NEW WAY

Une ville mise sous quarantaine où des personnes se découvrent des pouvoirs.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Consultation d'un "collègue" [PV Greg]

Aller en bas 
AuteurMessage
Heather Lynch
The Nice Doctor
avatar

Nombre de messages : 179
Age : 30
<b>Age</b> : 30 ans
<b>Occupation</b> : Médecin
Date d'inscription : 23/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Inquiéte
Pensée du Moment: What the hell ?!
Relations:

MessageSujet: Consultation d'un "collègue" [PV Greg]   Sam 2 Aoû - 16:36

Il était un peu plus de onze heures ce matin là, et la cellule gouvernementale vrombissait des discussions excitées des scientifiques en plein débats sur tous les sujets imaginables : leurs recherches, ce qu’on leur cachait, la nature des bombes, les possibles retombées, etc, etc… Lassée des conversations stériles, Heather quitta la salle de repos de l’équipe, une tasse de thé fort à la main. Elle avait mieux à faire : on lui amènerait un nouveau patient bientôt et elle devait encore vérifier son dossier médical.

Refermant la porte de la petite salle qui lui avait été assignée, Heather attrapa le dossier qu’elle avait sorti avant sa pause. La pièce était de taille moyenne. Ressemblant à s’y méprendre au salle de consultation des hôpitaux, ses murs étaient blancs, et elle était éclairée par deux larges fenêtres dont les stores étaient tirés, laissant entrer la lumière de manière diffuse. Le mobilier était spartiate : des meubles en fer contenaient tout le matériel dont elle avait besoin, ainsi que les dossiers qu’elle gardait soigneusement enfermés à double tour dans de grands tiroirs ; et au milieu trônait le siège médical grisâtre digne de la meilleure sobriété militaire. S’installant sur un siège à roulettes, Heather commença sa lecture du dossier du dénommé Gregory Thompson.

*Ce nom me rappelle quelque chose.* réalisa-t-elle en fronçant les sourcils. Elle avait rencontré bien des gens par son travail, dur de s’en rappeler par un simple nom. Elle balaya le résumé en première page, cherchant un indice qui lui rappellerait où elle avait entendu ce nom. Le visage, celui d’un quarantenaire mal rasé et mal luné, ne lui rappelait rien. *Médecin ? Ah.* C’était donc un collègue, vu son âge peut-être en avait-elle entendu parler durant ses études ? Elle passa à la liste des antécédents – ce qui était sensé l’intéresser plus pour la visite médicale qui suivrait. *Caillot de sang dans la jambe droite provoquant infarctus et nécrose du muscle de la cuisse…*

Elle manqua en lâcher le dossier, la réalisation soudaine étant inattendue. Gregory Thompson, l’ex de Lisa Coleman, son mentor ! Séparés après la décision de Lisa de l’opérer malgré son refus lors de son accident vasculaire. Elle n’aurait jamais cru le rencontrer dans ces circonstances… et en fait elle n’était pas sûre de le vouloir, vu ce que Lisa lui avait raconter à son sujet.

Malheureusement, elle n’eut pas beaucoup de temps pour réfléchir à la question car déjà deux coups frappés à la porte lui annonçait l’arrivée de son patient. Sursautant – à nouveau – elle se redressa et lissa nerveusement sa blouse blanche avant de donner l’autorisation d’entrer. Elle se leva lorsque la porte s’ouvrit, laissant entrer Gregory et apercevoir le militaire qui l’avait accompagné jusqu’ici et resterait à la porte pour ensuite le raccompagner à la sortie. Il ne semblait pas fâcher de se débarasser du civil.


« Mr Thompson. » le salua-t-elle, aussi neutralement que possible. Qu’elle ait entendu parler de lui ne changeait rien après tout, ce n’était qu’une consultation tout à fait banale, ce n’est pas comme Lisa le lui avait formellement présenté et puis… ô Lisa, savait-elle qu’il habitait à New Way ?! Argh, revenons-en à la réalité. « Bonjour, je suis le Docteur Heather Lynch. » se présenta-t-elle avec un sourire aussi accueillant que possible. Pas facile quand, se souvenant des anecdotes que lui avaient raconté Lisa, elle s'attendait à se faire rembarrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Gregory Thompson

avatar

Nombre de messages : 41
Age : 30
<b>Age</b> : 49 ans
<b>Occupation</b> : Médecin
<b>Pouvoir</b> : Guérison
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Massacrante
Pensée du Moment: Tout le monde ment
Relations:

MessageSujet: Re: Consultation d'un "collègue" [PV Greg]   Sam 2 Aoû - 18:30

Gregory Thompson un drôle d’oiseau celui-là. C’est vrai, tout le connaît pour sa réputation de médecin meilleur que les autres, mais qui se la joue méchant garçon. La vie n’avait pas été rose pour lui, au départ mal tombé. Sa mère l’aimait plus que tout et c’est toujours le cas et c’est la seule femme qui trouve grâce à ses yeux. Pourtant, il ne comprend pas comment elle peut rester vivre avec son père, un homme qui croit pouvoir tout contrôler. Son père, John Thompson, ancien militaire qui préférait son travail plutôt que sa famille, une chose que ne lui a jamais pardonné son fils. D’ailleurs, c’est aussi en partit pour ça qu’il ne supporte pas l’arrivée des militaires en ville. Puis, il est tombé amoureux comme un idiot, il a laissé ses sentiments prendre le dessus. En effet, il rencontra une femme du nom de Lisa Coleman et ils eurent une relation qui dura quelques années et un jour tout bascula. Greg n’allait vraiment pas bien et il fut transporté à l’hôpital, pour se faire soigner. Les médecins qui le prirent en charge lui expliquèrent ce qu’il avait et il avait trois choix qui s’offraient à lui. Un, il serrait tout le temps sous morphine et il devrait rester dans un lit d’hôpital ou son lit chez lui et une personne devrait tout faire à sa place. Pour lui ce n’était pas possible, il devait avoir un minimum d’indépendance. Deux, il pouvait être plongé dans un coma profond pendant plusieurs jour et à son réveil voir comment son corps aurait réagit au traitement imposé. Cette solution était déjà plus intéressante pour lui, mais il voulait connaître la dernière. Trois, ont l’opérait et ensuite une fois réveillé, il devrait marcher avec une canne et prendre des comprimés contre la douleur.

Cette troisième option n’était finalement même pas envisageable. Devoir vivre avec une troisième jambe et souffrir en permanence et prendre des trucs contre la douleur, non la deuxième solution était le mieux. Ne laissant pas le choix à Lisa, il demanda à être mit dans le coma et en fermant les yeux, elle lui dit qu’elle était désolée. Greg ne comprit pas pourquoi et en fermant les yeux se demanda pourquoi elle avait dit ça. Elle n’avait rien avoir avec ce qui lui arrivait en ce moment. Il avait prit seul cette décision et c’était plutôt à lui de demander pardon à la femme qu’il aimait. Puis, ce fut le réveil et il vit Lisa à ses cotés, elle était restée et ça fit plaisir à Greg et en plus de cela, elle souriait de pouvoir le voir sortir de se cauchemar. Mais une chose arriva pour Greg qui ne comprit pas tout de suite. Il avait une sensation bizarre dans la jambe et en la frottant il sentit qu’il lui manquait une partie de sa cuisse. En soulevant le drap, il vit qu’il avait été selon ses dire, mutilé. Il lu manquait un bout de cuisse, alors en regardant Lisa il comprit que c’était elle qui avait prit cette décision à sa place et que c’était pou cette raison qu’elle lui avait demandé pardon. Sur le coup il lui avait dit qu’il ne voulait plus jamais la voir, qu’il préférait vivre seul sans personne plutôt qu’avec une femme qui l’avait trahit et fait de lui un autre homme qui avait perdu une partie de lui.

Voilà les deux femmes qui avaient réellement compté pour Gregory au début de sa vie. Puis, il avait ensuite décidé de fermer son cœur à toutes femmes qui oseraient essayer d’y entrer. Mais quelques années après tout cela, il rencontra une femme qui devient son épouse et surtout qui donna naissance à sa fille Veronica. Mais encore une fois, après les années de bonheur qu’il avait vécu avec sa femme, cette dernière décéda en mettant au monde leur fille. Il en avait fait baver à sa fille en la prenant comme coupable du décès de sa mère, amis remarquant le comportement qu’il avait, il comprit qu’il était comme son père et il changea du tout au tout. C’est alors, qu’il fit plus attention à sa fille et qu’ils vécurent plus heureux dans la ville de New Way. Pourtant, le 13 octobre, alors que les sirènes retentirent, le médecin et sa fille était à la limite de la ville, partit pour trouver un emploi pour sa fille. Ils finirent par arriver dans les abris et y restèrent. Puis, en sortant voyant la psychose qui s’était installé, il décida de mentir avec sa fille et de dire qu’ils ont toujours été dans l’abri. Depuis ce jour, l’arrivée des militaires et des scientifiques intriguait le médecin. Il voulait savoir ce qui se passait et comment cela était possible qu’ils puissent s’installer comme si de rien n’était.

Finalement, la veille, il avait reçu un courrier et en regardant l’enveloppe, il avait vu qu’il s’agissait des militaires. Il commença à la lire et se mit à rire, il devait aller en consultation pour voir son état de santé. Au départ, il avait jeté le courrier à la poubelle et finalement, dans l’après-midi, il s’était dit que c’était une occasion géniale pour jouer les fouines à nouveau. C’est vrai depuis leur arrivée, il essayait par tous les moyens de trouver des réponses et aussi de pouvoir entrer dans ce camp, sans se faire repérer et ainsi, de pouvoir dénicher des réponses qu’il divulguerait à beaucoup de monde. Finalement, il partit se coucher, content de se qu’il allait pouvoir faire le lendemain matin. Une fois réveillé, il était partit prendre une douche et il avait comme tout les jours passé un T-shirt, aujourd’hui kaki, avec un jean bleu marine et une paire de Converse. Puis, il laissa un mot à sa fille pour lui expliquer qu’il était déjà partit à sa fameuse consultation. Il arriva alors devant le camp et vit deux militaires armés devant l’entrée. Alors, tout à fait normalement, après avoir garé sa moto un peu plus loin, il arriva devant l’entrée et voulut entrer mais ils l’en empêchèrent. Tout content de lui, il montra son papier de convocation et les deux hommes durent la laisser faire.

Ces deux là ont souvent mit Gregory dehors parce qu’il jouait les fouines et aujourd’hui, il était fier de passer devant eux. Mais, il fut remit avec un autre militaire qui l’amen jusqu’à l’endroit voulut. Pendant tout le trajet Gregory avait essayé de faire des détours et de visiter les différents lieux qui s’offraient a lui, mais ce fichu militaire ne le lâchait pas d’une semelle et le remettait sur la route pour la consultation. Puis, ils arrivèrent devant une porte et le militaire frappa deux coups, puis, il entendit une voix qui leur disait d’entrer et Greg vit alors une jeune femme brune qui se levait pour les accueillir. Il fronça les sourcils et le militaire les laissa tout les deux en se postant devant la porte. Le médecin fit un clin d’œil au militaire, comme pour dire qu’il allait passe un bon moment là dedans avec la jeune femme. Le militaire leva les yeux au ciel et il ferma la porte les laissant seuls. Puis, Gregory tourna la tête et regarda la pièce dans laquelle il se trouvait. Aujourd’hui, il avait prit sa canne, non pas pour se donner en spectacle, mais parce qu’il avait vraiment mal. En général, quand tout va bien, il n’a pas besoin de la prendre, mais là il en avait besoin. Puis, il finit par poser son attention sur la jeune femme, il se dit qu’elle était trop belle pour pouvoir être dans le camp des méchants.

Bonjour mademoiselle Lynch.

Oh mon dieu Greg, mais que t’arrive-t-il, tu es aimable ? Non, pas du tout, il voulait juste la mettre en confiance au début et ensuite la déstabiliser comme il le voulait et il commença d’ailleurs.

Vous êtes célibataire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather Lynch
The Nice Doctor
avatar

Nombre de messages : 179
Age : 30
<b>Age</b> : 30 ans
<b>Occupation</b> : Médecin
Date d'inscription : 23/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Inquiéte
Pensée du Moment: What the hell ?!
Relations:

MessageSujet: Re: Consultation d'un "collègue" [PV Greg]   Dim 3 Aoû - 19:55

Heather, dans son ensemble de tailleur bleu nuit à fines rayures plus clair et chemisier blanc, sans oublier la blouse blanche, avait l’étrange impression d’être retournée sur les bancs de l’école lorsque le Docteur Thompson pénétra dans la pièce. Et, allez savoir pourquoi, elle se sentait soudain très consciente de son décolleté également, alors que cela ne l’avait jamais gêné auparavant. Mon Dieu, combien c’était embarrassant, qu’est-ce qui lui prenait ?

Gregory Thompson n’était pas pourtant bien différent de ce qu’elle avait imaginé, quasi-cinquantenaire grisonnant, s’aidant d’une canne pour combler le déficit musculaire de sa jambe droite, il n’avait – au premier coup d’œil et pour un spectateur inaverti – rien de fameux… Il avait cependant un quelque chose de fascinant, probablement son regard profond qui semblait deviner tous vos secrets…

Il répondit à sa salutation de manière aimable. Bien plus que ce à quoi elle avait pu s’attendre, il fallait qu’elle arrête de prendre toutes les histoires que lui avait raconté Lisa à la lettre, ça faisait combien de temps qu’elle ne l’avait pas vu au juste ? Vingt ans ? Il avait bien pu changer après tout (bien qu’elle était consciente qu’on ne changeait jamais du tout au tout). Elle réussit à lui offrir un sourire poli mais rien ne lui venait à l’esprit à l’instant. Le blanc total pour commencer la conversation. Elle fut donc plutôt soulagée qu’il embraye immédiatement, aussi inattendue soit la question qui lui posa. Elle s’était attendue à tout, du commentaire désobligeant au question sur ce qu’elle voulait et ce que les militaires et scientifiques cherchaient ici (comme on le lui avait tellement souvent demandé, croyant pouvoir tirer les vers du nez du gentil docteur), mais certainement pas à cette question personnelle. Cet homme avait clairement le don pour prendre ses interlocuteurs à contre-pied.

Que ce soit parce que la question eut le mérite de la sortir de son choc initial ou parce qu’elle en avait déjà vu des vertes et des pas mûres, Heather eut le sang-froid de ne pas tiquer. Un simple clignement de paupières et un petit temps de réflexion indiqua qu’il l’avait prise par surprise. Son sourire un peu coincé se transforma en un sourire en coin amusé. S’il voulait jouer à ça, ils pouvaient être deux. Si elle avait appris une chose dans l’armée, c’était de ne pas laisser démonter par les hommes et leurs remarques mal placées.


« Ça se voit tant que ça ? » répliqua-t-elle, répondant à la question par une autre question, sur un ton sarcastique.

Elle déposa le dossier qu’elle avait agrippé jusque là sur un plan de travail et récupéra à la place un stéthoscope qu’elle passa autour de son cou. Elle indiqua ensuite à Gregory de s’installer sur le siège, autant parce qu’il ne semblait pas à l’aise debout à cause de sa jambe que pour qu’elle commence l’auscultation. Plus tôt elle en aurait fini, plus tôt elle pourrait courir à la recherche de Lisa pour lui en parler (ou la prévenir ? Elle ne savait même pas si elle savait qu’il était là). Elle avait un drôle de besoin de partager ses impressions sur le cas Thompson, alors qu’elle venait à peine de passer quelques secondes dans la même pièce que lui. C’était agaçant, perdre ses repères et son contrôle habituel, si professionnel, de la situation. Il fallait qu’elle se concentre. Ce n’était qu’un patient, rien de moins rien de plus qu’un patient habituel, si ce n’est qu’il connaissait le métier aussi bien qu’elle et qu’elle en avait entendu des belles à son sujet par quelqu’un qui lui était cher. Non, non, juste un patient comme les autres.
Inspirant un bon coup, elle se força à sourire et demanda :


« Vous pouvez vous déshabillez s’il vous plait ? Je dois faire un bilan complet de votre état de santé. » expliqua-t-elle simplement, en espérant qu’il allait lui passer les blagues idiotes qu’amenaient toujours cette demande sur les petits malins. Pour l’éviter, elle préféra ne pas lui en donner le temps et embrayer tout de suite sur les questions : « Avez-vous constater un quelconque changement dans la douleur que vous cause votre jambe ces derniers temps ? Pas de trouble particulier pendant la période d’attente ? »



[HJ : Je me suis pas foulée pour ces vêtements, en fait j’ai pris l’exemple de l’avatar. Razz Et j'espère que c'est pas trop pathétique. XD]


Dernière édition par Heather Lynch le Mar 5 Aoû - 22:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Gregory Thompson

avatar

Nombre de messages : 41
Age : 30
<b>Age</b> : 49 ans
<b>Occupation</b> : Médecin
<b>Pouvoir</b> : Guérison
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Massacrante
Pensée du Moment: Tout le monde ment
Relations:

MessageSujet: Re: Consultation d'un "collègue" [PV Greg]   Dim 3 Aoû - 21:20

Gregory n’est pas du genre à mettre du tact dans tout ce qu’il fait. Il est direct, franc et ne supporte pas qu’on ne lui dise pas les choses en face. En plus, s’il apprend des rumeurs ou des ragots que l’ont dit dans son dos sans lui en avoir parlé en face, il ira trouver la personne et mettra les choses au clair directement. Alors, aujourd’hui, vu qu’il faisait partit du décor chez les scientifiques, il pourrait bien trouver quelque petite chose sur eux et leurs expériences. C’est vrai, vu que pour une fois il pouvait être en terre ennemi et faire ce qu’il voulait à près tout, il pouvait bien essayer d’échapper à la surveillance du militaire qui est à la porte, subjuguer la jeune femme et lui faire dire des choses contre sa volonté. Bien sûr, il jouerait avec ses charmes et essayeraient de séduire la médecin, sans aucunes arrières pensées, mais essayer de la déstabiliser en lui demandant ce qu’ils font ici. Le médecin savait que des questions comme celle-là avait du lui être posé, mais d’une façon plus directe. Lui, il la jouerait subtil, enfin s’il en avait le temps, parce que ce n’était pas sûr. Il savait que la consultation pourrait aller vite, comme être plutôt lente. Il devait jouer toutes ses cartes en peu de temps et tester les réactions de la femme en face de lui. Greg ne savait pas si il réussirait à lui faire dire un maximum de choses, ou même ne serais-ce qu’une seule chose, amis il devait essayer au moins un peu. C’était son but de la matinée et il espérait pouvoir en profiter le plus possible et surtout réussir à la manipuler à sa guise. D’ailleurs, c’est pour cela qu’il lui avait dit bonjour gentiment et qu’il avait ensuite enchaîné par une question personnelle qui ne concerne personne à part elle, amis il voulait la mettre mal à l’aise. S’il n’y parvenait pas, c’est qu’il avait dut la sous estimer.

Le médecin la regarda alors, attendant une réaction ou une réponse et il vit qu’elle n’était pas très à l’aise. Au moins, il avait réussit à la prendre au dépourvu, maintenant, il fallait attendre sa réaction. Gregory de son côté, ne savait pas que Lisa faisait partit des scientifiques présent en ville. Il ne les supporte pas, mais s’il savait qu’elle en faisait partit, il ne lui pardonnerait pas, ou peut-être que si ? Toute cette histoire l’avait bouleversé et il savait que si il la revoyait un jour, il aurait du mal à lui pardonner la décision qu’elle avait prise à sa place pour sa jambe. Mais malgré tout, il avait encore des sentiments envers elle, bien sûr, il a aimé sa femme et la mère de sa fille Veronica, mais il sait aujourd’hui que s’il revoyait Lisa, il ne saurait pas résister à ce qu’elle est. Il a vécu de belles choses avec elle et parfois il y repense, mais comment faire fasse à la femme qui vous a brisé, qui vous a enlevé une partie de vous, de votre physique. Mais il était sûr d’une chose, s’il devait la revoir un jour, il voudrait remettre les choses au clair. Il voulait à tout prit qu’elle lui explique pourquoi elle avait finit par prendre cette décision. Il lui avait demandé de ne pas faire ça et ne l’avait pas écouté, elle n’avait pas prit sa décision en compte, il l’en avait voulut et toute l’histoire qu’ils avaient battis s’était envolée en fumée en mois d’un mois. Mais, il préférait oublier ça et se concentrer sur son plan et la réponse de la jeune femme. D’ailleurs, cette dernière juste de lui répondre et il ne dit rien, il afficha juste un sourire amusé. Il l’avait donc sous estimée et il savait qu’il devrait faire attention à ce qu’il allait dire.

Puis, il la regarda faire avec le dossier, son stéthoscope et la laissa faire. Il savait comment se déroulait une consultation. Même s’il n'en n’est pas fan, il sait comment sa se déroule, quoi que pas vraiment. En général, il ne prend pas la peine d’ausculter le patient, il parle et propose des choses et en un temps record il prescrit et déguerpit. Alors, écoutant les propos du médecin, il se mit à avoir un sourire en coin, pleins de sous-entendus, quand elle lui demanda de se déshabiller. Mais avant qu’il n’ait put dire quoi que ce soit, elle parla de sa jambe. Le sourire de Greg se transforma alors en une mâchoire serrée. Il n’aimait pas parler de ça et franchement, ça ne lui faisait pas plaisir d’aborder le sujet. Il s’assit sur la table et commença à enlever ses chaussures s’en rien dire. Il tournait le dos à Heather et préférait ça plutôt que de devoir la regarder en face. Il enleva ensuite sa veste, son T-shirt et resta un moment debout. Sa jambe, cette chose mutilée qu’il ne montre à personne, il ne pouvait pas la montrer à une étrangère. Elle devrait faire avec le pantalon, il ne ferait pas un effort pour l’enlever. D’une part, parce qu’il met plus de dix minutes pour mettre son pantalon le matin et que là ça allait donner la même chose. D’autre part, parce que déjà qu’il ne s’aime pas physiquement, il aime encore moins sa jambe. Bon, c’est vrai, il est plutôt musclé et à un physique plutôt sexy, mais il ne se trouve pas beau plus que ça, tout ce qu’il trouve de bien chez lui, ce sont ses yeux, il sait qu’il peut hypnotiser les autres et ça marche souvent, surtout quand il drague les femmes.

Alors, il finit par monter sur la table d’auscultation et s’y assit. Il avait son pantalon et il ne comptait pas l’enlever. Même si le militaire qui attendait devant la porte devait le lui enlever, il se battrait s’il le fallait. Puis, il fixa la jeune femme dans les yeux et attendit un moment et finalement, il voulait se détendre, donc il s’allongea tranquillement et tout en la fixant, il sourit.

Pour ma jambe, rien de changer, toujours un mal de chien. Par contre, pour ce qui est du fait que vous soyez célibataire, je trouve ça dommage, vous devez être plutôt intéressante dans certaines positions.

J’avais prévenu, Greg est franc et quitte à la mettre mal à l’aise, autant parler de sexe, chose encore plus intime que le fait de vouloir savoir si elle était célibataire.



[Pour les vêtements, c'est pas un soucis. Sinon pour le poste très bien, surtout le coup du déshabillez-vous Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather Lynch
The Nice Doctor
avatar

Nombre de messages : 179
Age : 30
<b>Age</b> : 30 ans
<b>Occupation</b> : Médecin
Date d'inscription : 23/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Inquiéte
Pensée du Moment: What the hell ?!
Relations:

MessageSujet: Re: Consultation d'un "collègue" [PV Greg]   Mar 5 Aoû - 22:41

Ignorant son sourire aux sous-entendus évident, Heather attendit patiemment que Gregory s’exécute. Notant la tension soudaine lorsqu’elle mentionna sa jambe, et la manière dont il lui tourna le dos pour retirer ses vêtements, ainsi que le fait qu’il ne retire pas son pantalon, Heather comprit que le sujet était très clairement délicat. Et si elle avait généralement le don pour mettre en confiance ses patients et les inciter à lui révéler tous leurs secrets, même les plus embarrassants (pour le patient comme pour elle parfois), elle doutait d’y arriver aussi facilement avec cet homme. Elle aviserait si besoin est…

Il s’installa sur la table et elle s’approcha finalement, brisant la distance qu’elle avait volontairement gardé pour ne pas empiéter sur l’espace personnel de son patient. Elle fit attention de ne pas croiser son regard, afin de ne pas s’attirer une nouvelle remarque, mais elle aurait dû se douer que ce n’était pas suffisant. Elle releva involontairement les yeux lorsqu’il mentionna – encore – sa vie privée et même sexuelle. Leurs regards se croisèrent une seconde, assez pour lui faire savoir qu’il abordait un sujet dangereux. Depuis sa dernière – et quasiment unique – relation sérieuse, sa vie sexuelle avait été enfermée à double tour derrière un grand panneau « danger ». Cette histoire de MST qui aurait pu mettre à mal sa fertilité l’avait bien plus secouée qu’elle n’avait voulu l’avouer à quiconque. S’attaquer à la possibilité qu’elle ait des enfants, un détail auquel elle tenait vraiment, l’avait rendu quasiment paranoïaque, et elle ne voyait plus le sexe de manière aussi libertine que certains.


« Oui, dommage aussi pour votre jambe, vous deviez être bon en sport. » répliqua-t-elle du tac-au-tac sans vraiment se fouler étant donné qu’elle avait une fine musculature sous les yeux. Si son torse était aussi soigneusement entretenu maintenant alors qu’il était handicapé, elle pouvait facilement imaginer ce que cela avait été lorsqu’il était en bonne santé.

La réplique n’était pas forcément du meilleur goût, Heather serait la première à le reconnaître, s’attaquer au point faible de ses patients n’était clairement pas ce qu’elle préférait le plus. Cependant, elle devait renoncé à ses illusions : ce patient n’était pas n’importe quel patient. Même en mettant de côté tout ce qu’elle avait appris via Lisa, elle avait en face d’elle un médecin, qui connaissait son travail aussi bien qu’elle, qui avait de plus un passé médical non négligeable et qui de plus avait un caractère loin d’être banal et amical. De ce fait, au moment où cette réalisation s’imposa, la conviction qu’elle pouvait le traiter comme un patient comme un autre s’envola.

Quelque soit son histoire et son caractère, il devrait se soumettre comme les autres aux exigences du travail d’Heather, et si pour cela elle devait lui répondre de la même manière tout à fait indélicate dont il lui parlait, alors elle serrerait les dents et ferait ainsi. Ça ne lui plaisait pas le moins du monde, mais il ne serait pas le premier à apprendre qu’on ne tirait rien d’elle en la prenant à rebrousse les poils. Elle n’était le gentil et naïf docteur, que lorsqu’elle avait en face d’elle un gentil patient. Probablement pas très joli, joli selon l’opinion des saintes-nitouches, mais c’était une question d’efficacité et de productivité, deux mots essentiels dans l’armée… et elle n’avait jamais prétendu à la sainteté de toute manière. Le credo « Tend la joue gauche lorsqu’on te frappe la droite » n’avait jamais été son truc. Peut-être un héritage de son père militaire et de ses deux grands frères au sang chaud…

Inspirant profondément pour rester calme, elle passa les embouts du stéthoscope dans ses oreilles et procéda à l’écoute de ses voies respiratoires (pendant ce temps là, elle n’avait pas à écouter ses piques, beaucoup plus facile pour se concentrer). Elle lui donna ses instructions, lui indiquant quand inspirer et expirer à fond puis s’asseoir, pendant quelques brèves minutes. Mais aucun signe ne vint troubler et rallonger l’inspection. Rythme cardiaque correct, respiration aisée. Elle attrapa le tensiomètre qui se trouvait non loin. Elle fit glisser le brassard sur le bras droit de Gregory jusqu’au biceps. L’appareil étant manuel (habitude personnelle, elle préférait vérifier elle-même la pression, bien qu‘elle reconnaissait l’utilité des nouveaux appareils modernes), elle glissa le bout du stéthoscope sous le brassard et activa la poire pour le gonfler. Quelques minutes plus tard, elle mettait de côté tensiomètre et stéthoscope.


« Très bien, tout est normal. » annonça-t-elle inutilement, simplement par habitude, avant de continuer sur la lancée de son interrogatoire (vulgairement interrompu précédemment) : « Combien prenez-vous de Vicodine par jour, en moyenne ? »

Tout en l’interrogeant, elle plaça ses mains sur son ventre et palpa l’abdomen puis le cou et ses ganglions à la recherche de tout gonflement ou raideur anormal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Gregory Thompson

avatar

Nombre de messages : 41
Age : 30
<b>Age</b> : 49 ans
<b>Occupation</b> : Médecin
<b>Pouvoir</b> : Guérison
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Massacrante
Pensée du Moment: Tout le monde ment
Relations:

MessageSujet: Re: Consultation d'un "collègue" [PV Greg]   Ven 8 Aoû - 12:34

[Désolé de répondre si tard]


Gregory une fois assit sur cette table, regarda droit devant lui. Il se mit à penser à Lisa, pourquoi ? Aucune idée, mais il l’avait dans la tête depuis la veille, quand il avait reçu ce courrier, pour venir ici pour cette consultation. Alors, peut-être que c’est le fait qu’elle soit aussi médecin, il n’en savait rien. Mais il était sûr d’une chose, si elle était encore dans les parages, il devrait s’expliquer avec elle, lui montrer ce que son choix avait eu comme effet sur lui. Puis, il reposa son attention sur la jeune femme à ses côtés, mais aussi la pièce autour d’eux. Une salle tout à fait normal et pourtant, il avait l’impression de se sentir à l’étroit, peut-être le fait qu’il doive cacher le pouvoir qu’il avait découvert. En effet, la veille, il était avec Sam Garner et Alexandra Mayers près de la mairie, dans une ruelle et il avait guérit sa plaie. Comment ? En posant sa main sur la plaie et c’était tout, il restait quelques gouttes de sang, mais c’était tout. Ensuite, il était rentré chez lui et avait regardé les livres de médecine chez lui, mais rien ne parlait de tout ça. Alors, trouvant ça totalement idiot, il tenta quand même et regarda un livre qu’il avait avec lui depuis l’enfance. Une bande dessinée, sur un super héros, qui peut guérir les autres, un héros que Greg aimait plus que tout et aime encore aujourd’hui.

Il avait relut les différents livres qu’il avait et ainsi, il avait vu que ce héros pouvait soigner les autres, mais pas se soigner lui-même. Chose que le médecin déplora, car il aurait aimé enlever cette chose à la jambe. Il aurait aimé pouvoir effacer tout cela et surtout, ne pas se faire remarquer à nouveau. Finalement, il revient au moment présent et précisa à la jeune femme les choses qu’elle voulait savoir sur sa jambe et en parlant de sexe, il croisa son regard et comprit que le terrain était dangereux. Il ne fit qu’un sourire en coin amusé et reprit son sérieux. Mais il reprit surtout par les propos qu’elle venait d’exprimer. Il fronça les sourcils essayant de voir si elle allait répondre à chaque fois aussi bêtement que lui. Oui, parce que si lui dit des choses comme ça, c’est tout à fait intelligent, mais si c’est elle, c’est totalement stupide. Puis, il commença à arborer un grand sourire plein de sous-entendus.

Mais je le suis toujours et même plusieurs fois en une soirée, vous voulez tester ?

Après tout, si elle entrait dans son jeu, il continuerait avec grand plaisir. Bon, c’est vrai ce qu’elle disait sur sa jambe, ça lui faisait mal, mais il allait pouvoir s’amuser et il espérait qu’elle pourrait aussi jouer verbalement parlant. Quoi qu’il ne serait pas contre un peu de sexe, vu que c’est un peu le désert total depuis quelques années. Puis, il la vit inspirer et il ne put s’empêcher de rire.

Je vous ennuie hein ? Je fais souvent cet effet, je suis d’un effet soporifique parfois. Mais en général pas sur les jeunes femmes.

Alors, il sourit et la regarda faire avec son stéthoscope. Il commença alors à faire des grimaces, non pas qu’il s’ennuyait encore que c’était possible, mais c’était surtout, parce qu’il avait d’en finir au plus vite et surtout, de ne pas passer par la case prise de sang. Il savait que si elle le lui demandait il trouverait une excuse et il ne la ferait pas. Vu qu’il avait le pouvoir de guérison, il ne pouvait pas se permettre de laisser voir ses gênes et son sang. Finalement, il fit ce que la jeune femme lui demanda. Respirer comme elle le demandait et il ferma un instant les yeux. Il ouvrit les yeux, quand elle fit passer le tensiomètre le long de son bras. Il resta le regarder et lire le résultat, mais il vit qu’elle le faisait à l’ancienne. Il pensait qu’elle ne prendrait cette chose comme dise les plus jeunes d’aujourd’hui. Lui aussi le fait de cette façon et beaucoup se moque de lui, amis il préfère être le plus précis possible dans ses résultats, alors il resta regarder le brassard qui gonflait. Puis, il le regarda se dégonfler et écouta les propos de la jeune femme. Mais, juste avant, quand elle posa le tout sur le côté, il en profita pour regarder un peu de tous les côtés la jeune médecin. Plutôt intéressant anatomiquement parlant. Puis, il la regarda à nouveau, avec l’air le plus sérieux qu’il pouvait avoir.

Apparemment, il n’avait rien alors il ne dit rien et la laissa continuer ; Question difficile ou plutôt réponse complexe. Combien de comprimés prit par jour ? Il fit une moue le temps de trouver la réponse et il sentit les mains de la jeune femme sur son ventre. Elle n’avait pas très chaud, mais ça faisait circuler le sang, alors il reprit sa tête avec la moue et leva es yeux au ciel pour trouver la réponse. Il commença à compter sur ses doigts et soupira bruyamment.

Ca dépend de mon humeur. Si tout va bien et qu’il y a juste le minimum de douleur, sept. Si la douleur est plus forte, dix. Si je suis de très mauvaise humeur et que la douleur ne s’arrêta pas, quinze mais tout ça environ. Ca dépend vraiment de mon humeur.

Puis, il resta la fixer, oui tout cela faisait beaucoup de médicament, mais il s’en fichait, alors il continua de la regarder dans les yeux.

Ah oui, je préviens avant que vous ne puissiez le dire et qu’à nouveau vous me fassiez la moral comme tout les autres. Oui, je suis un drogué, je l’admets, mais je ne m’arrêterais pas en si bon chemin. Ce qui n’est pas totalement de ma faute, vu que c’est mon ex qui a voulut que je marche avec trois jambes quand j’ai trop mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather Lynch
The Nice Doctor
avatar

Nombre de messages : 179
Age : 30
<b>Age</b> : 30 ans
<b>Occupation</b> : Médecin
Date d'inscription : 23/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Inquiéte
Pensée du Moment: What the hell ?!
Relations:

MessageSujet: Re: Consultation d'un "collègue" [PV Greg]   Ven 15 Aoû - 15:54

[Moi de même. ^^’]

Son interlocuteur semblait bien décider à jouer au malin et répondre du tac-au-tac, dent pour dent, toujours salace. Il n’y avait clairement pas moyen de le faire taire, et Heather était assez lucide pour savoir qu’elle ne gagnerait pas à ce jeu là. Elle n’avait donc pas d’autre choix que de l’ignorer du mieux que possible et d’encaisser sans broncher. Roulant des yeux aux remarques moqueuses de son patient, elle y ajouta un regard qui indiquait clairement qu’elle ne trouvait pas ça drôle, et enfonça son stéthoscope dans ses oreilles. Elle avait compris : elle devrait subir son sale caractère sans espoir de s’en tirer la tête haute.

Si cet homme était aussi insupportable dans sa jeunesse, c’était à se demander ce que Lisa lui avait trouvé pour sortir avec lui en premier lieu. La conclusion de leur histoire n’avait cependant rien de surprenant. Elle doutait que cet individu soit capable de pardonner ou de comprendre le point de vue d’autrui. Même si Heather se refusait généralement à juger les gens si facilement, il fallait avouer que Gregory Thompson n’y mettait vraiment pas du sien, alors qu’on lui pardonne si elle commençait à croire volontiers une personne en qui elle avait toute confiance et qu’elle connaissait depuis un moment, telle que Lisa.

Elle mit de côté ces pensées pour se concentrer sur son travail. Lorsqu’elle eut fini la palpation et la percussion, à la recherche de toutes anomalies, sans résultats inquiétants, elle releva les yeux, le temps d’écouter son patient. Elle haussa un sourcil impressionné. Sept à quinze comprimés par jour ?! Eh bien… Wow ?! Elle resta « sciée » un instant, instant suffisant pour qu’on lui fasse comprendre que toute remarque n’était pas la bienvenue. Elle n’aurait probablement pas eu le culot de faire la morale à quelqu’un qu’elle connaissait à peine de toute manière, mais soit, au moins Gregory Thompson n’était pas dans le déni et se considérait lui-même comme un drogué… Ça n’avait rien de rassurant, mais c’était toujours mieux que rien.

La remarque sur « l’ex » à l’origine de tous les malheurs lui fit refermer la bouche qu’elle avait entrouverte dans sa surprise. Sa mâchoire claqua alors qu’elle avalait difficilement une phrase d’aussi mauvaise foi. C’était la première fois qu’il mentionnait Lisa (nom collé par ses soins sur « l’ex » aussi joliment décrite), et un tel mépris pour une personne qu’Heather appréciait beaucoup, elle n’appréciait pas. Cependant, cela aurait été une pure inconnue qu’elle aurait eu du mal à entendre avec indifférence pareille accusation. Comme si quiconque pouvait « vouloir qu’un proche marche avec trois jambes ». Et comme si cela pouvait excuser le fait d’être accoutumé à des analgésiques !


« Bien sûr. Si c’est plus facile pour vous de considérer que tous vos malheurs proviennent d’autrui… » dit-elle, un brin d’ironie bien présent dans le fond de sa voix, mais pour le reste particulièrement décontractée. Elle signalait clairement que s’il souhaitait se bercer d’illusions aussi stupides c’était son problème mais qu’elle n’allait pas avaler des bêtises pareilles, alors qu’il lui évite le scénario du pauvre bonhomme martyrisé. Elle avait beau faire, difficile de rester totalement muette face à temps de mépris.

Elle se rassit sur un tabouret roulant et attrapa son dossier. Elle y nota le nombre de comprimés avalés par jour, ainsi qu’un commentaire personnel sur l’état d’addiction du patient.


« Bon, je vais devoir vous faire une prise de sang et vous demander un prélèvement d’urine. Nous allons analyser tout cela rapidement, ce qui nous permettra d’être fixé sur votre état. Une autre analyse sera probablement nécessaire dans quelques mois, pour suivi médical, mais si tout va bien ce sera tout. Vous serez tranquille. » expliqua-t-elle, rajoutant pour elle-même : *Et moi aussi.*

Elle attrapa une feuille de papier – un questionnaire préétabli – qui traînait sur son bureau, et un stylo, qu'elle refila à Gregory. Une liste de questions plus ou moins médicales s'y trouvaient, allant de l'endroit où il se trouvait au moment de l'explosion jusqu'à la prise éventuelle de drogues ou d'alcools, en passant par des vérifications de son état psychologique – dépression, agressivité, etc – et bien d'autres.


« Mais avant cela, remplissez donc ce formulaire, je suis sûre que vous pouvez le faire sans moi. »

Elle ouvrit ensuite un tiroir pour en tirer une seringue et un tube de prélèvement. Elle partit ensuite à la recherche d'un élastique pour pratiquer le garrot. Il fallait vraiment qu'elle range et aménage à son goût cet endroit lorsqu'elle en aurait le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Gregory Thompson

avatar

Nombre de messages : 41
Age : 30
<b>Age</b> : 49 ans
<b>Occupation</b> : Médecin
<b>Pouvoir</b> : Guérison
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Massacrante
Pensée du Moment: Tout le monde ment
Relations:

MessageSujet: Re: Consultation d'un "collègue" [PV Greg]   Mer 20 Aoû - 15:24

Gregory savait que jouer avec les nerfs de la femme en face de lui, n’était une bonne idée, mais ce serait son jeu e la journée. Oui, après il devait aller travailler et ensuite il irait parler avec sa fille. Puis, il se demanda si sa fille devrait venir les voir bientôt ici, parce qu’elle allait sûrement devoir répondre à des questions. Heureusement, ils avaient décidés de certains points importants et surtout du fait qu’ils étaient restés dans l’abri chez eux. Alors, il resta fixer le mur en face de lui, ne sachant pas comment réagir s’il devait être séparé de sa fille. En tout cas, il ne se laisserait pas faire et franchement, personne ne pourrait l’empêcher de se battre pour la garder près d’elle. Au bout d’un moment, il regarda la jeune femme et l’écouta lui dire qu’il n’avait rien, il ne dit rien mais il le savait déjà. Après tout, si ça pouvait faire plaisir aux militaires et aux scientifiques de faire une batterie de tests pour pouvoir voir qui était à l’extérieur ou pas, c’était leur problème. Mais une chose intriguait Greg, comment avec une prise de sang, ils pourraient savoir qui serait à l’extérieur ou non ?

Cette question lui trottait dans la tête depuis quelques temps déjà et il ne savait pas comment réagir face à tout ça. Il est médecin d’accord, mais il ne voyait vraiment pas comment ils pouvaient faire. Puis, il se rappela du cas que Jack Cooper lui avait amené. En effet, sa mère, lui avait donné un dossier pour Thompson. Ce dernier s’était alors demandé si le fait que les gens qui étaient dehors avaient un intérêt particulier par rapport à leurs gênes, où leurs sang. Vu que c’était surtout ça qui intéressait les scientifiques, le sang devait être un élément principal. Alors, reposant son attention sur son interlocutrice, il l’écouta parler à nouveau. Il sentit la pointe d’ironie dans sa voix, mais il fut intrigué par ses propos. Le fait qu’elle défende cette personne lui était étrange.

Vous ne connaissez rien de ce qui s’est passé et vous pensez que tout est de ma faute ? Je ne savais pas que les scientifiques au service des militaires avaient des idées aussi directes, sinon ça veut dire que vous connaissez celle qui a prit cette décision pour moi.

Gregory ne pensait pas possible que Lisa puisse la connaître, amis ont ne sait jamais. Alors, il ne fit pas trop attention à sa réaction, mais il garda un œil au cas ou, après peut-être qu’elles se connaissent. Alors, il se remit plus droit sur la table et la regarda écrire sur son dossier. Il s’attendait à ce qu’elle écrive un truc du genre, « patient misanthrope, antipathique, qui ne supporte pas les autres et qui en plus se permet de faire des jugements hâtifs ». C’était totalement vrai et il savait qu’elle pourrait l’écrire vu que c’était la réalité. Alors, il regarda la pièce dans laquelle il se trouvait et reposa son attention sur Heather qui avait reprit la parole. Il hocha la tête mais il sourit sur le fait qu’elle parlait d’une prise de sang. Il avait accepté de venir pour parler et répondre à des questions ou remplir des papiers, mais pas pour une prise de sang. Greg allait parler, quand elle lui tendit une fiche et un crayon. Il prit le tout et la laissa faire tous ses trucs à côté de lui.

Elles sont sympas ces questions, mais ça va vous servir à quoi ?

Il la regarda et la vit avec tout ce qu’il fallait pour lui faire une prise de sang. Il ouvrit de grands oeils, elle avait été plus rapide qu’il le pensait, alors il posa papier et crayon et attrapa son T-shirt et le passa rapidement.

Je suis venu pour voir si j’avais quoi que ce soit d’anormal, mais non, ce qui ne m’étonnes pas vu que j’étais dan un abri, mais pas de prise de sang. La dernière qu’on m’en a fait une, ont m’a obligé à faire une cure de désintoxication, alors sûrement pas. Vous pouvez toujours rêver.

Il remit alors tous ses vêtements et resta la fixer un instant.

Au fait, pourquoi vous voulez mon sang ? Vous pensez y trouver quelque chose d’intéressant ? Vous pensez que ceux qui étaient à l’extérieur ce jour là ont des choses bizarres dans leur sang ?

Finalement, la curiosité avait prit le dessus, mais il était habillé et prêt à partir si elle persistait à vouloir lui mettre cette aiguille dans le bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather Lynch
The Nice Doctor
avatar

Nombre de messages : 179
Age : 30
<b>Age</b> : 30 ans
<b>Occupation</b> : Médecin
Date d'inscription : 23/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Inquiéte
Pensée du Moment: What the hell ?!
Relations:

MessageSujet: Re: Consultation d'un "collègue" [PV Greg]   Lun 25 Aoû - 14:45

Exaspérée, Heather secoua la tête de droite à gauche avec agacement. Pour une jeune femme aussi raisonnable et douce comme elle, pardonner les actes de ses proches, de personnes auxquelles elle tenait beaucoup et dont elle comprenait le raisonnement bien qu’elle ne l’approuve pas forcément, était naturel et évident. Combien de fois avait-elle ravalé son mécontentement, ses sentiments personnels, pour relativiser les actes de son père et lui pardonner ? Elle en avait perdu le compte. Elle savait qu’il ne voulait que le meilleur pour elle – selon sa vision de ce qui était le mieux pour elle évidemment – et pour cela, elle acceptait de lui pardonner tout et n’importe quoi. Elle avait su pardonner également les actes ou paroles mal placées de ses frères lorsqu’ils étaient enfants, parce qu’elle savait qu’ils n’avaient pas voulu la blesser, ou qu’ils avaient une bonne excuse. Son ex avait été l’une des seules personnes qu’elle n’ait jamais pu pardonner tout simplement parce qu’il n’y avait rien qui puisse l’excuser, rien qui puisse faire passer ses actes pour un ‘bon’ geste.
Pour elle, la manière dont Gregory Thompson se raccrochait avec une rancune persistante aux erreurs passées et au choix de Lisa – qui pouvait se comprendre de son point de vue, bien qu’Heather n’avait jamais réussi personnellement à se décider si c’était bien ou mal – c’était tout simplement stupide et vicieux. Ça n’allait certainement pas arranger les choses de rejeter la faute sur quelqu’un, et au contraire cela leur avait fait énormément de mal, à tous les deux, elle en était sûr. A ces yeux, un tel comportement était immature… et de la part d’un homme qui avait quasiment la cinquantaine c’était quand même inquiétant. Enfin, chacun à ses visions des choses n’est-ce pas ?!


« Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. » râla-t-elle, agacée qu’il déforme ses paroles. « VOUS avez prétendu que tout était la faute de votre ex et JE dis que ça m’étonnerait que tous vos malheurs soient entièrement de la faute d’une autre. C’est vous qui avalez ces cachets il me semble. »

Elle ignora le reste de ces paroles, refermant avec détermination les lèvres, le visage fermé et impassible. Elle se préoccupait peu des préjugés et généralités qu’il appliquait, elle en avait tellement l’habitude maintenant. Les scientifiques ceci, les médecins cela, les médecins militaires tout le tralala… Quant à Lisa, elle ne tenait pas à dévoiler sa présence à New Way, cette histoire ne la concernait pas (du moins, c’est-ce qu’elle aurait préféré puisque maintenant elle se retrouverait au milieu du champ de bataille). Elle l’avertirait qu’elle avait eu son ex pour patient, lui déclarerait que c’était un vieux aigri imbuvable, et ils s’arrangeraient entre eux après cela. Elle s’en lavait les mains autant que possible. Maintenant s’ils pouvaient terminer cette maudite consultation aussi vite que possible…
Elle récupéra le formulaire qu’elle lui avait refilé sans beaucoup de douceur, vérifiant d’un coup d’œil qu’il avait tout rempli et signé. Ces formalités remplies, elle déposa le papier sur son bureau et se retourna vers lui. Elle fronça les sourcils lorsqu’il commença à se rhabiller, lui déclarant qu’il ne voulait pas de prise de sang.


« Je me fous pas mal de votre état d’addiction, je ne suis pas là pour ça. La prise de sang est obligatoire. » déclara-t-elle, faisant de son mieux pour garder son calme.

Les mains sur les hanches, elle lui décocha un regard agacé lorsqu’il chercha à en savoir plus. Il était médecin ou pas ? Il devait bien se douter de la réponse, et qu’elle ne pouvait pas le laisser filer comme ça, tout simplement parce qu’il jouait son sale gosse. Elle lui répondit cependant, espérant que cela le satisferait – bien qu’elle en doutait – tout en gardant les détails pour elle-même. En tant que médecin, il saurait faire les déductions par lui-même.


« Nous ne sommes sûr de rien pour le moment, mais nous cherchons à vérifier d’une part que la vie dans cet environnement possiblement contaminé n’a pas d’effet sur le long terme, ce qui est pour le moment considéré comme peu probable tant qu’il n’y a pas consommation excessive de produits issus de l’agriculture locale. Et, d’autre part, si une personne était dehors lors de l’explosion il est fort possible que l’organisme ait réagi à cette agression de multiples façons, par la sécrétion d’anticorps, molécules anti-stress, etc… ou soit notamment touché par les cas pathologiques courants après une contamination. Maintenant, asseyez-vous et donnez moi votre bras. »

Aiguille et tube d’analyse à la main, elle fixait son patient, le regard déterminé. Lui semblait tout aussi décidé à ne pas se faire piquer. Si elle n’avait pas eu affaire à un emmerdeur de première, elle aurait tout de suite considéré cela comme suspect, mais avec un cas pareil, cela pouvait tout aussi bien être un caprice. Toujours est-il que s’il ne coopérait pas, elle allait devoir appeler le militaire resté à la porte pour le maintenir, et vraiment, elle n’y tenait pas. S’occuper de ses patients par usage de la force lui était très pénible, mais elle n’allait pas avoir le choix…
Alors qu’elle se faisait cette remarque, quelques coups à la porte du cabinet attira son attention. Dès qu’elle eut prononcé un son – à peine intelligible –, le soldat dont elle parlait justement encadra son visage dans l’embrasure de la porte. Heather lui jeta un coup d’œil surpris. Comment avait-il su qu’elle avait besoin de lui ? Il lisait dans ses pensées ou quoi ?


« Docteur ? Vous êtes demandé en labo d’analyses. »
« Mais, je suis en … »
« Le Docteur Coleman insiste, c’est urgent. »


Seringue en main, Heather fixa soudainement l’homme au crâne rasé avec un regard mauvais. Celui-ci déglutit, se demandant probablement ce qu’il avait bien pu dire pour que le gentil docteur le fusille du regard. Cette dernière réfléchit rapidement et choisit la solution la plus raisonnable – et peut-être bien la plus lâche mais tant pis, elle ne prétendait pas être une Gryffondor : la fuite ! Elle lâcha seringue et tube de prélèvement et s’avança vers la porte.

« Ramenez Monsieur Thompson à la sortie, et demandez à la secrétaire de lui planifier un nouveau rendez-vous avec le Docteur Grey, pour un prélèvement de sang et d’urine. » indiqua-t-elle au militaire avant de quitter la pièce sans se retourner.

Grey était un homme froid et rigide. Pas vraiment le médecin idéal selon les critères habituels. Mais avec ses jeunes collègues il était très paternaliste. Il avait déjà proposer à Heather de l’aider en cas de problèmes. Et il l’aiderait beaucoup en s’occupant du cas Thompson. Avec lui, il n’échapperait pas à la prise de sang. Et elle, elle échapperait à une confrontation sur sa relation avec Lisa Coleman. N'était-ce pas parfait ?!


[HJ : Et voilà, j'ai pensé clôturer ainsi, mais si tu désires que je change quoi que ce soit, n'hésite pas à me le dire par MP. Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psychadelya.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Consultation d'un "collègue" [PV Greg]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Consultation d'un "collègue" [PV Greg]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SGU "Air" 1x01-02-03 [SPOILERS!]
» Haiti: Liberté, "aide" et corruption
» Petit cuvier pour deux - Cuvier "Sud"
» Les "toulousains" et les EC en Allemagne
» [Validée]Karusi "Soul" Osaki

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW WAY :: Les Coins Reculés de la Ville :: Cellule Gouvernementale :: Laboratoire d'Analyses-
Sauter vers: