue une passion. Malheureusement, ce n'est pas pour cette raison qu'elle avait toutes les réponses à ses questions. Mais elle ne desesperait pas, sachant que tôt ou tard, elle saurait ce qu'elle veux savoir. Ses etudes avaient tellement bien commencer qu'elle avait même reçu une offre du New York Times. Rien que ce nom la faisait frisonner. New York. Cette grande ville qu'elle n'avait jamais vu et qu'elle n'était pas prete de voir. Ils lui proposaient un post de journaliste là bas, tout en lui offrant la possibilité de finir ses études dans une école avec qui ils bossaient en parrallèle. Si elle en avait parler au moment ou elle avait reçue cette lettre -avant la dernière bombe- tout le monde lui aurait dit que c'était la chance de sa vie. Oui, ça elle le savait et c'est bien pour cette raison qu'elle n'en n'avait parler à personne. Alexandra avait decliné l'offre, incapable de partir de New Way et d'y laisser ses cinq amis. Leurs relations étaient surement bien plus forte pour ne pas être entaché par la distance qui les auraient separer. Mais, elle n'avait pas pu se resoudre à les laisser ici. Finalement, elle se serait sentie bien seule toute seule à New York.

Bref, elle avait vraiment envie de savoir ce qui se passait dans cette ville. Trouver une explication logique aux phenomènes qu'elle pouvait apercevoir mais que son cerveau refusait d'admettre. Comme cette blessure par balle qui ne laissait plus aucune trace. Mais surtout comprendre pourquoi, tout d'un coup, tout le monde semblait s'interesser à cette petite ville perdu au milieu de nul part. Qu'est ce que les scientifiques et les militaires venaient faire dans tout ça. Sa prof, son ancienne porf, avait demander à ce que les elves travail la dessus. Deux jours après elle était virer de l'ecole. Et le nouveau prof qu'on leur avait attribué était surveillé par un militaire. Bref, autant dire que les cours n'avaient plus la même saveur qu'avant. On bloquait toutes leurs recherches à partir du moment ou en empietait sur le territoire des militaires. Elle voulait savoir pourquoi. Un gars dans sa classe devait avoir rendez vous avec un etudiant en science, qui apparemment avait decouvert quelque trucs. Mais cet étudiant en question n'était jamais venu, si bien que l'ami d'Alex avait appeler les parents du jeune homme, personne n'avait de ses nouvelles. Une information qu'Alex avait eu par son camarade de classe qui restait persuader qu'on s'était "occupé" de l'étudiant en question. Alex avait du mal à y croire, les militaire irait pas jusqu'à tuer un gamin. En fait, elle n'en savait rien, mais elle verrait bien si dans quelques jours il n'y a toujours aucune nouvelle de cet étudiant.

Alors, pour une fois qu'elle avait son père sous la main, pour une fois qu'elle pouvait parler à quelqu'un de haut gradé à a mairie, elle esperait avoir quelque réponse. Bien sur, elle n'avait rien amener de cette manière là. Des habitudes de journalistes qui sorte comme des reflexes. Elle notait mentalement tout ce que lui disait son pere, analysait les choses et voyaient ce qu'elle pouvait en tirer. Mais aucune infos ne sortait de la bouche de son père. Parfait haut gradé, finalement. Elle avait du mal à croire qu'il ne sache rien de plus qu'elle. Il avait forcement acces à des infos qu'elle ignorait, sinon à quoi cela servait d'avoir une mairie et des dirigeants, si ils sont au meme stade d'information que la population ? Et puis sont pere demanda comment il pouvait etre possible que des gens soient infecté, les sirenes avaient rententis, alors tout le monde devaient avoir trouver un abris. Alex aclla sur cette phrase. La deuxième fois que le commandant johnson s'est fait entendre, il avait assuré que des gens étaient resté dehors et que c'est eux qu'il fallaient retrouver. Son père savait forcement cette information. Et puis Alex était plutot bien placé pour savoir que des gens étaient resté dehors. Au moins six à coup sur. Ses amis et elle, alors qu'il faisait une sorte de commemoration pour "l'anniversaire" de la mort d'Allan.


"Les sirenes ont raisonnées beaucoup plus tard que les fois d'avant. Ceux qui étaient eloignés d'un abris n'ont surement pas eu le temps de se protéger. Et puis les militaires ont bien dit qu'ils avaient des preuves que certains étaient resté dehors. La bombe n'a fait aucun degat materiel, on peut logiquement suposer qu'elle était chimique. Alors pourquoi est ce que les militaires ne nous disent pas simplement ce que les gens risquent ? Les gens viendraient d'eux même si c'était le cas, plutot que de se sentir rechercher. Je veux dire par là que, les militaires ont instaurer un tel climat de mefiance que personne n'ose dire si il était dehors. Alors que toute cette histoire aurait pu etre regler sans probleme. Sans parler des rumeurs qui cours, sur le fait que ce soit l'état lui même qui est bombarder la ville."

Oui cette rumeur avait circuler depuis la première explosion à Portnay. Tout le monde s'était demandé pourquoi des terroristes auraient bombarder une ville perdu au milieu de nul part. Et voilà que s'était au tour de New Way, mais qu'en plus de ça, il fallait qu'il y ai tout un tas de militaire qui s'y interesse. Alex ne croyait pas trop à cette rumeur, du moins, elle ne voulait pas y croire car elle trouvait cela carrement immorale. Comment un état peut bombarder ses propres villes ? Surtout celle ci, elle n'avait jamais rien posséder de particulier ou de richesse, quelque'elles soient. Cette rumeur l'intriguait vraiment, mais elle avait du mal à y croire. En meme temps, c'était bien plus réaliste que de s'imaginer un tueur en série, fanatique des explosion sur les petites villes perdues. Enfin, elle en savait rien. Une chose était sur c'est qu'elle menait son enquete. Alex savait tres bien qu'elle risquait des problème, suffisait de regarder sa prof qui avait disparu apres s'etre virer, cette histoire d'etudiant en sciences -qui emandait à etre verifier, quand meme-. Mais bon, Alexandra avait un coté tete brulée. Une idée en tete, et elle fonçait, même si c'était pour aller au devant des ennuis. Peu importe. Elle haussa les épaules.

"Enfin je sais pas, j'trouve ca bizare. De toute façon je trouverai bien quelque chose. Je suis en train de suivre une ou deux pistes pour le moment."

Elle avait cru bon d'en informer son père. Pas pour se proteger ou qu'il comprenne qu'il lui était arrivé quelque chose si elle venait a disparaitre comme les deux personnes citées plus haut. Non, c'est juste qu'elle voulait le tenir informer de ce qu'elle faisait en ce moment, vers quoi se portait ses recherches. Histoire qu'il sache un peu ou en est sa fille en ce moment. Et quand il parla à nouveau de son jus d'orange, elle lui lança un regard de defis. Du genre, si il osait encore lui faire part de cette pensée, elle serait capable de... En fait, elle serait capable de boire son jus d'orange, quitte à aller tout recracher cinq minutes plus tard. Juste pour ne pas avoir à admettre qu'il avait raison. Toujours cette questiond e fierté à la noix. Mais elle ne répondit rien. Parce qu'elle ne voulait pas trop le provoquer -bien qu'il n'y avait rien de mechant la dedans- sinon il repondrai encore, et elle serait obliger de boire le contenue de son verre, pour rpouver qu'il à tort. Alors qu'il à raison, pour vous dire le raisonnement tordu qu'elle peut avoir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-way.forumactif.org
Commandant Johnson
Good at Work, but Bad in Father
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 43
<b>Age</b> : 45 ans
<b>Occupation</b> : En réalité, militaire. Pour ma couverture, travail à la mairie.
<b>Pouvoir</b> : N'en a pas
Date d'inscription : 26/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Ca dépend, tu t'en prend à ma famille et tu le sauras
Pensée du Moment: Qui suis-je vraiment ? Le père de famille, Ryan Mayers, ou le militaire Jethro Johnson ?
Relations:

MessageSujet: Re: Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]   Mar 29 Juil - 13:59

    Ryan connaît bien sa fille, contrairement à ce qu’on peut penser. Elle est toujours à poser beaucoup de questions, elle n’est pas franchement rancunière, mais peut l’être quand il le faut, mais ce qu’il aime chez elle, par-dessus tout, c’est qu’elle a un esprit de camaraderie comme personne. Ce lien qui l’unie à ses autres copains et copines, font d’elle une personne qu’il aime. Il sait aussi que ce lien peut ou pourrait être étouffant à force, c’est vrai, çà ne doit pas être évident de vivre avec ça tous les jours, malgré le fait qu’ils soient proches. Alors, le fait de devoir faire du mal à ses jeunes et sa fille, c’est ce qui attend Ryan. Il sait que les militaires et les scientifiques n’ont pas encore franchement étudié le cas des jeunes gens. Il sait aussi que le maire, lui a demandé de savoir si sa fille et ses amis étaient à l’extérieur au moment des alarmes. Mais ce qui est le plus dur pour Ryan, c’est de se dire que si sa fille était à l’extérieur, il devrait de faire d’elle une bête de foire pour scientifiques et militaires. Il ne peut pas le faire, avant oui, amis plus maintenant, enfin peut-être pas. Il n’en sait rien en fait, c’est vrai qu’il y a quelques années de cela, alors qu’il était chez les Marines, il se fichait pas mal de se qu’on pouvait penser de lui où de ses actes, mais depuis qu’il avait rencontré son épouse aujourd’hui décédée, il restait en lui une part d’humanité qu’il préfère garder.

    Pourtant, cette part peut lui être fatal. Il sait que tous les jours une personne suit sa fille et que s’il fait un faux pas elle peut mourir. Ryan sait que le maire et des militaires sont là pour le remettre dans le droit chemin si nécessaire, mais il sait aussi qu’il ne se laissera pas faire aussi facilement. Ryan avait déjà eu affaire à des gens qui l’ont plusieurs fois menacés. Les premières fois, pas de regret, il es tuaient sans soucis, mais aujourd’hui, tout est différent, alors savoir que faire exactement face une possible mort de sa fille, c’était impossible à déterminer. Le maire de la ville, qui est un ami, ne le sera peut-être plus pour longtemps. Jethro voulait garder de bons contacts avec lui, mais depuis qu’il avait menacé sa fille, Ryan ne l’avait pas admit. Le fait de menacé sa famille, ce n’est vraiment pas une bonne idée et le maire en fera les frais. Jethro ne le tuerait pas, non, il ferait d’abord des recherches et verrait sur quoi il pourrait tomber. Qui emploie les méthodes du chantage doit s’attendre à en faire les frais un jour où l’autre.

    Mais Ryan arrêta de penser à tout ça, quand sa file prit la parole. Il l’écouta et comprit qu’il avait commit une erreur, amis également que sa fille était bien renseignée. Il avait dut mal à parler avec elle, mais il savait que si elle creusait plus elle découvrirait des choses pas forcément belles à voir, surtout pour une jeune femme comme elle. Ecoutant toujours ses propos, il ne dit rien et ne sourcilla même pas. Façon de faire, pour ne pas montrer qu’il en plus long. Mais, il ne peut pas lui en parler, mais elle a raison, elle sait beaucoup trop de choses. Ryan doit y mettre des limites s’il ne veut pas la voir finir dans un cimetière. Il doit à tout prit lui faire comprendre que ce qu’elle fait et surtout ce qu’elle dit n’est pas fondé. Alors, en analysant ses propos il rit un air surprit.

    Donc, si je comprend bien, les gens qui pouvaient être à l’extérieur seraient venus plus facilement vers les militaires s’il n’y avait pas eu autant de psychoses dès le départ ? C’est une possibilité, mais admettons que toi tu es été dehors lors de tout ça, s’il n’y avait pas eu de psychoses, tu serais aller de toi-même les voir ?

    Ryan ne voulait pas trop s’attarder sur le fait que ça pouvait venir du gouvernement. Il ne voulait pas aborder ce point, sachant où ça le mènerait s’il devait en parler. Au départ, il n’avait pas été d’accord avec eux et s’il en parlait, il se découvrirait et ce n’était pas la chose à faire. Alors, il préférait prêcher le faux pour savoir le vrai. C’est vrai, en disant qu’ont pouvait admettre qu’elle soit à l’extérieur, ce serait peut-être la façon de savoir si elle avait vraiment été à l’extérieur et si il devait la protéger et n’en parler à personne ou non. Puis, il l’écouta à nouveau parler et sourit.

    Ah et tu as trouvé quelque choses d’intéressant ? Peut-être comment faire chanter Johnson pour qu’il te dise la vérité sur tout ça ?

    Il savait que prendre ça à la légère n’allait pas l’aider, mais il devait essayer de trouver une échappatoire aux propos de sa fille. Ne pouvant pas tout lui avouer, il devait jouer avec ses connaissances sur les différents sujets puis, il devait aussi la mener sur de fausses pistes, même si ça ne lui faisait pas plaisir de le faire. Puis, trouvant le sujet du jus d’orange, il vit son regard et ne put s’empêcher de sourire. Finalement, il alla se rasseoir face à son café froid et sa tartine, alors il la finit et ne but pas son café qu’il jeta. Puis, il partit ver sa fille et lui demanda de l’attendre quelques minutes à cet endroit, sans bouger. Partant dans le salon, il ouvrait un premier tiroir, là où il avait pensé le trouver. Il était toujours là depuis toutes ses années, l’album photo de la famille Mayers. Alors, il sourit et l’amena à sa fille, en le posant devant elle.

    Cet album date de pas mal d’années, quand ta mère était encore en vie et je sais que tu tiens à savoir qui elle est, ce qu’elle aimait. Tu ne l’as pas beaucoup connu, mais si tu veux savoir des choses, une partie est là dedans et tu peux le garder avec toi et le continuer si tu le souhaites.

    Ryan la regarda et s’assit alors face à elle, voulant voir sa réaction face à cet album qu’elle n’avait jamais du voir avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Mayers
Admin
avatar

Nombre de messages : 1259
Age : 32
<b>Age</b> : 20 ans
<b>Occupation</b> : serveuse dans un bar miteux / etudiante en journalisme
<b>Pouvoir</b> : régénération cellulaire
Date d'inscription : 17/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: toujours bonne (en apparence)
Pensée du Moment: vivement que ces foutus scientifiques de m**de foutent le camps de notre ville
Relations:

MessageSujet: Re: Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]   Mar 29 Juil - 15:00

La première question de son père fut un peu deroutante sur le coup. Mais elle avait déjà réflechie a cette hypthese depuis longtemps, étant donné qu'elle faisait effectivement partit des personnes qui se trouvaient dehors au moment de l'explosion. Oui, elle serait surement aller se rendre si cette psychose ne s'était pas installer. Parce que sur le coup, elle avait quand meme pas flipper sur le fait qu'elle pouvait être infecter d'une maladie ou une autre. D'ailleurs, elle avait toujours plus ou moins cette peur. Apres tout, la bombe qui avait été lançé n'avait surement pas été là pour faire jolie, ou pour simplement faire du bruit. Il y avait bien quelque chose dedans qui avait produit des changements chez les personnes, le tout était de savoir quoi. ET si elle avait quelques petites idées à ce sujet en vue des derniers evenements, c'est son esprit qui refusait d'y croire parce que ça semblait tout droit sortie d'un film de sciences fictions. Alors pour le moment elle refusait l'hypothèse que des choses étranges pouvaient se produire. A commencer par la blessure par balle d'hier dont il ne restait plus aucunes traces. Enfin, elle répondit tout de même son père.

"Franchement, je suppose que oui. Si j'avais été dehors j'aurais surement eue trop peur d'avoir chopper un virus, maladie, ou truc dans le genre. Alors je pense que mon premier réflexe aurait été de demander conseil ou de faire des analyses. Après je sais pas, c'est un peu facile d'emmetre des hypothèse sur ce qu'on aurait fait ou non étant donné que je ne me situe pas dans cette situation."

Elle s'était exprimé avec une aisance qui aurait pu paraitre deconcertante, si on savait qu'elle mentait. Mais vu que rien ne montrait que c'était le cas, sa réponse paraissait carrement naturelle. Mentir n'était pas une chose qu'elle aimait particulièrement, pourtant elle pouvait se montrer douée dans ce domaine. Vive le journalisme. Mais elle n'était pas spécialement fière de ce qu'elle venait de faire. En même temps, si elle avait hesité à tout lui dire un peu plus tôt, elle trouvait finalement que ce n'était pas une bonne idée. En fait, elle voulait d'abord faire des recherches sur ce qu'elle risquait réellement ou non. Etre soumise à des radiation, ou à un nuage toxique laissait quand même penser que quelque chose n'allait pas chez elle. Le problème, c'est que ne voyait pas ce qui avait changé pour le moment. Elle ne se sentait pas différente, bien au contraire. C'est peut etre cela qui l'effrayait finalement. SI elle ne voyait pas de changements maintenant, quand elle les verraient est ce que cela sera trois fois pire que ce qu'elle imagine ? Des questions, pour le moment sans réponses. Mais elle parviendrai bien à le decouvrir à un moment ou à un autre.

Puis c'ets d'une façon plus légère qu'il demanda si elle avait trouver quelque chose sur le commandant johnson, afin de savoir si elle avait de quoi le faire chanter et l'obliger à dire ce qui se passe réellement. Mais si Ryan prenait ça de manière légère, Alex, elle voyait ça de façon très sérieuse. Croyez vous vraiment qu'elle n'y a pas songer ? Croyez vous vraiment qu'elle n'a pas deja chercher à se renseigner sur cet homme ? Bien sur que si, c'était même une de ses principales investigation depuis la mise en place de la quarantaine. Et vu que son père abordait le sujet, elle ne voyait pas de raison de ne pas lui répondre. Elle haussa tout de même les épaules.


"Oui j'ai chercher, mais je crois pas Johnson soit son vrai nom. Parce que Johson, c'est un peu comme Smith, c'est super répandu. Un bon moyen de brouiller les pistes quand tu veux faire des recherches sur quelques. Tape Johnson dans un moteur de recherche et un tas de truc vont sortie, même dans l'amrée y en à un tas. Et puis je sais pas pourquoi, mais personne semble le connaitre personnellement, un peu bizare comme delire."

Elle replongea son regard dans son verre de jus d'orange. Finalement elle était absorber par ses pensées, et ne captait plus rien à ce qui pouvait se passer autour d'elle. C'est vrai qu'un certain mysthère planait autour de ce commandant, mais avait-elle seulement les connaissances requise pour en savoir d'avantage ? Et puis si elle voulait vraiment avoir des réponse, ça allait s'averer surement plus dangereux que d'enqueter sur la disparition d'une poupée ayant appartenu à une gamine de cinq ans. Jouer avec les militaires n'était surement pas quelque chose a faire, en même temps elle ne pouvait pas non plus rester sans reponse. Pas dans son temperamment. Elle risquerait peut etre gros, mais elle devait le faire de toute façon. Pour elle, et surtout pour comprendre ce qui se passe dans cette ville. Elle s'était mise à reflechir à tout ce qu'elle pouvait eventuellement faire ou non, à la manière de s'y prendre. Bref, elle remarqua à peine le fait que son père venait de finir ses tartines. Elle avait simplement hocher la tete positivement quand il lui avait demandé de ne pas bouger. Et même là, elle ne se demanda pas pourquoi il lui avait demander ce genre de chose, pour dire à quel point elle était concentrer sur une eventuelle mise en oeuvre d'un plan quelconque.

Elle sortie de ses pensées quand son père deposa un albulm devant elle. sur le coup, elle releva le visage interloqué, en se demandant ce que cela pouvait être. Mais il lui expliqua bien vite qu'il s'agissait d'un albulm photo de sa mère. Elle fut vraiment surprise. Un albulm photo de sa mère ! Et ce n'est que maintenant qu'il lui donnait. Sa mort remontait quand même à quinze ans, mine de rien. Mais bon, vaux mieux tard que jamais. Et dans le fond, elle n'avait pas de raison de lui en vouloir parce qu'il lui donnait tardivement. Elle était bien trop heureuse d'avoir cet objet entre les mains. Elle ouvrit quelques pages, somme si elle aviat besoin de verifier qu'il parlait bien de sa mère à elle. Ca paraissiat tellement iréel. Mais, elle reconnu bien vite la femme sur les photo, ses souvenirs étaient embrouillés mais pas vraiment l'image de sa mère. Alex passa une main sur une des photo dans un souire ravie et melancolique. Elle releva la tete vers son père. Un merci voulait sortir, mais finalement c'etait bien plus que cela qu'elle voulait faire. Elle se leva donc, contourna la table et passa ses bras autour du coup de son père.


"Merci beaucoup, tu pouvais pas m'offrir mieux. Merci."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-way.forumactif.org
Commandant Johnson
Good at Work, but Bad in Father
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 43
<b>Age</b> : 45 ans
<b>Occupation</b> : En réalité, militaire. Pour ma couverture, travail à la mairie.
<b>Pouvoir</b> : N'en a pas
Date d'inscription : 26/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Ca dépend, tu t'en prend à ma famille et tu le sauras
Pensée du Moment: Qui suis-je vraiment ? Le père de famille, Ryan Mayers, ou le militaire Jethro Johnson ?
Relations:

MessageSujet: Re: Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]   Mar 29 Juil - 16:16

    Ryan savait qu’en temps que père de famille il pouvait faire semblant de beaucoup de choses envers sa fille. Elle ne se doutait pas ou en tout cas, pas pour le moment, que c’est Ryan qui est le réel commandant Johnson, donc il pouvait se permettre certaines choses. Mais d’un côté, il avait toujours eu peur que sa famille découvre la vérité et c’est pour ça qu’en plus d’un nom de famille, il avait également changé son prénom. Il ne voulait pas qu’une seule personne puisse faire le rapprochement. Imaginez un peu, Ryan Mayers et Ryan Johnson, le rapprochement ne serait pas trop compliqué, alors que Jethro, ce n’est pas un prénom des plus courant, alors, c’est pour ça qu’il l’avait choisit. De plus, étant le prénom que sa mère voulait lui donner, elle n’avait pas put car elle pensait que ses camarades d’école se seraient moqués de lui. Mais même sans se prénom, il avait eu des problèmes à l’école. En tout cas, il savait qu’il pourrait peut-être donné des informations à sa fille, des pistes pouvant l’aider, mais sans trop en dire. Mais pour le moment, il ne préféra pas trop en parler et plutôt savoir ce que elle savait et voir comment il pourrait la faire changer d’idée. Quoi qu’il doute sérieusement de pouvoir y arriver, il devrait trouver une vraie solution pour qu’elle arrête de fouiner et qu’elle mette sa vie en danger. En temps normal, il l’aurait laissé faire, comme elle fait toujours, mais là, il était visé et elle était en danger. Ryan n’était pas dupe et savait très bien qu’un membre des militaires avait été mit sur le coup pour surveiller Alexandra et il espérait qu’elle serait prudente.

    Pour le moment, il ne sait pas encore de qui il s’agit mais il mène sa propre enquête, avec son copain d’enfance. Ces deux là étaient et sont encore comme les doigts de la main. Ils seront toujours là l’un pour l’autre et ils ne sont pas près de se trahir. Il est la seule personne en qui Ryan a une confiance aveugle et il sait qu’il ne se trompe pas sur son compte. Ils ont tout les deux la même vision des choses, le même état d’esprit et ne peuvent donc pas se tromper, ni se trahir. D’ailleurs, Benjamin est bien la seule personne en qui Jethro et Ryan ont confiance pour se confier et parler de tout ce qui se passe. Puis, il demanda à sa fille si elle avait été dehors, est-ce qu’elle aurait été voir les militaires si une psychose ne s’était pas mise en place. Apparemment elle l’aurait fait et Ryan se demanda si elle ne devrait pas le faire. C’est vrai, pour le moment, il ne savait pas trop si elle était sortit ou pas. Avec ce qu’elle venait de lui dire, il ne pensait qu’elle soit sortit, mais il préférait laisser une éventualité au cas ou. Il ne voulait pas tomber de haut et avoir des choix difficiles à faire pour plus tard. Mais il la croyait et il a assez confiance en elle, pour se dire que si elle lui ment maintenant, c’est qu’elle cherche à prouver quelque chose ou en tout cas, elle veut en savoir plus. Mais il sait aussi qu’il doit la protéger quoi qu’il arrive.

    Alors, Ryan demanda à Alexandra, si elle avait des pistes sur ce fameux commandant Johnson. Il savait qu’elle pouvait très bien avoir découvert que c’était lui, mais il savait aussi que si elle le découvrait elle lui en parlerait directement, ou alors elle fuirait et comme aucun des deux n’avait été fait, il ne s’attendait à ce qu’elle lui dise, je sais que c’est toi. De se côté-là, il ne se faisait pas de cheveux blanc, enfin il en a déjà, mais façon de parler. En tout cas, il écouta les propos de sa fille et hocha la tête sur le fait que c’était un om plutôt banale dans ce pays et à l’armée. C’est vrai que se nom n’était pas là pour aider, mais Jethro ne se souvenait plus où exactement il avait décidé de prendre ce nom là, sûrement sur les conseils d’autres militaires plus haut placés. Puis, quand elle parla du fait qu’on ne voyait jamais son visage, c’était vrai, mais il y a une chose dont Ryan avait longtemps songé, sa voix. C’est vrai, Alexandra connaît sa voix et il a toujours eu peur qu’elle le reconnaisse quand c’était Johnson qui parlait. Mais apparemment, elle n’avait pas fait de rapprochements, où alors elle gardait cette information de côté.

    J’ai aussi entendu dire qu’apparemment, il serait encore plus proche du maire que moi je ne le suis. Certains jours, je le vois s’enfermer dans son bureau et je n’ais jamais réussit à savoir ce qu’il faisait. A chaque fois sa secrétaire prétexte un rendez-vous imaginaire. Je suis au courant de beaucoup de choses, mais je dois dire que ça, ça m’intrigue, tu pourrais peut-être trouver quelque chose de ce côté-là.

    Ryan savait que ça allait sûrement intéressée la journaliste qui sommeille en sa fille. Mais il savait aussi très bien se qui se passait dans le bureau à se moment là. La marie parlait avec une personne en particulier, non pas Ryan, ni Johnson, mais avec Josh Turner, un militaire bine connu de Jethro. Il est plutôt du genre solitaire et qui n’aime pas qu’on l’oblige à faire équipe avec une autre personne. Jethro n’a pas confiance en cet homme, au départ, il restait là et le regardait faire, sachant que c’était un très bon militaire. Pourtant depuis peu, il avait l’impression qu’il pourrait le tuer s’il le fallait et Jethro se méfiait énormément de cet homme. Bien sur, il savait que sa fille irait faire son enquête, mais elle ne trouverait rien de bien intéressant, juste une discussion entre eux deux, pour savoir comment faire avec les civils. Mais au moins, elle pourrait peut-être trouver des choses, comme comment il tue de sang froid les gens et elle pourrait s’en méfier.

    Puis, Ryan demanda à sa fille de ne pas bouger, ce qu’elle fit en regardant son verre de jus d’orange. Apparemment, il n’était pas près d’être but de la journée. Ryan savait qu’elle ne le boirait pas ce matin, mais pour le moment, son attention était portée sur le fait que l’album photo de famille ne pouvait être dans le salon. Bingo ! Il l’envoya donc à sa fille et la laissa faire après lui avoir expliqué qu’il lui appartenait aujourd’hui. Puis, il la vit poser sa main sur une des photos et sourit. Plusieurs photos avaient été prises avant la naissance d’Alexandra et donc il s’agissait soit de Ryan seul, soit de son épouse seule, soit de eux deux. C’est vrai qu’à l’époque, sa femme prenait beaucoup de photo, aimant beaucoup ce genre de choses, elle voulait le plus de traces possible de son passé et tout ça revenait à Alexandra aujourd’hui. Au bout d’un moment, il la vit se lever et faire le tour du bar, il resta la regarder faire et la vit entourer ses bras autour de son cou. Il fut plus que surprit, mais il sourit et l’écouta parler.

    C’est normal, elle aurait aimé qu’il te revienne.

    Il sourit légèrement et la sera dans ses bras. Ce moment, il ne voulait pas qu’il s’arrête, mais il n’aurait pas le choix. Alors, il relâcha un peu son étreinte et la regarda dans les yeux.

    Au moins tu pourras montrer à tes amis à quel point ta mère était belle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Mayers
Admin
avatar

Nombre de messages : 1259
Age : 32
<b>Age</b> : 20 ans
<b>Occupation</b> : serveuse dans un bar miteux / etudiante en journalisme
<b>Pouvoir</b> : régénération cellulaire
Date d'inscription : 17/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: toujours bonne (en apparence)
Pensée du Moment: vivement que ces foutus scientifiques de m**de foutent le camps de notre ville
Relations:

MessageSujet: Re: Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]   Mar 29 Juil - 18:44

Si elle n'avait pas parru interessée par le discours de son père, la vérité était tout autre. Un ami du maire ? Des reunions dans son bureau ? Oui elle nota tout cela dans un endroit de sa petite tête, parce que c'était des informations capitale qui pouvaient vraiment l'aider pour ses recherches. Si elle devait passer des journée et des journée devant la mairie pour voir les entrée et sorties des gens, voir qui vient regulièrement, pour combien de temps, ect... Elle le ferait sans la moindre hesitation. Ce qu'elle ignorait completement c'était cette aisance dont son pere faisait preuve pour la mettre sur la mauvaise voix. Jamais elle ne se douterai de ce genre de chose, mine de rien elle avait confiance en lui. Le jour elle viendrai à apprendre la verité il n'y avait pas de doute à avoir sur le sentiment de trahison qui l'envahirait. Enfin pour le moment elle ne pouvait pas savoir comment elle réagirait, vu qu'elle était loin de s'imaginait à quel point son père lui mentait sur ses activités. Non pour le moment, elle se contentait de mettre des idées dans sa tete et de preparer une manière de faire les choses.

Mais elle mit assez vite ses pensées de coté avec l'arrivée de l'albulm photo de sa mère. Elle se trouvait, les bras autour du coup de son père. Le genre de demonstration qui se faisait vraiment rare entre eux deux, qui n'avait d'ailleurs pas eu lieu de se renouvellé depuis qu'elle était toute petite. Une telle distance les avaient separer, que les debordements d'affection n'avait jamais été bien present dans leur vie. Mais là, elle avait estimé que c'était le bon moment. Cet albulm representait beaucoup pour elle. Il allait lui offrir de sphoto de sa mere comme elle ne l'avait jamais vu, comme elle s'en souvenait plus. D'une certaine façon, c'ets son identité qui se trouvait à travers ces photographies, de là ou elle venait et surtout, de qui elle venait. Elle regrettait peut etre de ne pas l'avoir eu avant, mais peu importe maintenant qu'elle l'avait elle saurait en faire bon usage. Hors de question de ne pas utiliser ce cadeau qui lui allait droit au coeur.

Son pere la serra à son tour dans ses bras, et finalement elle apprécia. Ce genre de gestes simple que tous les parents ont envers leur enfant, avait était beaucoup trop rare dans la vie d'Alex. Alors, elle cherchait surement à en profiter le plus longtemps possible. Mais son père relacha un peu son etreinte pour la regarder et lui dire qu'elle pourrai se vanter de la beauté de sa mère. Elle secoua la tete négativement dans un sourire.


"T'es malade ou quoi ? Si je montre ses photos, mes amis vont etre tellement jaloux qu'ils voudront meme plus me parler."

Bien sur elle n'avait rien de serieuse. Et il y avait de forte chance pour qu'elle les montre à ses amis. mais pas tout de suite, pour le moment elle voulait garder ses photos jalousement, rien que pour elle. Pour essayer d'en apprendre un peu plus sur qui était sa mere, les vetements qu'elle aimait, les couleurs qu'elle appréciait, le mode de vie qu'elle affectionnait. Un tas de choses anodine, mais qui reprensentait tellement pour la jeune fille. Oui, pour le moment ses photos resteraient pour elle, et elle seule. Enfin non, pour son père aussi si il voulait les voir, elle pouvait pas lui refuser l'accès. Elle marqua un sourire heureux et triste à la fois à son père. Le souvenir de sa mère restait quelque chose de douloureux, elle lui avait manquer durant toute sa vie. Surtout quand on devient adolscente, il y a des choses qu'on veux apprendre de sa mère. Alex n'avait pas eu ce genre de chose, s'était Savannah qui lui expliquait ce que sa mère lui racontait, pour etre tenue au courant des evolution normales d'une fille. Enfin, bref, elle voulait dire à son père que sa mère lui manquait, et c'est bien ce qu'elle allait faire.


"Tu sais papa, je crois que..."

Ou pas en fait... Une sonnerie de téléhonne se fit entendre. Alexandra essaya de retenir un soupir, mais elle n'y parvint pas vraiment. Enfin, elle se degagea de son père et alla reprendre sa place près de son jus d'orange. Normal, il fallait bien que cela arrive à un moment ou à un autre après tout. Elle vit cependant qu'il marquait une hesitation. Alex haussa les épaule dans un sourire se voulant convainquant.

"Va repondre, c'est surement important, t'inquiete pas, ca va !"

Ca va, ca va, il fallait le dire vite serieusement. Elle regrettait un peu que le telephonne sonne, car elle savait pertinement ce que cela voulait dire. Dans moins de dix minutes, il ne saurait deja plus à la maison. Une urgence, une reunion de dernière minutes, un projet important, peu importe la raison. C'était souvent comme ça après tout. Elle allait devoir s'y faire. Il serait peut etre temps depuis le temps. Et finalement elle avait pas envie de montrer sa deception, alors elle se releva très rapidement et lui annonça que de toute façon elle devait aller prendre une douche. Elle n'ajouta rien d'autre et monta dans sa chambre, ou elle avait sa propre salle de bain. Sachant parfaitement que quand elle en sortirait, lui ne sera deja plus là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-way.forumactif.org
Commandant Johnson
Good at Work, but Bad in Father
avatar

Nombre de messages : 98
Age : 43
<b>Age</b> : 45 ans
<b>Occupation</b> : En réalité, militaire. Pour ma couverture, travail à la mairie.
<b>Pouvoir</b> : N'en a pas
Date d'inscription : 26/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Ca dépend, tu t'en prend à ma famille et tu le sauras
Pensée du Moment: Qui suis-je vraiment ? Le père de famille, Ryan Mayers, ou le militaire Jethro Johnson ?
Relations:

MessageSujet: Re: Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]   Mer 30 Juil - 0:19

    Ryan allait enfin pouvoir profiter de ce début de journée pour passer du temps avec sa fille. Il était plutôt content que ça se passe ainsi. Ca faisait si longtemps qu’ils n’avaient eu de conversations comme celle-ci que ça lui faisait très plaisir. Au moins, il ne travaillait pas avant deux heures d’ici, donc il avait le temps, même s’il savait qu’il ne lui restait qu’une heure. En effet, ont l’appelle toujours une heure avant qu’il vienne, pour être sûr qu’il viendra et qu’il ne se soit pas éclipsé avant. En tout cas, pouvoir serrer sa fille dans ses bras, c’était un geste qu’il n’avait pas put faire depuis très longtemps. Retrouver un semblant de vie de famille voilà ce qu’il désirait, mais il savait aussi que ça ne serait pas évident. De plus, sachant la véritable identité de Ryan ne serait pas quelque chose d’évident pour sa fille et il ne s’attendait pas à avoir d’effusion. Ou plutôt si, mais avec des propos qui ne seraient pas des plus réconfortants. Il aurait dire la vérité depuis le début, mais il ne pouvait pas le faire. Il devait non seulement se protéger, mais également sa fille et il ne voulait pas qu’elle puisse mourir. Ryan sait de quoi l’armée est capable et s’il doit réagir, c’est Jethro qui prendra le dessus et il ne sera pas tendre dans ses actes. Il savait qu’elle lui en voudrait pendant un très long moment, mais il espérait au moins que quand il lui dirait la vérité si un jour il pourrait le faire, qu’elle l’écouterait et qu’elle partirait pour aller dans un endroit sûr.

    Il sait aussi qu’elle ne voudra pas se séparer de ses amis, mais ça ce n’est pas un grand problème. En effet, s’ils sont tous infectés ils devront de toute façon se mettre à l’abri et Jethro leur trouva un endroit adapté. Il a déjà des endroits que personne de son entourage ne connaît. Ont a souvent fait des recherches sur lui, son enfance, son adolescence et toutes les étapes de sa vie, amis certaines choses sont encore dans l’ombre, même pour le maire ou des gens comme les militaires. Jethro a le bras long et il sait se fondre dans la masse, la preuve il est bien resté à New Way sans qu’on sache sa véritable identité. Mais passons, pour le moment, il devait se concentrer sur ce qui se passe avec sa fille et le fait de pouvoir la serrer dans ses bras, c’était important pour lui. De plus, ils parlaient de la femme qu’ils aiment plus que tout. Une mère, une épouse et celle qui a toujours à les réunir et encore une fois aujourd’hui. Alors, quand il expliqua à sa fille qu’elle pourrait montrer les photographies à ses amis pour montrer sa mère et sa beauté, elle dit une chose qui fit rire Ryan. Elle ‘avait raison et c’est vrai que tous pourraient l’envier. Mais Ryan savait une chose, la beauté de la mère avait été transmisse à la fille et il voyait en Alexandra, des traits physique et du caractère de sa femme.

    Alors, qu’ils étaient toujours proches l’un de l’autre, il vit que sa fille avait l’air de vouloir lui dire quelque chose. Il la fixa dans les yeux mais elle avait l’air d’avoir du ma à parler. Il lui laisserait le temps nécessaire, mais il voulait savoir de quoi elle voulait parler. Alors qu’elle commença, il écouta attentivement, amis ne put rien entendre de réel. Son portable sonna et il soupira en même temps que sa fille. Il lui restait pourtant une heure devant lui avant qu’ils n’appellent. Il regarda sa fille qui lui fit signe de décrocher, mais il ne voulait. Il devait écouter sa fille et ensuite le travail prendrait le dessus. C’est moments là sont rares, ils devaient en profiter. Puis, elle partit prendre sa douche et il la regarda partir. Il contracta alors sa mâchoire et décrocha son téléphone.

    QUOI ?

    Il s’agissait de sa secrétaire, qui fit plus que surprise de l’entendre hurler contre elle. Elle lui expliqua que le rendez-vous qu’il avait avec Dylan Rosen était toujours prévu et qu’il devrait venir tout de suite. Il se passa une main sur le visage et raccrocha sans répondre à sa secrétaire. Il baissa la tête et regarda vers les escaliers, là où sa fille était montée. Puis, il regarda l’album photo resté ouvert, avec une photo où ils étaient tout les trois. Il eu un léger sourire, mais préféra ne pas en voir plus. C’était l’heure du boulot, il devait si rendre le plus vite possible. Alors il tourna la tête et vit le réveil dans la poubelle et sourit. Il le reprit et le posa à côté de l’album et prit un bout de papier en griffonnant un message pour sa fille.

    Tu en aura encore besoin, même s’il t’a fait du mal, je sais que tu l’aime ton réveil. On reparle de tout ça ce soir et regarde sous la télévision, deuxième tiroir de droite, sous les annuaires. A ce soir, je t’aime ma chérie.

    Il posa le mot et le stylo et regarda vers la télévision. Il sourit et prit ses affaires, puis ferma la porte à contre cœur. Il resta un moment devant la porte d’entrée. Après tout, pourquoi aller au travail, il pouvait bien attendre encore un peu non ? Il voulait être là quand sa fille trouverait ce qui se cache sous les annuaires, mais il ne voulait non plus qu’elle lui en veuille. En effet, ce qui se trouve là-dessous, est un journal que tenait sa mère très régulièrement, pas forcément tous les jours, mais plutôt tous les deux jours et elle y notait out. Ce qu’elle aime, ce qu’elle déteste, les gens qui l’entour et surtout ce qu’elle voit pour sa fille dans l’avenir de sa famille et ce qu’elle pense d’Alexandra. Mais il n’eu pas le temps d’y repenser plus, son portable sonna à nouveau, alors, il alla à sa voiture et démarra, direction la mairie.



Edit d'Alex : Je cloture le sujet, ses impressions dans son journal intime, prochainement ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ne doit pas travailler, enfin . . . [fini / verrouillé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Utau Tsuro ENFIN FINI!!!!!!!!!!
» La Canard déchaîné - N°35 - 04/05/14
» Toute musique qui ne peint rien n'est que du bruit || enfin fini
» SIGNALER UNE FICHE TERMINÉE • c'est enfin fini, pfiou !
» Toi & Moi enfin réunis... [Pv Sweet Fire ?] [{fini}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW WAY :: New Way :: Les Maisons :: x-Maison des Mayers-x-
Sauter vers: