NEW WAY

Une ville mise sous quarantaine où des personnes se découvrent des pouvoirs.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bar pourri... Travail pourri [Clos]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Alexandra Mayers
Admin
avatar

Nombre de messages : 1259
Age : 32
<b>Age</b> : 20 ans
<b>Occupation</b> : serveuse dans un bar miteux / etudiante en journalisme
<b>Pouvoir</b> : régénération cellulaire
Date d'inscription : 17/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: toujours bonne (en apparence)
Pensée du Moment: vivement que ces foutus scientifiques de m**de foutent le camps de notre ville
Relations:

MessageSujet: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Dim 20 Juil - 15:20

"Hè Alex, j'crois que j'suis raide mort, tu voudrais pas me racompagner chez moi"

John et ses questions à deux balles. La jeune femme était tourner vers l'étagère ou se trouvait une panoplie d'alccool en tout genre, mais elle se tourna vers lui en s'approchant du comptoir du bar, une bouteille de whisky à la main. Elle posa finalement le coude sur le bord du comptoir et se pencha un peu vers l'homme qui se trouvait de l'autre coté, comme tous les autres clients de ce bar. John n'avait jamais rien eu de méchant, peut etre même que c'était un de ses clients préférés, du moins quand il ne devenait pas trop lourd après de nombreux verres, encore une fois comme tous les autres clients de ce bar miteux. Mais bon, en tant que serveuse elle ne pouvait pas vraiment le rembarrer, et puis dans le cas de John elle trouvait cela marrant. Tous les soirs il venait ici, tous les soirs il se prenait la cuite de sa vie, tous les soirs il lui demandait si elle ne voulait pas le raccompagner. Alors, légèrement penchée vers lui, elle lui déclara son superbe sourire.

"Tu sais bien que je voudrais John, mais mon patron m'interdit ce genre de chose. Une prochaine fois, dans une autre vie peut être."

L'homme répondit par un rire, à chaques fois qu'il demandait à chaque fois il avait le droit à une réponse differente qui voulait toujours dire non. Il claqua ses deux mains sur le comptoire en assurant que ce n'était pas grave, que son coeur se fendait, et qu'il irai surement se jeter du haut du pont qui surplombe la rivière. Mais Alexandra savait pertinemment que demain, un peu près à la même heure, il lui annoncerait qu'il faut qu'elle le raccompagne. Alors elle le regarda d'un air compatissant et en souriant, avant de lui faire un signe de main et de lui souhaiter bonne route. John disparu à travers la porte d'entrée qui laissa entrer deux nouvelles personnes.

23h30, l'heure où il commençait à être difficile de travailler ici. Les gens avaient tous une dose d'alcool assez importante pour partir en vrille en moins d'une seconde. Ce bar n'était pas franchement reputer pour sa clientèle calme. Bref, l'heure ou il fallait commencer à avoir l'oei partout pour se rendre compte du moindre soucis qui pourrait deriver en une explosion massive de verre à travers les murs. Alex porta son regard sur les deux nouveaux arrivants, et prit leur arrivée d'un mauvais oei, très mauvais même. A leurs ceinture ont pouvait voir une arme pour chacun d'eux, et il ne le cachait pas vraiment. Leur demarche assuré en était riddicule, limite si ils n'étaient pas en train de gonfler le thorax pour refaire sortir leur corps. Pathétique. Ils s'approchèrent du comptoir, elle les salua... Par principe en tout cas.


"t'as le whisky en main, ma jolie, tu nous en servira deux verres."

Même pas une formule de politesse, rien, que dalle, nada. Elle répondit par un sourire forcé, tout en montrant bien qu'il était franchement pas sincère et elle se tourna pour aller chercher deux verres. Une fois que ce fut fait, elle plaqua les verres devant eux et les servis l'un et l'autre sans un mot. Mais apparemment cette méthode ne leur convenait pas, car à paine eu t-elle finit de les servir qu'elle sentit une enorme main lui agripper le poignée et l'entrainer vers le type à qui appartenait la main en question. N'ayant pas vraiment été prevenu qu'il allait faire ça, Alex se retrouva à nouveau penchée sur le comptoire, sans l'avoir voulu cette fois.

"T'as interet à y mettre un peu plus de bonne volonté, on est pas n'importe qui et si tu veux pas qu'on fasse vivre une misère à ta famille je te conseille d'être un peu plus souriante."


Loin de se formaliser pour deux sous, la jeune fille regarda l'homme avec un certain defi dans le regard et une attitude pleine d'applomb. Tout ce qu'il venait de dire ne pouvait signifier qu'une seule chose, et elle ne tarda pas vraiment à donner sa réponse, sans la moindre crainte dans sa voix.

"Ha, je vois ! Les bon militaire qui après une journée de travail viennent boire un verre dans un bar de la ville. J'ai juste une question ? Vous croyez vraiment pouvoir venir, me menacer vis à vis de ma famille sans que personne ne réagissent ? Regardez autour de vous, personne dans cette ville ne peut vous voir en peinture. Vous etes que deux les gars, jouer pas les gros bras ici, pas ce soir..."

Oui parfois cela arrivait. Après leur journée de travail des militaire se melait à la ville habillé en civil. La plus part ne faisait pas d'histoire sachant qu'ils n'étaient pas les bienvenu. Mais des fois, c'était le contraire. Il y avait ces "bons soldats" qui ne voyaient que par la baston et les armes, ceux là venaient dans les endroits mal fréquentés dans l'unique but de declencher une pagaille general, tapper sur des types et expliquer -propablement, c'est ce qu'elle s'imaginait- à leurs supérieur qu'ils avaient été victime d'un soulevement de foule. Bref, par definition, elle ne pouvait pas les encadrer. Une chose était sur, c'est que si elle ne pouvait pas les voirs en peinture, ils lui rendaient bien vu la force que le type mettait pour serrer le poignet de la jeune femme. Et si elle avait envie de reprimer une grimace de douleur, elle se contenta de sourire. Si y a bien un truc qu'elle avait appris en bossant dans cet endroit, c'ets qu'il ne fallait jamais montrer la moindre crainte sous peine de se faire, vite, debordé et marcher dessus.

"Ecoute Alphonse, y a un moment ou va faloir que tu te decides à me lacher, si tu m'empeches de faire mon taff, y en à d'autre qui vont se mettre à hurler." annonça t-elle en designant le reste du bar.

Pour le fait de l'appeler 'Alphonse', c'était un truc qu'elle sortiat souvent quand quelqu'un la gavait un peu. Un prénom qu'elle deballait en souvenir d'un gamin qui était dans sa classe en première année d'université. Le genre de type qui se la jouait un peu trop et voulait absolument terroriser tout le monde. Bref, le blaireau dans toute sa splendeur. Bref, le militaire civil la devisagea un instant en se demandant ce qu'il devait faire, pendant qu'elle haussait un sourcil en attendant son verdict. Et c'est le bruit de la porte qui s'ouvrit à nouveau qui fit que l'homme lacha le poignet d'Alex ....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-way.forumactif.org
Jack Cooper
Modo Emperor Of Thunderbolt
avatar

Nombre de messages : 855
Age : 31
<b>Age</b> : 22 ans
<b>Occupation</b> : Barman / Etudiant en génétique
<b>Pouvoir</b> : Electrokynésie
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Pas trop mauvaise.
Pensée du Moment: Qu'est ce qui s'est passé exactement ?
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Dim 20 Juil - 17:21

23H...
Ce n'était pas le réveil qui avait sorti Jack de sa sieste, mais Martin. Le petit furet que le jeune homme avait trouvé dans la rue, à moitié mort, avait visiblement retrouvé une vivacité nouvelle. Se faufilant n'importe où dans l'appartement, Cooper l'avait déja surpris en train de dormir dans la baignoire, le micro-onde... Quand il ne s'installait pas directement dans le petit lit de Jack, tout simplement.

Bref, l'animal bondit sur son "maître" encore endormi, et s'approcha pour lui mordiller l'oreille. Pas assez fort pour le faire saigner, mais suffisament pour le tirer du sommeil. Ouvrant un oeil, le jeune homme se redressa, se qui fit lâcher prise le furet.


"Qu'est ce qui te prend, au juste ?"

Jetant un oeil à son réveil, il aperçut l'heure. Bondissant de son lit, il atterit sur ses pieds, il se précipita dans la salle de bain pour se faire un brin de toilette, se laver les dents, puis en sortit à toute allure pour commencer à s'habiller. C'était ce soir à 23h30 qu'il devait prendre son service de Barman. S'il n'était pas à l'heure, Stanley allait encore l'incendier !

S'emparant d'une barre de chocolat avant de se diriger vers la porte et de lancer un dernier regard à Martin, encore assis sur le lit, qui semblait le regarder avec un air satisfait.


"Toi, je regrette pas de t'avoir ramené..."

Son réveil n'avait pas sonné. Si Martin ne l'avait pas tiré des bras de Morphée, le jeune homme aurait pu faire une croix sur son boulot, car Stanley ne tolérait aucun retard, à moins que l'excuse soit vraiment valable. Comme une alerte contraignant toute la ville à se réfugier dans des Abris pendant tout un mois, par exemple...

Descendant l'escalier en tourbillon à toute allure, il faillit renverser Mlle Lorenzo, une charmante locataire du troisième, et s'est en lui lançant de vagues excuses que, sans ralentir, il sauta les trois dernières marches et atterit violemment sur le sol. Franchissant la porte de son immeuble, il se mit à courir comme un dératé. Croisant des membres de la ville qui n'avaient de cesse de regarder le petit garçon qu'ils avaient vu grandir traverser la rue comme un fou furieux.


"Qu'est ce qui lui prend à courir comme ça ?"

"Vous croyez que quelque chose lui a fait peur ?"

Finalement, freinant à l'aide de ce qui restait de ses baskets, Jack parvint à peu près à se stabiliser devant la porte du bar ou il travaillait. Reprenant rapidement son souffle, il rentra, tout en regardant sa montre. Ouf ! Pile 23h30 : Il était à l'heure. Mais il tomba sur un spectacle qui ne lui plut pas du tout : Alex, une de ses meilleures amies, qu'il connaissait depuis qu'il était tout gamin, se faisait broyer la main par un homme portant une arme à la ceinture. Un militaire en civil, très certainement. C'était visiblement la même chose pour son compagnon, qui regardait la jeune fille en se tordant de rire.

Lorsque la porte se referma, les deux militaires regardèrent celui qui venait d'arriver, en lâchant la jeune fille. Mais en apercevant qu'il n'y avait qu'un jeune homme d'une vingtaine d'années, il reprirent leurs rires gras. En même temps que leurs blagues salaces sur Alex. Ils eurent même la mauvaise idée de la traiter de "sale blonde".


"Si je peux vous donner un bon conseil, les mecs, ce serait de vite remballer vos affaires et de vous tirer de ce bar avant que les choses tournent très mal pour vous..."

Il s'était approché tout en parlant, histoire de les avoir à portée de main. Ils étaient armés de beretta, des armes à feu. Très efficace à moyenne et longue distance, mais beaucoup moins au corps-à-corps. Et même si Jack s'était entraîné seul au combat militaire depuis la mort de son père, il savait très bien que cela suffirait largement face à ces deux chercheurs d'embrouille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Woods
Doll of Wrath, Doll of Lust
avatar

Nombre de messages : 738
<b>Age</b> : 19 ans
<b>Occupation</b> : Études d'art, Barman au Night Club
<b>Pouvoir</b> : Télékinésie
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Suicidaire...
Pensée du Moment: Mettre un terme à toute cette douleur.
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Dim 20 Juil - 17:43

C'était une journée comme les autres pour Cameron qui n'avait qu'une hâte retrouver la bande ou du moins une partie au bar. Ce soir il ne travaillait pas au night club, une chance qu'il savait prendre pour profiter de ces moments.
Alors qu'il commença par suivre les cours d'art d'une professeur complètement à côté de la plaque qui parlait d'observation, gestation et création. Il ne put s'empêcher de lâcher un fou rire tellement elle semblait dingue. Une fois son cours fini, il alla se préparer pour sa séance photo. La journée passa assez vite, à la réflexion elles se ressemblaient toutes. La seule chose qui changeait c'était les gens qu'il croisait. Avec leur regard et leurs doutes. La vie n'était plus la même ici depuis le dernier bombardement, Cameron en avait pris conscience mais vu son jeune âge il ne pouvait que subir les conséquences.
Le soir venait de tomber lorsqu'il sortit de chez lui vêtu de noir et de blanc, il jeta sa veste sur son épaule et descendit les marches de chez lui. Il lançait les clés de sa maison en l'air et les rattrapait au vol tout en avançant vers le bar. Il croisa quelques militaires et crispant légèrement son visage rata ses clés en plein air. Bien sur il attira l'attention sur lui une fois de plus mais cette fois-ci ce n'était pas volontaire. Il ramassa son trousseau, dégouté d'avoir eu à se rabaisser devant ces fascistes. Car pour lui des militaires dans cette ville, malgré son ignorance sur beaucoup de chose n'augurait rien de bon. Il mit ses clés dans la poche de sa veste et continua sa route sans détourner le regard. Il cru voir au loin une silhouette qu'il connaissait et il fut très réjouit à l'idée de voir au moins deux de ses amis.
Arrivant à la porte du bar, un sourire se dessina sur son sourire, il verrait Alex de sur et il espérait voir aussi les autres. Mais ayant chacun leur vie à présent, ils étaient de plus en plus dur de tous se retrouver.
Il poussa la porte soulagé d'enfin passer un bon moment mais très vite la crispation reprit le dessus sur ce qui aurait dû être un moment de bonheur. Il entendit Jack tenir un discours plutôt menaçant à deux types. Il aperçut Alex affalée sur le bar, deux gars, John le poivrot amoureux d'Alex et Jack de dos qui avançait tranquillement.
Puis il plongea un regard assassin sur les deux militaires qu'il n'avait pas encore identifié en tant que tel. Serrant les dents à s'en faire presque péter les dents, il sentit qu'il fallait qu'il calme l'affaire sinon Jack, leur "Papa poule" prendrait les choses en main de manière assez dure. Mais pour ce-dernier agisse de cette manière c'est qu'il s'était passé quelque chose, il en avait conscience car Jack était un gars raisonné et qui n'agissait pas comme un merdeux, pas comme Cameron quoi. Cela risquait de virer à la bagarre générale, surtout lorsque Woods comprit qu'il s'agissait de militaires. Et ça pourrait porter préjudice à deux de ses meilleurs amis, il décida qu'il fallait à tout prix faire quelque chose. Il fila une grand coup dans la porte et feinta d'avoir couru, il dit sur un ton essoufflé :

"Il y a une bagarre entre civils et militaires près du centre commercial, ils demandent du renfort, dehors c'est la folie…"

Il leva la tête vers Jack puis vers Alex pour voir leur réaction et surtout pour qu'ils comprennent qu'il bluffait. Lorsqu'il se releva, faignant de reprendre son souffle, il s'avança vers les militaires et dit haut et fort.

"J'ai parié que les militaires perdraient vu qu'ils sont moins nombreux. Et pour fêter ça, Lex, tu me sers un verre pas trop fort pour le début de soirée, j'te prie."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Mayers
Admin
avatar

Nombre de messages : 1259
Age : 32
<b>Age</b> : 20 ans
<b>Occupation</b> : serveuse dans un bar miteux / etudiante en journalisme
<b>Pouvoir</b> : régénération cellulaire
Date d'inscription : 17/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: toujours bonne (en apparence)
Pensée du Moment: vivement que ces foutus scientifiques de m**de foutent le camps de notre ville
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Dim 20 Juil - 18:27

Les hommes lui avaient bien laché le poignet, mais Alex ne prit pas vraiment le temps de se redresser fixant son regard sur la porte qui venait de s'ouvrir. Il aurait pu faire noir, qu'elle aurait reconnu cette silhouette parmis un tas d'autre. Jack. Non seulement, ils se connaissaient depuis des lustre -une vie presque pour la jeune femme- mais en plus ils bossaient ensemble. D'ailleurs, elle s'était toujours demander ce qui l'avait poussé à travailler ici. Elle avait commencer avant lui, deux ans deja, et avait franchement dit que cey endroit était pourri et mal famé. Bin, quelque part, elle s'imaginait que c'était pour cette raison qu'il etait venu, histoire d'avoir un oeil sur elle sans lui dire. Quoiqu'il en soit, quand il debarqua pour prendre son service, elle ne pu s'empecher de sourire. Mais dans le fond, elle aurait préféré qu'il arrive deux minutes plus tard, si y a bien un truc qu'il semblait detester c'etait qu'on s'en prenne eux gens qu'il apprécie. Et ce trait de caractère ne lui fit pas faux bond, vu qu'il s'approcha rapidement pour annoncer aux deux types qu'il faudrai mieux qu'ils quittent les lieux avant que ça ne dégénère.

Alex pensa briévement qu'il était surement temps de calmer le jeu, parce qu'une bagarre general créer par une phrase dite par un employer n'allait franchement pas plaire au patron. Mais l'un des hommes avait fait une erreur monumental, il y avait bien un truc qu'Alex destestait plus que tout : qu'on la critique seulement parce qu'elle est blonde. C'est quoi ce jugement sexiste à deux balles sur une couleur de cheveux. Elle plissa les yeux dans un air defi, uniquement destiné à cet abruti de première.


"Vaux mieux être une sale blonde qu'un abruti qui se croit proteger juste parce qu'il porte une arme."

Mais l'homme n'eue pas le temps de repondre quelque chose que la porte s'ouvrit soudainement. Alex' se redressa d'un bond, surprise dans un premier temps, et abasourdit quand elle vit le visage de Cameron. Alors quand il sortit qu'il y avait une bagare pres du centre commerciale, la jeune femme ne pu avoir qu'une seule réaction : Un bras entourait son ventre, tandit que l'autre ramenait sa main au niveau de sa bouche pour etouffer un rire. Elle avait envie de crier un truc du genre "VITE TOUS A L'ABRIS", dans un ton amusé pour suivre le delire du jeune homme. Mais elle du se retenir de manière monstrueuse comprenant rapidement ce à quoi il jouait. Il cherchait juste à faire partir les deux militaires, qui eux, s'étaient redresser d'un bond, arme pratiquement en joue.

Les deux hommes se regardèrent un instant en se demandant ce qu'il convenait de faire. Et voilà que le Cameron national approchait pour dire qu'il avait parier contre les militaire et que c'est pour cette raison qu'il voulait une boison. Tout était fait pour que les deux abrutis degagent le plancher. C'était du grand Cameron tout ça, il avait toujours des idées plus folles les unes que les autres, et surtout la maniere de les faire. Debarquer, en defoncant pratiquement la porte pour hurler à l'emeute, c'était quand même fort.


"Comment passer à côté de cette formidable occasion, bien sur que je te sert ton verre."

Et nos deux militaire semblaient encore reflechir à ce qui convenait de faire. Du coup, Alexandra se decida à leur filer un petit coup de main, histoire que l'info monte plus vite à leur cerveau. Ca avait vraiment un cerveau ce genre de type ? Ou juste une arme ? Elle haussa les épaule à cette réflexion interieur et pointa son regard vers les deux types.

"Hè, il en dira quoi votre boss si il sais que vous etes au courant mais que vous avez preferez vous pichez la tronche dans un bar."
"Tu sais quoi..." L'un deux avait fait volt face et pointa son doigt vers Alex, d'un presque menacant "Toi et moi, on se reverra, et tu feras moins la maline."
"Cool, comme ça jvous ferai payer vos verres que vous avez pas bu." lanca t-elle dans un clin d'oeil

Le deuxième homme interpella son collegue pour lui faire comprendre qu'il etait surement tant d'y aller. Et tous les deux prirent la direction de la sortie. Le tout était simplement de savoir au bout de combien de temps ils allaient se rendre compte que c'était des conneries. En même temps, si il étaient assez intelligent, ils ne se pointeraient pas ici. Mais il y avait plus de chance pour qu'ils fassent le guet afin de savoir quand est ce qu'Alex sortirait de cet endroit. Les rues qu'elle empruntait pour revenir n'étant pas super coté, ca semblait être la solution la plus evidente. Bref, restant tout de même prudente, elle se tourna vers Jake dans un sourire égale à elle même.


"Hè Jack, ça te derange de me raccompagner c'soir ?" Elle sortie son plus beau sourire suppliant "s'il te plaiiiiit"

Bin, oauis valait mieux etre prudent. Sans parler du fait qu'elle était avec son jean trop pmoulant a son gout, un petit haut, trop decolté à son haut, le tout surelevé par des talons. Et comme protection, elle avait juste une petite veste, planquée dans la remise des employés. "Fideliser le client" lui repetait toujours son patron. Elle avait envie de lui rentrer cette phrase dans le crane tellement ca la saoulait d'avoir à s'habiller de cette manière. Bref, elle se tourna pour attraper une bouteille et un verre qu'elle deposa devant Cameron afin de lui servir sa commande, ne pouvant s'empecher une reflexion ou deux.

"Du grand art Wood,s si j'étais réalisateur de ciné, je t'embaucherai cache."

[on garde notre ordre de passage, svp, histoire de pas avancer sans l'un ou l'autre ^^]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-way.forumactif.org
Jack Cooper
Modo Emperor Of Thunderbolt
avatar

Nombre de messages : 855
Age : 31
<b>Age</b> : 22 ans
<b>Occupation</b> : Barman / Etudiant en génétique
<b>Pouvoir</b> : Electrokynésie
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Pas trop mauvaise.
Pensée du Moment: Qu'est ce qui s'est passé exactement ?
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Dim 20 Juil - 19:26

Si Cameron n'avait soudainement pas débarqué en hurlant qu'une émeute avait lieu, Jack aurait certainement mit en pièce les deux militaires, mais il fut tout de même soulagé de voir que la bagarre qu'il avait tant espéré quelques secondes plus tôt n'aurait pas lieu. Après tout, il n'avait pas la moindre envie de perdre sa seule source de revenu, pas plus qu'il ne voulait faire perdre la sienne à Alex.

Certes, L'excuse invoquée par Woods semblait assez délirante. A moins que ce ne soit dû au fait que Jack le connaissait trop bien pour avoir appris à deviner lorsqu'il bluffait ? Après tout, ce devait être la même chose pour lui avec le reste du groupe. Ils se connaissaient trop bien les uns les autres. Etouffant un sourire, le jeune homme jeta un regard aux militaires, tandis que Mayers leur ripostait qu'elle préférait être blonde plutôt qu'un imbécile persuadé de sa supériorité parce qu'il était armé, ce que Cooper approuva.

Cameron se fit servir un verre. Jack le lui aurait bien offert pour son intervention, mais il était à sec. Il lui sembla soudainement que Stanley aurait dû les payer avant la dernière alerte, ce qui signifierait qu'ils avaient le droit d'obtenir leur salaire !

Mais vu à quel point leur patron était radin, il sauterait certainement sur la première occasion pour ne rien payer.

Mais revenons à l'instant présent : Les deux militaires avaient hésité un long moment, mais convaincus par Alex et Cameron, ils s'étaient décidés à partir, non sans balancer quelques menaces de joyeuses retrouvailles à Alex, ce à quoi Cooper ne put s'empêcher de répondre ironiquement, juste après la jeune fille :


"Oh... C'est vrai... Affronter une faible fille sans défense à deux... C'est tellement dur !"

Il avait volontairement pris une voix haut perché sur le 'tellement", pour se moquer encore plus de ces types. Jack secoua la tête lorsqu'ils furent sortis. Ils engageaient n'importe qui dans l'armée, maintenant...
Les militaires étaient censés être des gens veillant au bien-être et à la protection de la population, et pas des poivrots bagarreurs, amateurs de proies sans défenses par la même occasion.
Ils ne manquerait plus qu'ils rackettent les commerçants, et le tableau serait complet. De vraies ordures...
Il fut soudainement tiré de ses pensées par Alex, qui lui demanda s'il pouvait la raccompagner, et le jeune homme réflechit un temps avant de répondre :


"Il me semble que tu finis à la même heure que moi, ça ne devrait pas poser de problèmes..."

Une fois encore, il regarda la façon dont était habillée la jeune fille tandis qu'elle félicitait Cameron. Secouant la tête, il repensa à la manière de "fidéliser le client" qu'avait le vieux Stanley.

*Tss... N'a qu'à se déambuler en mini-jupe lui-même au lieu de forcer les serveuses à le faire...*

Bon. Alexandra ne portait pas de mini-jupe, mais c'était tout comme. En revanche, il eut la sincère envie de répondre à ce que la jeune fille avait lancé à Woods :

"Lui ? Dans le cinéma ? Ah... Je vois dans quel genre de films..."

Il se moquait un peu de Cameron, mais ce n'était pas bien méchant. Et se balancer quelques vannes était assez courant entre certains garçons du groupe des Six.

Il sauta par-dessus le comptoir, et se retrouva juste à côté d'Alex. Aussitôt, il attrapa deux bouteilles et commença à jongler avec.


"Alors ? Tu veux un cocktail spécial histoire de te récompenser ? Un Bloody Mary ? Un TNT ?"

Certes, Jack ne connaissait pas tous les cocktails existant au monde, mais il possédait les recettes des plus connus sur la planète, et avait appris à les faire sans les rater... Comme il avait appris en un mois à jongler avec les bouteilles, histoire d'amuser les clients. En revanche, le mois ou il était arrivé, il avait dû casser au moins deux ou trois bouteilles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Woods
Doll of Wrath, Doll of Lust
avatar

Nombre de messages : 738
<b>Age</b> : 19 ans
<b>Occupation</b> : Études d'art, Barman au Night Club
<b>Pouvoir</b> : Télékinésie
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Suicidaire...
Pensée du Moment: Mettre un terme à toute cette douleur.
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Dim 20 Juil - 20:08

Finalement tout rendra dans l'ordre, Jack mit tout de même les militaires en garde de ne plus s'approcher d'Alex. Et lorsque la blondinette demanda à Alex de la ramener, son meilleur ami répondit affirmativement à la demande de la serveuse mais Cameron ne put s'empêcher de glisser tranquillement :

"Ne t'inquiète pas Lex, on ne va pas te lâcher!"

Puis il prit le verre que lui servit Alex et sourit aux deux réflexions de ses camarades.

"Woué, 100% d'accord avec toi Lex! Et Jacky ne soit pas jaloux de mon physique, je te promets de te ramener quelques petites nénettes une fois que LA sera à mes pieds. Ben pour le cocktail, vas-y Jacky, fais-moi ta spéciale J.I Joe, mais si tu me bourres tu me ramèneras à la maison moi aussi!"

Tu parles, lui quitter New Way jamais il ne pourrait survivre loin de ceux qu'il chérit. Mais il était encore jeune pour affirmer qu'il resterait toujours ici même si aujourd'hui il en avait la ferme intention. Il regarda un moment ses amis avant de faire une rotation sur son tabouret pour regarder un peu qui il y avait dans la salle.
Pour ce qui était de se prendre une bonne cuite, Cameron n'était jamais tombé dans le panneau. Le bougre tenait très bien l'alcool et il gagnait très souvent au night club à des jeux de boissons plus débiles les uns que les autres. Il n'était jamais rentré chez lui plein d'alcool, son secret : manger sucré pour diminuer les effets de l'alcool.

*Woua, la belle bande de blaireaux…*

Il se retourna vite fait face à ses compagnons pour au moins avoir une vue agréable. Il leva la main vers ce pauvre John pour le saluer et ne put s'empêcher de lui lancer une petite vanne.

"Oooh oh Johnyjo, qu'est-ce que tu deviens? Toujours pas prêts pour la tournée du USA Pubs? Remarque, je te comprends ici tu as Alex, enfin il ne faut pas le dire fort pour pas que tout le village le sache. Chuut je garderais le secret. Hein Lex!"

Lorsqu'il leva la tête vers son amie, lui il fit un clin d'œil suite à sa petite vanne.

"Bon personne de potable ici, y a qu'au night club que je fais des rencontres sympas… Ici à part John, je risque pas de trouver le grand amour!"

Mais il était hors de question pour lui de le trouver. Jamais il n'aurait le courage de donner une personne autre que ses amis une partie de son cœur. Plutôt se blesser seul que de laisser un autre le faire pour soi. Sauvage et indomptée, Cameron vivait sa vie sentimentale comme un playboy de base. Consommateur mais jamais preneur, loueur mais jamais acheteur. Aussi consommée, aussi tôt jetée. Le défilé des filles du comté, c'est lui qui l'a organisé! Il a presque eu une relation avec le tiers des files de la ville. Voilà aussi pourquoi il est aussi impopulaire chez les pères de famille.
Cam était le plus jeune de la bande, le plus fougueux et le plus inconscient. Il vivait sa vie sans penser aux autres, ne pensant qu'à lui et ses amis, le reste ne comptait pas. Il savait ses parents en sécurité en Floride alors il n'avait plus qu'à veiller sur cinq personnes et après il pouvait faire tout ce qu'il voulait sans trop réfléchir. Alors il vivait à 100% sa vie.
Alors qu'il bu sa première gorgée d'alcool, il s'interrogea l'espace d'une seconde sur la présence de militaires mais très vite il oublia cette pensée pour se concentrer sur lui, ses projets et ses amis.

"Au fait comment se porte ton père Lex? Je crois que je l'ai vu hier, je l'ai salué mais il n'a pas du me voir. Par contre Jacky, ta mère m'a dit qu'elle espérait qu'un jour tu lui présente ta petite-amie, parce que je lui ai dit que tu en avais une. Vu que je t'ai vu parler avec Joan hier à la sortie de la fac avant-hier, ai-je fais une bourde?"

Sur ce petit pic, il reprit une gorgée de sa boisson, espérant que son ami mordrait à l'hameçon et qu'il y aurait entre eux un échange amicale de petits pics, comme il aimait bien le faire avec lui. En effet, Cameron est le foufou de la bande et Jack tout son opposé. Souvent son aîné lui a fait des remarques que Cam se faisait une joie de ne pas écouter, non pas par méchanceté mais c'était sa nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Mayers
Admin
avatar

Nombre de messages : 1259
Age : 32
<b>Age</b> : 20 ans
<b>Occupation</b> : serveuse dans un bar miteux / etudiante en journalisme
<b>Pouvoir</b> : régénération cellulaire
Date d'inscription : 17/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: toujours bonne (en apparence)
Pensée du Moment: vivement que ces foutus scientifiques de m**de foutent le camps de notre ville
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Dim 20 Juil - 20:48

Les militaire avaient quittés l'endroit en prononçant des paroles qu'il ne vallaient mieux pas comprendre, surtout quand Jack annonça qu'il était "dur" de s'en prendre à une fille sans défense. Sans défense, non mais ça va ho ! Enlever lui ses talons et vous allez voir de quel bois elle se chauffe la petite du haut de ses 1m60. Encore mieux, elle enleve ses chaussure et s'en sert comme arme. Deux ans qu'elle était dans un sport de combat depuis sa première altercation qu'elle avait eu ici, alors maintenant elle savait se defendre. Peut etre pas contre des militaires entrainés, mais ça elle s'en foutait. Elle pouvait même se faire laminer la tete, du moment qu'elle aura mit un coup, elle s'en setirait satisfaite. Non mais ! Petite blonde, peut etre, mais ca reste difficile de lui marché sur les pieds. Enfin, elle hocha la tête fierement - a cause de ses dernière pensées- pour repondre à l'affirmation concernant le fait qu'elle finissait à la même heure que Jack.

"Merci..." Puis de façon plus basse, en faisant une mine d'enfant deçue. "Va faloir que je demande une augmentation quand même. Pas normal, jcommence avant, jfini en meme temps et je gagne pareil..." Puis un sourire se dessina alors qu'elle se mise à se tenir bien droite, comme pour mettre en avant sa silhouette "Non je gagne plus... J'ai carrement plus de pourboire"

Sur ce, elle lacha un rire franc en reprenant sa posture habituelle. Ok, elle aimait pas avoir à se mettre en valeur pour un boulot, mais elle ne pouvait pas nier qu'elle avait plus de pourboire de la part des ivrognes du coin, plus en clin à donner à une fille qu'a un mec. Jack lança une réflexion à Cameron et se dernier ne mit pas longtemps à repondre, avec un bruit de fond le rire de la jeune fille qui secouait la tête, l'air faussement depitée. Cameron et Jake, ils étaient tellement different qu'on se demandait ce qui pouvait faire qu'ils s'entendait si bien. Non, en fait ALex ne se posait pas la question, c'était une histoire d'amitier si vieille que même si des points de vue divergent, ils seraient toujours unis. Bref, elle les laissa à leur joute verbale en posant une main dans le dos de Jack, afin de l'insiter à se pousser un peu pour qu'elle puisse passer. Ce qu'elle fit, pour sortir de derrière le comptoire et aller dans la salle, histoire de faire son boulot quand même.

Quoiqu'on puisse en dire, elle avait bien entendu la phrase de cameron un peu plus tôt, qui lui disait de ne pas s'en faire. Mais elle avait préférée répondre par un sourire remerciant. Alex était le genre de personne à ne pas parler de ce qui pouvait l'inquiéter ou la tracasser, et c'ets souvent qu'elle réagissait par un sourire. Ses amis avaient eu tout le temps de s'en rendre compte, masi ce n'est pas pour autant qu'elle changeait. Bref, elle alla voir de trois clients qui souhaitaient payer leur consommation, elle s'en occupa donc avec le peu de monnaie qu'elle avait sur elle. Une manière de ne pas avoir à faire cinquante allé retour dans des chaussures à talons. Elle savait marcher avec ce genre de chose, mais ne pouvait se sentir à l'aise quand dans des baskets.

Elle se dirigea vers le bar, mais ne passa pas de l'autre coté. Elle squatta un instant entre Cameron et John. Woods semblait demander à John quand est ce qu'il allait se decider à faire la tourner des pubs, lançant par la suite un clin d'oeil à Alexandra. La réaction de cette dernière ne se fit pas attendre, elle retourna une tappe sur le crane de son ami, du revers de la main.


"Non mais t'es pas bien toi. Vas y, dis à mes clients qu'ils devraient se barrer ailleurs pendant qu'on y est. N'importe nawak !"

Le ton employé, l'air qu'elle avait sur le visage, tout montrait qu'il n'y avait rien de serieux dans ce qu'elle disait. John lui secouait la tete l'air completement desesperer. Aller, il avait quelque chose d'attachant ce petit gars, completement mort et à l'ouest, mais pas méchant pour deux sous. D'ailleurs le John en question se leva une deuxieme fois pour partir. Il faisait ça souvent, il partait, passait la porte et revenait persuader d'avoir oublier son portefeuille. Une excuse dont il se servait pour prendre un autre vers. Mais là, il partit réellement, et ne reviendrai pas ce soir.

De son coté Jake jonglai avec ses bouteilles. Alex prit la place de John, et avec un coude sur le comptoire, elle appuya sa tete sur sa main en regardant son ami. Demoralisant. Il avait appris en quelques mois, et gerait super bien son affaire. La seule fois ou elle avait voulu essayer... Oui -petit retour en arrière- parce qu'il faut rapeller qu'elle avait eu l'idée de bosser dans un bar apres avoir vu un super film avec un tom Cruz barmaid de l'extreme, et trouvant sa super classe, elle s'était imaginer en train de faire les même choses... Donc, la premiere fois qu'elle avait essayer, elle n'avait pas prit la peine de prendre une fausse bouteille. Moralité, elle avait finit au urgence pour deux point de sutture au niveau du crane, là ou la bouteille avait explosée. Alex était bien trop gaffeuse pour se permettre de faire ce genre de chose. c'est donc avec nostalgie qu'elle se gratta le cuir chevelu, là ou se tenait des cicatrice impossible à voir sous ses cheveux.

C'est la voix de Cameron, prononçant son nom -diminutif- qui la fit deriver son regard du jongleur national. Elle se tourna vers Wood qui lui affirmait avoir croisé son père. Elle plissa un seul oeil -le genre de tronche qu'elle faisait souvent et qui faisait rire tout le monde, sans qu'elle comprenne pourquoi- semblant vouloir se remettre en memoire la dernière fois qu'elle avait vu son père.


"Heu, bin au dernières nouvelles il allait bien, depuis l'explosion il est pas mal pris. Si tu l'as croiser, t'as deja plus de chance que moi, tu peux me croire. Il t'as surement pas capter, c'ets pas non plus son genre de faire comme si il avait pas vu quelqu'un."

Son père avait beaucoup de mal avec sa bande d'amis, surtout depuis l'histoire d'Allan. Mais il avait aussi appris a ce faire une raison. Sa fille, quoiqu'il puisse arriver, n'abandonnera jamais le groupe qui l'entourait. Elle avait refuser une opportunité de travail il y a quelque mois pour cette raison. Enfin, ça elle en avait jamais parler à personne, ils lui auraient conseillé d'y aller vu que c'était une chance en or. Alors, elle avait gardé le silence.

Bref, Wood parla d'une personne qui serait apparement sortie aux cotés de Jack. Soudainement interessé par cette idée, Alex tourna un regard curieux vers Jack.


"Jack ?! C'ets qui cette JOan, pourquoi je la connais pas moi.. Hey, hey, m'en fou quoiqu'il arrive avant qu'il se passe quelque chose je veux sa carte d'identité, son numero de secu social, son adresse, et son casier judiciaire..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-way.forumactif.org
Jack Cooper
Modo Emperor Of Thunderbolt
avatar

Nombre de messages : 855
Age : 31
<b>Age</b> : 22 ans
<b>Occupation</b> : Barman / Etudiant en génétique
<b>Pouvoir</b> : Electrokynésie
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Pas trop mauvaise.
Pensée du Moment: Qu'est ce qui s'est passé exactement ?
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Dim 20 Juil - 23:20

La jeune fille réflechit un moment sur les horaires de travail, et émis l'hypothèse qu'en incluant le fait qu'elle travaillait plus que Jack, et qu'elle ne gagnait pourtant pas plus que lui. Mais après un temps de réflexion, plutôt court, d'ailleurs, ce qui était bien une preuve que les blondes n'étaient pas moins intelligentes que les autres filles, elle se remémora qu'elle obtenait bien plus de pourboirs que lui. Chose qu'elle affirma en affinant sa silhouette en se tenant droite.
Ce à quoi Jack répliqua par un petit décoiffage en règle.


"Normal. Tu disposes "d'avantages" que je n'ai pas pour attirer les pourboires... Je crois d'ailleurs que c'est pour ça que le patron veut t'avoir sous l'oeil en permanence. Moi, je ne suis là qu'à partir du moment ou les poivrots deviennent dangereux... Et pas une seule jolie fille dans le lot !"

Tout en jonglant avec les bouteilles, il entendit la réponse de Cameron quant à son avenir couronné de succès, ce à quoi il répondit aussitôt :

"Los Angeles à tes pieds ? Pourquoi pas Washington, pendant qu'on y est ?"

Néanmoins, il fit un grand sourire à son ami pendant que, tout en faisant quasiment voler les bouteilles entre ses mains, prépara le G.I. Joe à Cam, qu'il fit glisser sur le comptoir aussitôt prêt :

"Ta récompense, soldat !"

Continuant son numéro en préparant les commandes de cocktail spéciaux des clients que lui apportait Alexandra, ou que les clients au comptoir lui demandaient directement, Jack finit par apercevoir la jeune fille l'observer jongler avec un regard légèrement envieux et déprimé. Cooper savait pourquoi, il était déja là, à l'époque : Mayers avait souhaité apprendre à jongler tout comme lui. Résultat des courses, une visite à l'hosto, et les six amis restants appellés dans l'heure qui suivait pour leur raconter tout ce qui s'était passé.

"Miss Gaffe" avait été un petit surnom qui avait circulé pendant quelques temps, mais le jeune homme ne savait plus qui l'avait lancé en premier.
Pendant quelques minutes, la conversation vira sur le père d'Alex, qui vraisemblablement, était de moins en moins présent aux côtés de sa fille, et il n'avait visiblement pas reconnu Woods.


"Il est possible qu'il travaille sur un truc trop important pour lui laisser la possibilité de penser à autre chose. Après tout, ça peut arriver à tout le monde... Faut pas t'en faire, Lex. J'suis sûr qu'il finira par revenir..."

Mais Cameron renvoya une nouvelle vanne à Jack, prétendant qu'il avait vu sa mère, qui voulait absolument voir sa "petite amie" dont lui avait parlé Woods. Néanmoins, Cooper ne tomba pas dans le panneau, tout simplement qu'il savait que sa mère n'était pas du genre à interroger ses enfants sur leur vie amoureuse, et de plus, il était difficile que Cameron ait pu la voir.

Mais avant qu'il ne puisse répondre, Alex répondit aussitôt en prétendant vouloir tout savoir de cette "Joan". Il leva les mains, occupées par une bouteille de vodka et une de rhum, en souriant :


"C'est pas juste ! Vous êtes tous les deux contre moi ! Egalité ! Chacun pour soi !"

Reprenant un verre, il finit par répondre :

"Lex. Tu sais bien que si l'un de nous se mettait à avoir une petite amie, tu serais la première à fouiner et à répandre l'info dans tout le groupe. Je vais pas non plus te mâcher le travail !"

Sans cesser de sourire, et préparant un Screwdriver pour un client, il répondit alors enfin à Cam :

"Au fait, je savais pas que t'étais devenu flic..."

Laissant un instant d'incompréhension le temps de faire glisser le cocktail faire le client, il se redressa alors, tout sourire, en expliquant :

"Parce que ma mère a passé les journées d'hier et celle d'aujourd'hui à pratiquer des autopsies au commissariat. Alors pour entrer dans la salle d'autopsie, faut être soit flic, soit mort. Tu m'a l'air bien vivant, alors j'ai supposé..."

Et toc ! Il prenait Cameron au piège dans sa propre vanne. Parfois ça lui arrivait, d'autre fois, c'était le jeunot du groupe qui le piégeait. Parfois chacun son tour, parfois pas... On pouvait dire que le score au niveau des vannes restait assez équilibré.

Non, la seule personne à qui il aurait pu raconter cette blague, cela aurait été à la petite soeur de Jack. Mais celle-ci était à peu près identique à Cameron au niveau du comportement, ce qui fait qu'elle ne l'aurait certainement pas cru.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Woods
Doll of Wrath, Doll of Lust
avatar

Nombre de messages : 738
<b>Age</b> : 19 ans
<b>Occupation</b> : Études d'art, Barman au Night Club
<b>Pouvoir</b> : Télékinésie
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Suicidaire...
Pensée du Moment: Mettre un terme à toute cette douleur.
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Lun 21 Juil - 0:05

Cameron accueillit la pichenette de son amie avec délice lorsque celle-ci lui fit une remontrance ironique vis-à-vis de John. Puis elle donna son avis concernant son père et vint à parler à Jack de cette fameuse Joan. Cam eut un sourire pas victorieux mais malicieux, quand il vit que son amie entrait dans son jeu pour charrier Jack. Mais ce-dernier n'avait pas dit son dernier mot. Après avoir rassuré Alexandra de son intention de l'information dès la première petite-amie sérieuse, il "cassa" Cameron en quelques phrases. Le jeune homme éclata de rire et dit avec un sourire jusqu'aux oreilles.

"Un point pour toi, Jack! Pour la peine je t'offre à boire, prends ce que tu veux, c'est moi qui offre et tu serviras quelque chose pour Lex."

Il sortit un billet de 50$ de sa poche comme la moyenne des gens en sorte 1 et le posa sur la table. Cameron n'a jamais connu le manque mais il n'en a pas devenu pour autant un prétentieux snobinard, la preuve il travaille dans un night club alors qu'il pourrait très bien ne rien faire. Mais pour certains cela pouvait être vécu comme un acte de dédain total de sa part. Pourtant cela était loin d'être son intention.
Il tourna doucement sa tête et remit en place sa chevelure, puis il se leva vers Alex pour poser sa main sur son épaule.

"Tu sais que jamais je ne tomberai amoureux et puis toutes les filles avec qui j'ai une aventure tu les connais. Je ne te faxerais pas donc tous leurs papiers d'identité."

Il éclata de rire à nouveau pourtant cela semblait tellement naturel venant de lui. Il reprit une gorgée du cocktail G.I. Joe de son ami puis secoua la tête.

"Il me faut du sucre, je tuerais pour du sucre!"

Il plongea sa main dans la poche de son jean noir et en sortie une barre de chocolat qu'il avala sans presque la mâcher. Puis reprenant petit à petit sa respiration, il fit passer ce qu'il venait d'ingurgiter avec une gorgée de sa boisson. Il cala ses coudes sur le comptoir et s'adossa à ce-dernier pour être en face de la salle, remplie d'ivrognes.

"Si un jour je finis comme eux, tirez-moi une balle dans la tête!"

Il leva la tête aux cieux pour enfin se retourner vers le comptoir et reboire de son cocktail.

"Y a pas à sourciller, t'es meilleur que moi pour les cocktail. Ne le dis jamais à mon boss sinon il me vire… Remarque il m'a embauché pour ma tchatche pas pour mes talents de barman, ça se saurait sinon. Sinon vous avez des nouvelles des autres? Ces derniers temps j'ai plus trop eu un moment pour prendre mon téléphone et les appeler. Il faut dire qu'à la fac c'est devenu Beyrouth suite à l'explosion. Les militaires au milieu des cours ça ne le fait pas trop. La dernière fois, notre modèle nu ne voulait pas poser devant les militaires. Le professeur à du batailler pour les virer de la salle. Il a faillit leur jeter des pinceaux, j'vous jure, on est mal barré mais au moins on rigole… Enfin moi surtout!"

Il sourit tout seul en repensant à la scène qu'il venait d'évoquer et balança sa tête en même temps que son verre, de temps à autre il porter le verre à ses lèvres mais sans ingurgiter le liquide. Soudain lui vint à l'esprit le jour du bombardement, le mois de réclusion et leur mensonge, enfin leur secret. Le jeune homme avait part moment du mal à vivre ça, ce poids devenait de plus en plus lourd pour lui. S'il avait été seul il aurait dit depuis un moment qu'il avait été dehors mais pour protéger ceux qu'il aime, il se refuse à ouvrir la bouche. Pourtant ça le ronge par moment et il ne sait pas comment aborder ça avec eux. Surtout qu'il sait comment ils vont réagir, surtout Jack qui voulant tous les protéger pourrait se montrer plutôt fermé sur ce sujet. Il eut envie d'être avec Savannah pour lui parler, elle au moins elle savait écouter et donner les bons conseils mais cette dernière n'était pas là. Il aimait tous ceux de sa bande mais il savait que chacun avait un comportement différent et qu'en certaines situations, il valait mieux se tourner vers un tel plutôt qu'un autre. Il en était de même pour lui. Mais lui, il n'était demandé que pour animer les soirées rien de plus. C'était l'aventurier de la troupe, celui qu'il faut calmé voir protéger de lui-même tellement il pouvait avoir des réactions de gamins par moment.
Sentant que cela allait lui pourrir la soirée, il bu le reste de son verre cul-sec et demanda la même chose à son ami, il devait à tout prix passer à autre chose sinon il finirait par se fermer et ça serait dommage de gâcher la soirée.

"Sinon Jacky, t'as vraiment personne dans ta vie? Hormis ton furet… Il n'y en pas une à la fac qui te fait craquer? Une future généticienne comme toi? Où une professeur, ça serait trippant ça, tu pourrais avoir de super notes! Je vais faire ça pour rattraper mon dernier devoir…. Enfin toi, un grand gaillard, indépendant, musclé avec ce sourire tu dois toutes les faire tomber. Ne me dis que jamais tu as ressentis un truc pour un fille?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Mayers
Admin
avatar

Nombre de messages : 1259
Age : 32
<b>Age</b> : 20 ans
<b>Occupation</b> : serveuse dans un bar miteux / etudiante en journalisme
<b>Pouvoir</b> : régénération cellulaire
Date d'inscription : 17/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: toujours bonne (en apparence)
Pensée du Moment: vivement que ces foutus scientifiques de m**de foutent le camps de notre ville
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Lun 21 Juil - 0:51

Alex avait été assez d'accord sur le point qu'avait évoqué Jack. Tous deux n'avait pas été embauché pour le même boulot. En apparence, ça ressemblait à la même chose, sur le papier aussi d'ailleurs. Mais en réalité, elle "fidelisait" le client, et lui s'assurait qu'elle restait en un seul morceau ou intervenait quand ça degenerait à cause d'un client qui avait trop bu. Il est clair que tout ne se passait pas après 23h30, mais pour la majorité c'était le cas. Bon, fallait pas noiricir le tableau quand meme, c'est pas tous les soirs que les tables étaient retournées et les clients chaos à force de se tapper dessus. Il y avait des soirées calmes et dans la bonne humeur, un peu comme ce soir. Chaques clients restaient tranquilles, buvaient leurs boissons, discuttaient avec leurs potes, et rottaient le petillant de leur bieres... Charmant, n'est ce pas ?! Bref, dans l'immédiat tout le monde s'occupait de leurs propres affaires, tous étaient servis et donc, Alexandra pouvait se concentrer sur ses deux amis.

Jack ne mit pas longtemps à expliquer que le père d'Alex devait être occupé à des affaires importante, mais qu'il finirait bien par rentrer. Sur ce point il avait carrement raison, ce qu'elle n'arrivait pas à comprendre c'est comment quelqu'un travaillant -haut placé d'accord- à la mairie pouvait être autant absent. Des fois, elle avait envie de s'imaginer qu'il avait une femme dans sa vie et qu'il n'osait pas lui dire, alors il allait la voir en cachette. C'est vrai, il s'imaginait peut etre que sa fille le prendrait mal, pensant qu'il salie l'image de sa mère, ou des truc comme ça. Elle lui en toucherait surement un mot ou deux... Quand elle le verrai. Mais dans le fond, elle savait que ce n'était pas cela, qu'il y avait quelque chose de bien plus important ou grave, mais elle n'arrivait pas à mettre le main dessus. c'était pourtant pas faute de chercher, et pour fouiner, elle était super douée. Enfin, comme à chaque fois qu'un sujet semblait la dérangée elle répondit par un sourire.


"Bien sûr qu'il ve revenir... Au moins assez de temps pour prendre des affaires propres."

Par contre, elle se redressa l'air faussement indigné. Comment ça, elle serait la première à fouiner et à rependre la nouvelle au sein du groupe si Jack avait une petite amie ? Elle fit une moue à la fois riddicule et mignone en secouant la tete de toutes ses forces pour rejeter cette affirmation sans fondement. Sans fondement ? C'etait beaucoup moins sur tout ça. Il n'y avait qu'elle pour farfouiller un peu partout et annoncer des avant première à tout le monde. Bon, elle avait quand même ses limites, elle savait garder quelque chose pour elle, et s'empecher des faires des recherches si on lui demandait. Cela dependait juste de la personne qui lui parlait.

"C'est pas vrai jamais je ferai ça..." Elle tourna la tete vers Cameron pour avoir un soutient psychologique "Hein ? Hein, Wood, j'ferai jamais ça ? Dit lui toi !"

Et voila que Cameron lui expliquait, une main sur son épaule, que jamais il ne tomberai amoureux et que de ce fait, il ne verrai pas l'interet de faxer tous les papiers d'une eventuelle copine. Alors voilà, c'est de cette manière qu'on la voyait ? Genre fouineuse de première. Ha ouais ! Elle afficha une mine un peu boudeuse, qu'elle n'arriva pas à tenir bien longtemps. Elle du laisser éclater un léger rire, avant de foutre un petit coup sur le flanc de Cameron qui avait toujours sa main sur son épaule.

"T'as pas besoin d'une copine de toute façon, j'suis là moi, on est tous là..."

Bon d'accord ça n'avait rien à avoir. N'empeche que dans son cas, personnellement, ça avait un peu de vrai. Son groupe d'ami était très présent dans sa vie et de ce fait, elle était incapable de tomber amoureuse d'un garçon. Une fois elle avait essayer, un certain Bob, ça n'avait pas durer bien longtemps. Il lui avait reprocher de voir trop ses amis et pas lui. Si un mec était incapable de controle de la coeur de la jeune femme était pour cinq personnes en même temps, alors c'était même pas la peine de s'investir dans une relation serieuse. Si une personne venait à se mettre entre elle et les autres, elle ne donnait pas longtemps à cette intrus pour finir en miette.

"Jack !" Elle se tourna vers lui, en se penchant au dessus du bar pour attraper un verre "Tu peux me passer la bouteille de vodka s'il te plait, si j'ai bien compris Woods paye sa tournée."

Et oui, il était difficile de se l'imaginer, mais derrière cette petite blonde se tenait en réalité une furieuse niveau tenue de l'alcool. Elle travaillait dans un bar depuis assez longtemps pour avoir appris a supporter l'alcool. Vous savez, les gens vous paient des verres, vous pouvez pas refusez donc vous buvez, vous buvez encore et encore. Et bien au bout de deux ans, je vous jure que la resistance arrive bien vite. Enfin ceci étant dit, elle gardait un secret. Jamais elle ne mélangeait les alcool lors de la même soirée. Si elle commençait au gin, elle finissait au gin, et ainsi de suite. Donnez lui plusieurs truc differente et elle vous chante la concartcha sur la table en moins d'une heure.

C'est à ce moment précis que quelque chose entra dans son champs de vision, le truc le plus important de sa vie.


"Hey !!" S'ecria t-elle en avançant sa main vers Cameron "Mais..." Avec une mine d'enfant battue.

Elle arrivait pas à y croire. Il avait sortie une barre de chocolat et l'avait avalé d'une traite sans même lui en proposer un bout. Elle, la fanatique de chocolat. Comment il avait pu oser faire ça ? Elle resta bouche ouverte un instant, pas sur de ce qu'elle venait de voir. Non il aurait jamais fait ça. En plus, il buvait son verre par dessus. Gacher du chocolat pour ça. Elle croisa les bras, feintant de ne plus vouloir lui parler jusqu'à la fin de ses jour et se concentra sur Jack et ses cocktails, et la bouteille qu'elle venait juste de demander. Cameron demanda à ce qu'on lui dire une balle dans la tete si il venait comme les gens de ce bar. Ayant decider de ne plus lui parler jusqu'a la fin des temps, Alex s'adressa à Jack.


"Hey, Jack tu peux lui dire que je le ferai avec plaisir c't'espece de traitre au chocolat."

Enfin Cameron expliqua un evenement qu'il y avait eu pendant un de ses cours, et la place que les militaires occupaient depuis la troisieme bombe sur la ville. Etrange comme, elle pouvait avoir du mal à aborder ce sujet avec eux. Ils avaient un secret, et cela semblait super compliquer à aborder ensemble. Tout le monde devait se demander ce qui se passait réellement, a quoi ils avaient été soumis en restant dehors. Enfin, un mensonge assez compliquer à porter alors peut etre que personne n'abordait la question de peur que l'un d'entre eux change d'avis. Ils en restaient à ce qu'ils avaient decidés et puis voilà. C'était comme pour avec Allan, ils en parlaient rarement et s'était un peu à coeur fermé. Enfin surtout pour Alex qui n'abordait pas trop cette discussion vu la manière dont elle se sentait coupable, la peur que les gens finissent par lui reprocher ce qu'elle se reproche depuis si longtemps. Elles les aimaient tous les cinq, pas de doutes à avoir la dessus, mais certaines choses ne se disait pas. Allez savoir pourquoi. Tout n'est pas aussi rose que dans une serie B ou des adolescents sont ami pour la vie sans le moindre problèmes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-way.forumactif.org
Jack Cooper
Modo Emperor Of Thunderbolt
avatar

Nombre de messages : 855
Age : 31
<b>Age</b> : 22 ans
<b>Occupation</b> : Barman / Etudiant en génétique
<b>Pouvoir</b> : Electrokynésie
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Pas trop mauvaise.
Pensée du Moment: Qu'est ce qui s'est passé exactement ?
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Lun 21 Juil - 2:06

Cameron accepta sa défaite sans le moindre problème, et proposa de payer un verre à ses amis, et déposa cinquante dollars. Jack attrapa le billet, et s'empara d'une bouteille de coca. Après tout, tous ses amis savaient qu'il détestait boire de l'alcool, alors s'il avait le malheur d'accompagner ses amis, il ferait un coma éthylique au bout d'un verre !
Alex réclama une bouteille de vodka, que Cooper attrapa fit jongler un moment, avant de faire mine de la lancer vers la jeune fille, mais il la rattrapa au dernier moment avant de lui tendre. Après tout, le surnom de "Miss Gaffe" ne lui avait pas été donné sans raison...

Il adorait la manière dont Mayers pouvait faire ses adorables bouilles de jeune fille frustrée, et ne pouvait s'empêcher de sourire à chaque fois qu'il la voyait agir ainsi.


"Tiens. Mais ne la siffle pas d'un seul coup !"

Réclamant du sucre, Cameron sortit une barre chocolatée de sa poche, et l'engloutit d'une bouchée, et la fit passer illico presto avec une gorgée de son cocktail, sous le regard médusé d'Alexandra, ce qui fit littéralement hurler de rire Jack. Après sa petite tête d'enfant battu, elle lui tourna le dos en faisant face à Cooper et à ses bouteilles, en promettant de coller une balle dans la tête à Woods dès qu'elle le pourrait.
Alex et le chocolat... Une grande histoire d'amour. Une véritable passion torride, à vrai dire !

Pour la jeune fille, tout le groupe le savait, le chocolat était comme une drogue : si quelqu'un en avait, il pouvait obtenir quasiment tout ce qu'il voulait d'elle en échange du gâteau. C'était en partie pour cela que Jack ne l'invitait que très rarement chez lui. Sans parler du fait que son appartement baignait le plus souvent dans un désordre indescriptible, il y avait un tas de biscuits et de sucreries de toutes sortes planquées un peu partout. Il ne se serait pas battu pour un biscuit, mais il adorait tout de même ça...

Interdire à Alex de manger du chocolat, c'était quasiment lui déclarer la guerre !

Bon, il se doutait que cela ne durerait pas trop longtemps, vu que Cameron était un de ses plus proches amis, et elle lui voudrait pendant encore moins longtemps si Woods lui offrait une autre barre de chocolat.
Pendant la période de bouderie d'Alex, le jeunot de l'équipe s'occupa de leur conter un moment ou les militaires avaient envahi sa fac, et le prof avait dû les chasser à coups de pinceaux.

Cooper sourit en imaginant la scène, et expliqua ce qu'il vivait :


"Non, à la faculté de Sciences, il y a pas trop de militaires. J'aurais préféré, d'ailleurs. Non. Par contre le campus est envahi par tous ces scientifiques. Pas moyen d'obtenir une réponse claire avec eux, c'est toujours "ne vous inquiétez pas, nous sommes là pour vous aider..." Tu parles ! Et ça, c'est juste quand ils te répondent et qu'ils ne se contentent de te regarder avec autant de chaleur qu'un iceberg...
Je sais pas ce qu'ils peuvent foutre à New Way, mais je serais bien content le jour ou on les éjectera de la ville à coups de botte. Ils me fichent la chair de poule, ces types-là..."


Avalant un gorgée de son coca, Cameron en profita pour lui demander s'il n'avait pas une fille en vue, une sympathique petite généticienne, ou carrément une prof, dans le but d'obtenir de meilleures notes, Cooper secoua la tête en souriant.

"Ca se voit que t'as jamais vu mes profs. Le peu qui soient des femmes ne sont pas vraiment mon style, si tu vois ce que je veux dire...
Quant aux charmantes futures généticiennes de ma classe... Et bien, disons que je ne suis pas du genre à faire de la chasse aux jolies filles. S'il y en a qui craquent pour moi, alors qu'elles me le disent.
Quant à savoir si j'ai déja ressenti qulque chose pour une fille, je vais te dire oui. Mais vu comment ça a fini, tu te doute bien que je n'ai pas la moindre envie d'entamer une nouvelle relation..."


En effet, moins de quatre ans plus tôt, Jack était sorti avec une jolie fille de sa classe, répondant au doux nom de Cassandra. Ils étaient très amoureux, et beaucoup auraient parié que les deux auraient fini par se marier. Mais non.

Après une année entière d'une idylle romantique, leur amour se désagrégea rapidement, et ils en vinrent vite à ne plus pouvoir se supporter. Personne ne connaissait exactement les détails de cette rupture, et Cooper se montrait plutôt discret et renfermé sur ce qui s'était véritablement passé.

Depuis, certes, Jack avait eu plusieurs relations d'un soir, pas énormément, mais il n'avait plus réussi à retomber amoureux.
Buvant à nouveau quelques longues gorgées de coca, Jack finit par ressortir de ses rappels du passé. Maintenant qu'il était dans le présent, c'était là qu'il fallait vivre, bon sang !

Pensif, il fit tourner sa bouteille entre ses doigts, avant de relever les yeux vers Alexandra :


"Et toi Lex ? Comment ça se passe, tes études de journalisme ?"

Il posait cette question, histoire qu'on ne s'embarrasse pas trop à se rappeller cette période difficile de sa vie, et aussi parce qu'Alex, trop occupée à bouder, n'avait pas daigné raconter si la mise en place de la quarantaine avait ou non fini par affecter sa vie d'étudiante.

Mais il semblait que personne n'était à l'abri dans la ville. En empruntant le chemin pour rentrer chez lui, Jack sentait parfois un regard dans son dos, mais chaque fois qu'il se retournait, il ne voyait personne.
Il réalisa alors une chose :


"On devrait peut-être voir Stanley, histoire qu'on se fasse payer, tu ne pense pas, Lex ?"

C'était bien vrai, après tout : C'étaient des humains, pas des machines, il leur fallait de quoi se nourrir et payer leurs études. Jack et Alexandra avaient des parents pouvant les aider à payer un peu leur vie, mais ils ne disposaient pas non plus d'une grande fortune...

Cooper ne voyait qu'une seule solution : Harceler le patron de leur bar, et ce, jusqu'à ce qu'il se capitule et accepte de leur donner l'argent qu'il leur devait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Woods
Doll of Wrath, Doll of Lust
avatar

Nombre de messages : 738
<b>Age</b> : 19 ans
<b>Occupation</b> : Études d'art, Barman au Night Club
<b>Pouvoir</b> : Télékinésie
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Suicidaire...
Pensée du Moment: Mettre un terme à toute cette douleur.
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Lun 21 Juil - 10:53

Woods sourit légèrement la bouche pleine de chocolat et de boisson lorsqu'Alexandra lui fit la tête. Il n'avait certes pas oublié qu'elle aimait tellement le chocolat et qu'elle pourrait vendre sa main pour mais lui aussi était fana de sucreries. Remarque presque tous les amis de la bande étaient dingues de chocolat et autres bonbons. Mais comme elle lui faisait la tête, il entra dans son jeu et remercia la demoiselle de la tête en apprenant qu'elle le tuerait avec plaisir. Puis Jack commença à répondre aux questions de Cameron. Rien de très palpitant voir rien du tout. Le jeunot voulu prendre la parole à la suite son ami :

"Remarque depuis Cass…. T'as que des professeurs moches! J'irai rôder vers tes salles de cours et j'interrogerais les filles et dès qu'une me dit qu'elle craque pour toi je te le dirai!"

Alors qu'il allait parler de l'ex de Jack, Cameron se souvint de l'état de son ami durant cette période et préféra oublier pour autre chose. C'est ça aussi d'être ami : savoir s'aider, oublier les mauvais moments pour ne se souvenir que des bons. Si il n'aimait pas autant Jack, il aurait continué ça première pensée, allant jusqu'à dire qu'il n'avait pas qu'à laisser tomber aussi facilement celle qu'il considérait comme son grand amour. Il se tourna vers Alex quand Jack l'interrogea. Puis ce-dernier voulu qu'ils aillent se faire payer par Stanley, ce rat crochu qui leur mettait la misère quand il s'agissait de leur lâcher quelques dollars.

"Allez-y, laissez moi seul avec l'alcool, je suis sur que vous ne regretteriez rien lorsque vous viendrez me voir en cure de désintoxication dans deux ans. Allez vous faire payer, pour cet admirable boulot pourri que sommes tous réduits à faire! Aux barmans!"

Il leva son verre et rigola. Lui n'avait ce problème au night club, non seulement son patron devenait de plus en plus riche car suite à la bombe les jeunes de New Way avaient envie de se détendre et donc ils sortaient beaucoup plus pour oublier les militaires, car ces derniers venaient rarement au night club. En plus lors des soirées exclusivement réservées aux filles, Cameron faisait ses extras sur scène et voyait son salaire augmenter. Il aurait bien voulu proposer à ses amis d'être embaucher dans le même établissement que lui mais en réfléchissant il était hors de question qu'Alex fasse du striptease lors des soirées mecs et voir Jack en faire un faisait mourir de rire Cameron. Non pas que Jack était ultra coincé mais bon lui faire un striptease. Au moins ici même si son amie se baladait en tenue sexy, elle avait au moins du tissu sur elle et Jack pouvait jongler tranquillement avec ses bouteilles.
Cameron tourna la tête à nouveau vers la salle puis observant un moment les gens ivres, rigolant ou vomissant, il réalisa dans un moment de lucidité que leur vie n'avait rien d'un merveilleux petit manège enchanté.
Lorsque son regard revint sur Jack et Alex, il lança comme une bombe au milieu d'une après midi.

"On vit vraiment à côté de nos pompes. Tous ici se croient à l'abri et pourtant. On ne sait pas quand les soldats vont partir, qu'est-ce que ces scientifiques à la con vont nous trouver. Pourrons-nous partir de cette ville un jour? Peut-être que la solution est celle que pratique nos amis derrière, boire pour oublier, enfin si c'est possible d'oublier."

Il était rare que Cameron parle sérieusement mais à chaque fois qu'il le faisait cela surprenait lui qui ne faisait que déconner toute la journée, ne voyant que le plaisir souvent joint à la luxure derrière, lorsqu'il philosophait cela ne laissait pas indifférant.
D'autant plus que le jeune garçon vivait très mal cette occupation, leur secret et de devoir vivre dans un perpétuel mensonge. Pourquoi vivre comme si de rien était alors que l'armée, des bataillons de scientifiques pullulaient dans leurs rues à la recherche d'on ne sait quoi. Il ne pouvait conserver son calme et aurait depuis un moment fait la révolution dans sa ville si seulement il ne risquait pas de mettre ses amis en danger.

"Il ne faut pas se voiler la face et vous le savez comme moi. C'est pas normal et je semble le seul du groupe à vouloir que ça change…"

Ça y est il est énervé. Il reposa son verre assez violemment sur le comptoir de telle sorte que la moitié de sa boisson s'étala sur la planche de bois. Ce rebelle vivait très mal d'être bridé dans sa vie en générale et devoir mentir à ce point l'insupportait. Lui qui n'est que jeu et amusement avait beaucoup de difficulté à digérer que tout le monde et surtout ses amis reprennent leur vie sans voir ce qui se passe autour. Il savait que ses amis loin d'être stupides étaient conscients de ce qui se passait mais qu'il n'agissaient pas, ce qui rendait fou ce révolutionnaire.

"Je vous aime tous mais je ne suis pas aveugle, si vous arrivez à vivre au milieu de ce qui sera bientôt le nouveau de concentration américain, pas moi."

Même s'il semblait vouloir faire encore une fois parler de lui vis-à-vis des militaires, il n'en ferait rien. Pas sans l'aval de ses cinq camarades et ça ses amis le savaient. Au contraire de Jack qui faisait tout pour leur montrer la voie de la raison et de la sécurité, Cameron était le Gavroche de la bande, celui qui aurait tendance à pervertir la raison et voir avant tout la liberté.

"Des bruits courent qu'une bande de je sais plus quel abri va tenter de faire sonner les alarmes de la ville pour que tout le monde s'abrite et ainsi leur permettre de fuir. Si jamais ça se produit, je serait le premier à courir!"

Petit malin que voilà, il n'y avait aucune bande qui escomptait faire ça, c'est lui qui y avait pensé pour permettre à son groupe de partir et de retrouver leur liberté. Car Cameron ne voulait pas partir de New Way à cause de ses amis mais si tous ses amis partaient avec lui, il n'aurait aucun regret à quitter cette ville. Mais il espérait comme à chaque fois que Jack révise son jugement, car lui plus que les autres avait de l'influence sur la bande. Connaissant et reconnaissant tous son don pour faire les bons choix, Jack était celui que l'on suivait, à l'inverse de Cameron que personne n'aurait suivit pour rien au monde.
Il savait très bien qu'il risquait de se faire jeter par Jack mais après tout il s'en moquait, ça ne serait pas la première ni la dernière fois. C'est pourquoi il se tourna vers Alexandra, elle qui était la plus proche de lui au niveau du comportement pour espérer avoir un sourire, un hochement de tête. Afin de montrer à G.I. Jack que leur groupe souffre et qu'il faut faire quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Mayers
Admin
avatar

Nombre de messages : 1259
Age : 32
<b>Age</b> : 20 ans
<b>Occupation</b> : serveuse dans un bar miteux / etudiante en journalisme
<b>Pouvoir</b> : régénération cellulaire
Date d'inscription : 17/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: toujours bonne (en apparence)
Pensée du Moment: vivement que ces foutus scientifiques de m**de foutent le camps de notre ville
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Lun 21 Juil - 13:32

Jack fit référence à Cassandra, qui aurait pu oublier cette fille. En réalité, à chaque fois que quelqu'un se retrouvait casé, les autre était forcement au courant. Difficile de cacher ce genre de chose quand on se voit pratiquement quotidiennement. Mais l'état dans lequel s'était retrouver Jack après cette fille, fit qu'Alexandra n'eu pas vraiment envie de remettre ça sur le tapis. Puis après tout c'était une discussion de mec, alors a quoi bon y mettre son grain de sel ? La jeune femme trouva son compte dans la bouteille que Jack avait fait semblant de lui lancer, et se servit son premier verre de vodka... Il n'y en aurait pas qu'un... Pas ce soir... Finalement c'ets à elle qu'on posa une question, elle était restée silencieuse alors histoire de la faire parler un peu, il fallait bien s'adresser directement à elle ! Ses études, elle releva la tete vers Jack et balança un sourire.

"Ca se passe bien."

Elle se releva sans ajouter autre chose et alla en direction d'une table. Les occupants venant de partir, elle trouvait que c'était le bon moment pour ramasser les verres vides, ça lui evitait surtout d'avoir à lancer de grands discours sur comment se passait ses cours. Alex ne pouvait pas vraiment dire que ça se passait mal, mais beaucoup s'interrogeaient sur la presence millitaire dans la ville, alors beaucoup avaient souhaité faire des recherches à ce niveau là. Les profs étaient d'accord, un exellent sujet d'etude, qu'ils avaient dit. Un sujet qui n'avait pas plu au corps militaire. Moralité, un prof de viré, et un nouvel arrivant pro armé censer verifier que plus personne ne fesait de recherche à ce niveau. Un gars de sa classe avait pourtant continuer, la liberté de la presse et d'expression, bref il faisait de ce sujet sa principal occupation. Il à fini exclu avec plus aucun accès au matériel scolaire, qui se trouvait être franchement pratique.

Enfin, si elle évitait de parler de ses études à ses amis, c'est parce qu'elle ne voulait surtout pas qu'on lui demande sur quoi elle se renseignait ses derniers temps. Certes, l'histoire des militaire et des bombes occupaient une grande partie de ses recherches clandestines, mais une autre partie était occupée par son père. Elle avait un sale préssentiment à ce niveau, et dans l'immédiat elle n'avait même pas envie d'en parler. Son père avait toujours plus ou moins contionner le fait qu'elle voit son groupe d'ami, parfois cela apportait certaine dispute. Mais la dernière embrouille avec son père fut assez sportive. Le 13 octobre, il lui demanda, par un pretexte bidon de rester à la maison, elle lui avait répondu que s'était impossible, pas ce jour là. Trop important. Il lui avait tellement hurler dessus, qu'elle en avait été à craindre ses réactions. Enfin, on passera les details de cette entrevue, n'empeche qu'elle n'avait pas comprit il s'était mit tellement en rogne ce jour là. Bien sur, elle était tout de même sortie. Mais, enfermé dans son abris elle avait eu le temps de réflechir à un tas de chose. Son père n'avait jamais chercher à l'enfermer à la maison, les seules fois ou il l'avait fait furent à trois reprise. Premiere, deuxieme, et troisieme explosion. Rien que cette pensée la faisait flipper. Alors non, elle ne voulait pas en parler et elle avait peur de ce qu'elle pouvait apprendre. La seule chose qu'Alex esperait était que ce soit de macabres conïncidences, rien de plus.

Bref, ses verres vides à la main, Alex retourna près du comptoir au moment ou Cameron decida de balancer une verité derangeante. On vivait à coté de nos pompes, on était enfermé, on savait pas pourquoi et patati et patata. Vouloir que ça change ? Super idée, oui allez, faisons la revolution, sortons avec nos fourches et hurlons à l'injustice. Et puis quoi après ? La ville était sous controle militaire, comme si ces gens avaient vraiment un semblant de compassion pour les habitants de cette ville. Ils pourraient même tous les tuer que tout le monde s'en tapperait royale. New Way, charmante petite ville perdue au milieu de nul part, que pratiquement personne ne connait à part ses habitants.

Bien sur qu'Alex ne trouvait pas la situation normal, et qu'elle aimerait que les militaire se cassent et leur redonne leur ville. Mais franchement qu'est ce qu'ils pouvaient réellement faire ? Et puis est ce qu'ils etaient certains de ne pas etre contaminé par un truc à la noix, un nouveau virus, ou un truc dans le genre ? Est ce que sortir de cette ville et risquer d'infecter d'autre gens était quelque chose de raisonnable. Cameron semblait enrver par le sujet. Le poids du secret, la pression que cela infligeait. Ca devait être la même chose pour tout le monde, chacun avait juste sa façon de réagir. Et puis Woods expliqua qu'un groupe avait decider de faire sonner les alarmes, et pendant que tout le monde se cacherait, eux se sauveraient. Brillante idée, comme si les militaire n'avaient pas prit en compte ce genre de chose. Si une bombe venait à nouveau à exploser, ils avaient bien un système mit en place pour que les gens ne sortent pas. Alors, Cameron avait beau chercher une reaction de la part d'Alex, elle fut incapable de lui donner ce qu'il cherchait.


"C'est suicidaire comme truc. Ils ont forcement un truc pour repondre à ce genre de chose. Si c'ets pour me retrouver en cible de choix, car ils faut tirer sur tout ce qui bouge plutot que de laisser sortir les gens, jsuis desolé mais jprefere courire en direction d'un abris."

Elle detourna son regard de Cameron pour pouvoir voir Jack. Il avait demander plus tot à ce qu'ils recupèrent l'argent que le patron leur devait, mais occupée à aller chercher des verres, elle n'avait pas encore eu le temps de repondre. Enfin valait mieux tard que j'avais après tout. Si bien qu'elle retrouva un semblant de sourire, que la discussion precedente lui avait faire perdre.

"Stanley, passe à la fermeture pour recuperer le fond de caisse, on lui demandera à ce moment là."

Un peu sur les dents à cause de ce qui venait d'être dit, la jeune fille -la gaffeuse- s'appuya au mauvais endroit du comptoire. Moralité, un verre volant au sol et se fracassant au sol. Elle lacha un juron face à cet acte, et sans plus attendre se retrouva accroupi à ramasser les morceau de verre. Elle semblait même y mettre une certaine hargne, enervée par la discussion, enervée par ce qui se passait ici, enervée par elle meme de ne pas trouver de réponse à ses questions, enervée par un tas de choses. Bref tellement à cran, qu'elle attrapa un bout de verre sans trop faire attention -comme d'hab en même temps- et un "Aïeuhh" se fit entendre alors qu'elle portait le bout de son index droit à la bouche. Une manière rapide et universelle pour eviter de rependre du sang partout comme une abrutit de premiere. Alex se redressa, et toujours le doigt dans la bouche, elle regarda ses amis

"Binch voilach ché malin cha"

Jamais très evident de parler avec quelque chose dans la bouche. Enfin, elle le retira bien vite pour voir l'ampleur des degats. Elle était championne pour ça, ce qui pouvait être anodin chez elle, se transformait en catastrophe. Di moins, elle aurait une legere coupure, mais les prochains coups qu'elle se prendra sans faire exprès seront obligatoirement attirés par cette coupure... Sauf que non. Elle marqua un air surpris en voyant le bout de son doigt. Pas la moindre trace de coupure, pas une goutte de sang. Etrange, elle avait pourtant bien sentie le bout de verre, et le gout -pas très agreable- de sang dans la bouche au moment ou elle avait porté son doigt à son visage. Elle haussa finalement les épaules.

"J'deviens grave moi, tellement habituer à me blesser, que je m'en invente quand ça arrive pas"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-way.forumactif.org
Jack Cooper
Modo Emperor Of Thunderbolt
avatar

Nombre de messages : 855
Age : 31
<b>Age</b> : 22 ans
<b>Occupation</b> : Barman / Etudiant en génétique
<b>Pouvoir</b> : Electrokynésie
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Pas trop mauvaise.
Pensée du Moment: Qu'est ce qui s'est passé exactement ?
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Lun 21 Juil - 15:02

Alex ne sembla pas vouloir donner de détails sur sa vie en cours de journalisme, et après un rapide "ça se passe bien", elle s'éclipsa pour aller ramasser des verres. Non, cela n'allait pas bien. Il connaissait suffisament Alex pour savoir comment elle réagissait si elle ne voulait pas parler d'un truc. Sa manière à elle de cacher ce qu'elle refusait de dire, sans pour autant mentir.

Lorsque Cam répondit à la remarque de Jack, il faillit s'engager sur une pente dangereusement glissante et, qui plus est, parsemée de pièges meurtriers, mais il se rattrapa et changea de sujet, affirmant qu'il viendrait personnellement interroger chaque fille de sa classe afin de trouver l'élue de son coeur, ce à quoi Cooper répondit ironiquement :


"Parce que tu crois qu'ils vont te laisser rentrer ?"

Bon, il bluffait sur ce coups, vu que l'université ou il se rendait ne vérifiait quasiment jamais les identités de ses élèves. Au pire, il pouvait croiser de temps à autre un prof plus pointilleux que les autres qui lui demandait sa carte d'identité, mais cela restait assez rare...
Mais Cameron continua son petit jeu en leur disant de l'abandonner avec son alcool pendant qu'ils allaient chercher... Enfin, plutôt soutirer leur salaire à leur rapace de patron. Il insinua que par leur faute, il finirait par sombrer dans l'alcoolisme, et atterirait certainement dans une cure de désintoxication à cause d'eux. Cette phrase fit sourire Cooper. Il savait que le jeunot était plutôt du genre à abuser de tout et à adorer les excès, mais ce n'était pas une bouteille à côté de lui qui le transformerait en alcoolique notoire, d'autant que Mayers avait fait la promesse de l'achever si jamais cela devait lui arriver...

Bon, il n'y croyait pas vraiment. Alex, faire du mal à un de ses amis ? Difficilement imaginable. A moins qu'on lui propose une tonne de chocolat en échange, peut-être...

C'est alors que, quelques minutes après, lorsque la jeune fille les rejoint à nouveau, elle put entendre la longue plainte de Cameron à propos de toute cette pression, de l'idée de vivre dans le "futur camp de concentration américain", ainsi que son idée de profiter d'une fausse alerte pour quitter New Way, et posa son verre assez violemment sur le comptoir, renversant une partie de son contenu sur le bois. Alex aussi ajouta son grain de sel sur ce qu'elle pensait de cette idée. Pour elle, les militaires avaient pensé à un moyen de répondre à une tentative d'évasion de ce type.

Jack s'empara d'un torchon et essuya les dégâts tout en sermonnant Cameron :


"Si tu ne veux plus de ton cocktail, pas la peine de le gâcher.
Réflechis un peu, Cameron. Lex a tout a fait raison. Est-ce que tu as la moindre idée de la signification du mot "quarantaine" ? On est mis en isolement total avec le reste du monde, et il ont prévu tout débordement. Si l'île de Manhattan devait subir le même sort, les ponts la reliant au reste des Etats-Unis seraient bloqués, voire détruits. Tu penses vraiment qu'ils vont laisser passer une bande d'ados désoeuvrés s'ils croient qu'il y a un virus mortel qui circule dans New Way ? Redescend un peu sur terre..."


Woods était loin d'être bête, mais il était trop impulsif, et faisait un tas de trucs idiots sur un coup de tête. En réflechissant un peu, il pourrait certainement comprendre ce qu'il risquait de faire, mais c'était surtout Jack qui lui rappellait les risques, la plupart du temps du moins.
Il y avait des moments ou Cooper se demandait si une fois casé, avec une fille sympa, Cameron prendrait un peu de plomb dans la tête et ferait moins de bêtises... Qui sait ?

Tout le monde finit un jour ou l'autre par trouver une personne capable de l'aimer...

Soudainement, et avec un peu de retard, Mayers précisa que Stanley n'arriverait pas avant la fermeture. Peu étonnant pour quelqu'un habitué à compter ses billets une fois la caisse pleine. Regardant sa montre, le jeune homme vit qu'il était prêt de minuit et demi. Leur service se terminait d'ici une petite heure. Ils pourraient alors harceler leur patron jusqu'à ce que celui-ci accepte de leur donner ce qu'il leur devait. En d'autres termes, de l'argent. Pas énormément, mais assez pour leur permettre de vivre pendant un mois entier et de payer leurs études.
C'est alors qu'un bruit de verre brisé retentit aux oreilles de Jack. Tournant la tête, il aperçut des morceaux de verre sur le sol, avec Alexandra qui se penchait pour les ramasser :


"Non, Lex, fais pas..."

Trop tard. Une exclamation de douleur et quelques secondes plus tard, la jeune fille s'était enfoncé le doigt dans la bouche histoire de ne pas répandre de son sang sur le sol. Stanley aurait sauté sur l'occasion pour les payer moins. Bon réflexe. Tout en se plaignant avec sa blessure entre ses mâchoires, elle finit cependant par retirer son doigt meurtri, histoire d'examiner les dégâts tandis que Jack se chargeait de ramasser les débris. Heureusement, elle semblait indemne, mais se plaignit à nouveau de son habitude à se blesser, si importante qu'elle s'inventait des douleurs même quand elle n'avait rien.

Lui faisant un petit sourire, Cooper ne put s'empêcher d'ajouter :


"Eh oui, chérie... Ca s'appelle du masochisme..."

Se retournant vers Cameron, il lui servit un nouveau cocktail. Après tout, du moment qu'il payait, autant le servir jusqu'à ce que les cinquante dollars qu'il leur avait filé soit entièrement épuisé.

"Et toi, monsieur plein-aux-as ? Ton boulot se porte bien ? Pas trop de mauvaises rencontres ? Tes clientes ne sont pas trops pingres ?"

Il titillait un peu son ami. Après tout, des trois, c'était lui qui avait le meilleur boulot. Enfin, le mieux payé, du moins. Jack ne l'enviait cependant pas. Se trémousser devant une horde de filles surexcitées, tout en se déshabillant... Pas trop son style. Quant à Alexandra, pas question. Il n'aurait pas hésité à lui interdire de faire un tel boulot, et préférait l'avoir à l'oeil, histoire qu'elle n'ait pas de problèmes. Strip-teaseuse, et puis quoi encore ? C'était le meilleur moyen qu'elle se fasse violer en pleine rue !

Il ne l'avait jamais avoué à la jeune fille, car il avait eu l'occasion de devenir barman dans un des pubs les plus classes de la ville, mais savoir la jeune fille sans protection, ou du moins, sans surveillance, ne lui plaisait pas...


"Et à ce propos, Lex, et pour toi ? Pas de prince charmant en vue ?"

Encaissant l'argent qu'un client, tenant à peine sur ses jambes, lui paya pour ses commandes, Jack regarda d'un air légèrement moqueur le pourboire que l'homme tendit à Alex, avec un clin d'oeil légèrement dragueur. Et, se tournant, titubant, il se dirigea vers la sortie, faisant accidentellement claquer la porte. Cependant, Cooper entraperçut un visage familier, attendant sur le côté.

Avec un regard entendu aux deux autres, il les prévint :


"Alex, je crois qu'il vaudrait mieux qu'on sorte par-derrière quand on aura terminé. Il me semble que tes petits copains sont revenus pour toi..."

Leur mensonge n'avait, semble-t-il, pas fait long feu pour se débarrasser des militaires, vu que ceux-ci attendaient qu'ils se décident à sortir, ou du moins que le bar soit un peu moins rempli, pour dire au trio ce qu'ils pensaient de leur petite farce...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Woods
Doll of Wrath, Doll of Lust
avatar

Nombre de messages : 738
<b>Age</b> : 19 ans
<b>Occupation</b> : Études d'art, Barman au Night Club
<b>Pouvoir</b> : Télékinésie
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Suicidaire...
Pensée du Moment: Mettre un terme à toute cette douleur.
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Lun 21 Juil - 15:45

Quand il vu que ses amis le sermonnaient, Cameron se sentit gamin et incompris. Il n'avait pas de haine envers eux pas le moins du monde mais plutôt envers lui. Il ne pouvait donc rien faire pour eux, il était donc si incapable d'apporter du secours à ceux qu'il chérissait. Alors qu'il ruminait contre lui et son incapacité à apporter son aide aux autres, il tourna rapidement la tête en direction d'Alex lorsqu'il entendit un bruit de verre.

"Alex! Ça va?"

Ça ne pouvait être qu'elle de toutes les façons. Il la vit porter son doit à sa bouche et baragouiner un truc, ce qui le fit rire. Même s'il s'en faisait pour la blessure de son amie puis lorsque Jack lui fit par de sa réflexion, Cameron sourit ce qui le détendit enfin un peu. Soulagé de savoir qu'elle n'avait rien, il se tourna vers Jack qui ami revint le charrier sans doute pour l'aider à un peu plus se détendre.

"Mes parents t'embrassent Jack pour ce qui est de mon portefeuille et concernant mon boulot ben les filles de New Way remplissent suffisamment mon string pour que je puisse bientôt me payer une nouvelle voiture. D'ailleurs si ça continue je crois que je vais finir gigolo pour une star de LA…"

Autre stupidité du jeune homme pour détendre l'atmosphère un peu plus, surtout après la frayeur que lui a fait avoir Alex, car Cameron a beau savoir que Miss Catastrophe se fait rarement très mal, à chaque il a peur pour elle comme si elle allait partir un mois à l'hôpital.

Puis la conversation se recentra sur Alex et un hypothétique prince charmant. Ce qui avait le don d'énerver Cameron encore plus que les militaires, c'était de savoir que ses deux amies pouvaient être prises pour des objets par les garçons, surtout des garçons comme Cameron. Il était très susceptible sur ce sujet et voulait toujours connaître les heureux élu pour savoir à qui elles avaient à faire, quitte à faire peur au prince le mettant en garde. Il se souvient une fois où Jack était venu avec lui pour avertir un type de ne pas s'approcher de Savannah sinon ils lui casseraient les eux jambes. Á la réflexion, Jack et lui avait une chose en commun c'était qu'il était près à tout pour leurs amis, même à faire très al, voir trop.

Soudain alors que la joie commençait revenir dans le corps du benjamin du groupe, Jack fit une réflexion qui ne plus pas du tout à Cameron. Les militaires étaient revenus pour se venger.

"Putain, je vais leur faire bouffer leurs dents!"

Il posa son verre et le fit déborder à nouveau, passa sa main sur sa bouche et se dirigea d'un pas ferme et décidé à la bagarre vers la sortie. Tout en avançant, il retroussait les manches de sa chemise blanche, serrant dents et poings. On pouvait la colère sur son visage, la rage aux trippes, Woods était capable de tuer pour ses 5 amis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Mayers
Admin
avatar

Nombre de messages : 1259
Age : 32
<b>Age</b> : 20 ans
<b>Occupation</b> : serveuse dans un bar miteux / etudiante en journalisme
<b>Pouvoir</b> : régénération cellulaire
Date d'inscription : 17/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: toujours bonne (en apparence)
Pensée du Moment: vivement que ces foutus scientifiques de m**de foutent le camps de notre ville
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Lun 21 Juil - 16:19

Foutu doigt, elle aurait pourtant jurer que... Maso ?! Jack avait bien parler de Masochisme. Elle se tourna vers Jack avec un regard plissé, et lui balança un truc du genre :

"Vas y repete un peu que je te fasse bouffer ta bouteille par le nez ?"

Soyons honnete, jamais elle n'aurai fait un truc pareil, ca devait être douloureux et surtout vachement compliqué à réaliser. Elle faisait, minimum, une tête de moins que tout le monde alors reussir à tenir Jack de force pour lui entrer une bouteille par le nez, ça allait pas être de la tarte. Et même si il venait, par un miracle incertain, à se laisser faire, elle restait pas convaincue que ce soit réellement possible. Alexandra pencha la tete sur le coté en examinant Jack sous toutes les coutures. Cette réaction laissait comprendre qu'elle réfléechissait belle et bien à la possibilité de faire ce qu'elle avait annonçé. Et après mure réflexion, elle finit par conclure que si elle voulait que la bouteille passe alors il fallait que celle ci ne soit pas entiere. Super douloureux. Completement allumée cette fille.

Enfin, elle retrouva bien vite un regard et un sourire amusée quand Jack demanda à Cameron comment se portait son portefeuille et que celui ci assura que son string se portait bien. Tout le monde savait que Cameron était riche, fils de parents qui avaient franchement les moyens il ne risquait de manquer de grand chose. Mais si certain pouvait trouver derangeant de parler d'argent, avec cameron s'était different. Il se prenait un nombre hallucinant de critique venant d'un peu tout le monde dans le groupe. Mais en aucun cas, cela n'était mechant venant de leur part, d'ailleurs ils savaient pertinemment eviter ce genre de reflexions quand il le fallait. Ce qui n'était malheureusement pas le cas de tout le monde dans cette ville.

Et voila que sans s'y attendre, Jack demanda ou en était Alex coté coeur. En fait, si, elle aurait pu s'y attendre. Ils avait commencer par ennuyer Jack avec ça, ça avait été autour de Cameron, il y avait peu de chance pour qu'elle passe à travers les mailles du filet. Ses amours ? Ses princes charmant ? A la grande histoire... Il n'y avait absolument rien à en dire.


"Je crois que personne veux de moi. Les mec on un probleme avec les familles trop etouffantes et les gamins trop attachés à cette famille, tu vois ? Parce qu'ils ont l'impression de pas avoir leur place, qu'on leur accorde pas assez de temps, et ce genre de chose à la con... Bin, je crois que le probleme avec moi, c'est pas ma famille -ca se saurait si mon pere était trop etouffant, hein ?- Non, le probleme c'est vous en fait. Des que je commence à cotoyer un mec, il finit par se barrer parce que c'ets pas normal de passer plus de temps avec vous qu'avec lui." Elle haussa les épaules "Pourtant, je comprend pas, ca parait logique comme truc. Vous etes cinq, il est tout seul, proportionellement parlant, jsuis bien obliger de vous voir plus que lui, non ?"

Oauis, Alex et les gars s'était toute une histoire. Elle avait sa vision des choses qui était difficilement envisageable pour un autre mec. En même temps, elle s'en contre foutait royalement, voir ses potes à longueur de journée c'est carrement mieux. Et puis c'est quand même vachement moins de soucis qu'un mec, qui se sent obliger de tout savoir sur la vie de la personne avec qui il vit, ect... L'amour finalement, c'est un truc completement pourris.

Enfin, il n'eu pas vraiment de temps pour que les mecs apportent une réponses parce que Jack venait de prevenir qu'il faudrai sortir par la porte de derrière. Elle ne pu pas s'etonner longtemps avant d'avoir la raison de cette réaction. les militaires étaient devant la porte. ET contre toute attente -non, en fait ils étaient habitués- elle ne prit même pas un air affolés ou appeurés, bien au contraire, elle se mettait à sourire. Alors, ils étaient vraiment assez stupide pour revenir ? Elle voulait dire quelque chose, mais Cameron se leva en annonça qu'il allait leur faire bouffer leurs dents. Il avait même retroussé ses manches, si bien qu'alex s'ecria


"Cameron !"

Elle courru pour se mettre devant lui et lui barer le chemin. Combien de fois, elle l'appelait par son réel prénom ? C'était super rare, elle avait cette facheuse tendance à prononcer son nom de famille. Bref, quand un 'cameron' sortait, c'est qu'il fallait franchement la prendre au serieux. D'ailleurs, c'est justement du serieux qui resortait sur son visage. Elle pointa un doigt en direction de son ami.

"Tu peux pas leur faire bouffer leurs dents, s'il te plait, pas maintenant,"

Avec ce genre de phrase on pouvait s'attendre à ce que ça signifie un truc du genre : S'il te plait Cameron, attend la fin de notre service au moins.". Enfin, un truc qui demandait qu'il ne foute pas le bordel alors que la soirée s'était relativement bien passé, contrairement à d'autre soir. Bref, si on pouvait s'attendre à ce genre de chose ça ne fut pas le cas. Notre temeraire petite Alex se dirigea en furie à la porte qu'elle ouvrit d'un coup sec. Reaction de surprise pour les deux militaires, qui dura approximativement moins d'une seconde. Et là, du haut de son 1m60, Alex se posta devant eux, la main tendue prete a recevoir quelque chose.

"Les gars, deux whisky de servis, même si ils sont pas bus, ca reste deux whisky à payer. J'vous avait pourtant prévenu, non ?"

Si l'un des militaire, avide de vengeance voulu tenter quelque chose, il fut une nouvelle fois surprit par la porte qui s'ouvrit à nouveau

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-way.forumactif.org
Jack Cooper
Modo Emperor Of Thunderbolt
avatar

Nombre de messages : 855
Age : 31
<b>Age</b> : 22 ans
<b>Occupation</b> : Barman / Etudiant en génétique
<b>Pouvoir</b> : Electrokynésie
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Pas trop mauvaise.
Pensée du Moment: Qu'est ce qui s'est passé exactement ?
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Lun 21 Juil - 17:25

L'air légèrement énervée, la jeune fille, qui mesurait une tête de moins que Jack, et devait se mettre sur la pointe des pieds pour lui faire la bise, le menaça de lui enfoncer une bouteille dans le nez s'il avait le malheur de répéter qu'elle était maso, ce à quoi Cooper ne put s'empêcher de ricaner.

"Avec tes p'tits bras rachitiques ?
Sois réaliste, Lex. Même si tu avais la force de soulever la bouteille jusqu'à ma tête, tu la ferais tomber, et il faudrait t'emmener à l'hosto pour t'enlever ls bouts de verre incrustés dans tes petits pieds..."


Ca, se vanner entre eux dans le groupe, les six adolescents adoraient cela. C'était un jeu pour eux. Comme pour tout les jeunes dans les collèges, lycées et universités du monde entier. Mais à voir la tête que faisait Mayers, elle envisageait véritablement de faire ce qu'elle avait dit, et le jeune homme préféra ne pas répéter. Après tout, elle avait appris à se défendre, et même si sa menace restait irréalisable, elle ne risquait pas cependant d'être une fille facilement maîtrisable, même si l'entraînement militaire de Cooper le mettait à l'abri... Enfin, normalement...

Cameron, pendant cet instant ou elle et Jack s'affrontaient du regard, il affirma que son travail lui remplissait tant le string qu'il allait bientôt pouvoir s'acheter une nouvelle voiture, et se "plaignit" qu'il finirait en tant que gigolo d'une star de L.A.. Jack résista à la tentation de sortir le nom d'une certaine star qu'il avait en tête, mais il n'avait pas envie que le gamin de l'équipe vomisse son cocktail. C'était lui qui avait la charge de garder le comptoir propre, après tout...


"Ah ? Une nouvelle caisse ? Tant mieux, tu pourras m'offrir l'ancienne..."

Quant à Alexandra, elle expliqua son problème avec les mecs : Elle voyait trop ses amis, et rares étaient ceux qui acceptaient cela. Ils finissaient donc tous par la quitter, s'envolant à la recherches de plus verts pâturages.

"T'inquiète pas. Tu finiras par trouver chaussure à ton pied. Même si ce ne sera pas forcément le genre de personne que tu attends..."

Mais lorsque Jack annonça que les militaires attendaient derrière la porte, Cameron se leva aussitôt avec la ferme intention de leur faire avaler leurs dents. Cooper tenta de le rattraper, mais Alexandra fut plus rapide, et s'interposa devant lui, et lui demanda de ne pas faire ça. Pas tout de suite, du moins...

Jack se calma, croyant qu'elle allait le raccompagner jusqu'à sa place, mais au contraire, elle fonça d'elle-même à l'extérieur rejoindre les militaires !

Pendant un instant, le jeune homme eut envie de la laisser se débrouiller, mais se pencha sous le comptoir. Toujours prévoyant, le Stanley : Il y avait là un fusil à pompe, en cas de cambriolage, ainsi qu'une batte de base-ball, histoire de calmer les clients trop baraqués pour les mater à mains nues.

Attrapant la batte, Jack interpella Cameron et la lui lança. Puis il se dirigea à son tour à l'extérieur. La jeune fille, devant les militaires, la main tendue comme si elle attendait de recevoir quelque chose, restait sans bouger, tandis que les deux hommes, enfin trois, vu qu'ils sembalaient avoir ammené un copain, semblaient prêts à lui sauter dessus. Pour la violer ou la tabasser, Jack n'en avait pas la moindre idée, mais le mal de leurs intentions se lisait dans leurs yeux, et Cooper n'allait pas laisser une de ses meilleures amies se faire massacrer sans réagir.


"Je croyais vous avoir dit de plus revenir, les gars... Faut vous le dire en quelle langue ?"

"Ferme-la, p'tit con..."

Le militaire qui avait aggripé le poignet d'Alex moins d'une heure plus tôt lui saisit violemment le col. Mauvaise idée.
Attrapant le poignet de son agresseur, Jack le fit violemment tourner, ce qui engendra le un demi-tour imprévu par le militaire, et le jeune homme en profita pour le frapper dans le creux du genou, le faisant tomber au sol, sans pour autant lui lâcher le bras.

Il avait montré qu'il savait se défendre, ce qui avait occasionné un léger recul des deux autres, mais qui ne dura pas plus longtemps qu'un quart de secondes. Jack en avait immobilisé un, certes, mais ils restaient encore en nombre supérieur face au barman. Nouvelle mauvaise idée, il ne leur vint pas du tout à l'idée qu'Alex et Cameron pouvaient aussi leur tenir tête.


"Vous cherchez vraiment les embrouilles ?"

Il n'y croyait pas. Il n'avait pas affaire à des vrais militaires, mais à des pourritures se baladant avec des flingues pour se sentir puissants et supérieurs aux autres, que tout leurappartenait. Manque de pot, en tombant sur le trio infernal, il n'avaient vraiment eu de chance. Enfin si. Si la bande avait été au complet, là, il auraient vraiment eu du soucis à se faire.

Le militaire qu'il tenait tenta de se libérer, mais une nouvelle torsion lui fit échapper un nouveau cri de douleur, et l'encouragea à ne plus recommencer ce genre d'imbécilités. S'ils s'étaient un peu mieux entraînés au lieu de se la péter avec leurs flingues et à déambuler dans les rues, à s'en prendre aux plus faibles, ils auraient pu opposer un peu plus de résistance...


"Je vous conseille de faire demi-tour et de rentrer vous coucher. Allez emmerder quelqu'un d'autre, et ne revenez plus, c'est clair ?"

Cruel dilemne. Allaient-il renoncer à ce pub de la ville et ne rien risquer ? Ou refuser la proposition et prendre le risque de perdre leur dignité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Woods
Doll of Wrath, Doll of Lust
avatar

Nombre de messages : 738
<b>Age</b> : 19 ans
<b>Occupation</b> : Études d'art, Barman au Night Club
<b>Pouvoir</b> : Télékinésie
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Suicidaire...
Pensée du Moment: Mettre un terme à toute cette douleur.
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Lun 21 Juil - 18:18

Tout alla très vite, Alex s'interposa devant lui ce qui pour effet de lui faire tomber la température très vite. Mais au lieu de le raccompagner vers son tabouret, c'est elle qui sortit. Cameron resta coi devant l'acte stupide mais téméraire de son amie. Il entendit que cette dernière demandait l'argent des deux whiskies consommés précédemment. La petite n'avait peur de rien mais niveau impulsion elle était aussi forte que Cameron. Voir pire parfois! Il n'arrivait pas à croire que Alex, son Alex était allée seule au devant des militaires venus pour lui arranger le portrait. Des fois il se demandait si elle pas plus mec que fille. Alors qu'il allait pour rejoindre sa camarade, il entendit Jack l'appeler et il se retourna. Il vit son mai lui lancer un objet long mais ne l'identifia pas de suite. Attrapant au vol la batte que Jack lui lança, il admira une seconde son nouveau jouet.

*Cool!*

Cameron avait une batte chez lui avec écrit dessus "Aide Soignante", ça lui a toujours plus même s'il n'a jamais eu l'occasion de s'en servir. Là il pourrait enfin donner vie à son rêve d'exploser la tête d'un type avec. Rêve étrange certes mais tellement thérapeutique par moment. Surtout qu'il avait les foies suite à la discussion de toute à l'heure.

Il emboîta donc le pas de Jack qui sortit le premier et commença à s'en mêler. Cameron resta derrière, cachant la batte avec soin. Lorsque G.I. Jack fit son show en tordant la main du type qui avait eu le malheur de toucher Alec toute à l'heure, le benjamin de la bande sourit naturellement. Le jeune homme sentit en lui cette poussée d'adrénaline qui montait en lui, animant ses plus vils désirs : la violence et le sang. S'en suivit une petite discussion, oui Jack parlait beaucoup même s'il agissait aussi pas mal. En cas une chose était sûre, à présent : Cameron demanderait à Jack de l'aider dans son entraînement.
Alors que Jack leur faisait la morale, Cameron sortit bien en vue des trois gars et arma la batte sur son épaule.

"Ok, les filles, je vous traduis ce qu'il vient de dire : vous payez et vous allez vous toucher plus loin. Si dans 10 min vous n'êtes pas partis, je vous fais un bridge pour chacun de vos dentiers avec mon cure dent!"

Soudain il lâcha la batte dans un geste vif et précis frôlant le nez d'un des types debout pour faire finir par faire atterrir son arme en bois sur l'autre épaule. Le plaisir qu'il éprouva devant cette démonstration de force fut si intense que s'il avait eu plus de pouvoir, il les aurait écrasés comme de vulgaires cafards. Il posa gracieusement son arme sur le sol, comme s'il s'agissait d'une canne, regardant avec un sourire angélique les deux cramés qui voulaient s'en prendre à sa meilleure amie.
Les deux mecs en question et surtout celui qui avait faillit perdre son nez, partirent en courant. Il ne resta donc plus que le charlot coincé par Jack. Il se pencha donc vers lui et lui murmura :

"Hey bien chérie, tu es toute seule à présent. Ne chiale pas, hein…!"

Il lui mit une petite claque et continua son discours :

"Toi tu vas t'excuser à la demoiselle ici présente et tu lui payeras un bon pourboire. Attendant je vais t'aider."

Profitant du fait que Jack le maîtrisait et qu'il faisait moins son malin à présent seul, il farfouilla dans la veste du type et en sortit un portefeuille, saisit un billet de 20£ puis un de 10 et les posa dans le creux de la main d'Alex.

"Yannick Duck, 27 ans, militaire… c'est du joli mon choux. Je vais garder et tu expliqueras à ton supérieur ce que tu faisais dans un bar à cette heure à harceler les filles et à boire comme un trou. Car tout le bar pourra témoigner contre toi, tu étais ivre!"

Il mit la carte d'identité dans sa poche et retourna dans le bar, un moment il voulu confier à Alex la batte mais se ravisa, elle pourrait se faire mal. Il revint un court instant plus tard et jeta le contenu de son verre sur le type.

"Á présent que tu peux l'alcool, qui croira-t-on si tu va lécher les rangers de ton sergent?!"

Il se pencha vers lui et lui le plus naturellement possible, sans haine aucune dans sa voix et dans son ton.

"Si jamais mon pote ou moi, on te revoit ici ou à chercher à suivre notre amie, ça sera la dernière fois que tu verras le jour. Ce soir on est soft mais autant lui que moi on a pas peur de t'envoyer à l'hôpital voir plus loin. On connaît du monde à la morgue et on pourra très facilement faire passer ton meurtre pour un accident. On est une petite et ici on se soutient tous! Mon conseil ma poule sera ne plus venir ici et devenir un mec! Allez files t'acheter un caleçon parce que tu as mouillé celui-là et téléphone à ta maman!"

Il se releva et saisit Alex par le bras pour la faire entrer dans la salle et il referma la porte. Laissant J.I. Jack seul un moment avec le type pour l'achever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Mayers
Admin
avatar

Nombre de messages : 1259
Age : 32
<b>Age</b> : 20 ans
<b>Occupation</b> : serveuse dans un bar miteux / etudiante en journalisme
<b>Pouvoir</b> : régénération cellulaire
Date d'inscription : 17/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: toujours bonne (en apparence)
Pensée du Moment: vivement que ces foutus scientifiques de m**de foutent le camps de notre ville
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Lun 21 Juil - 19:50

Alex, loin de se demonté devant ces types attendait simplement sont argent. Au pire, ils auraient fait quoi ? La tabasser, piouff, elle était tellement petite qu'elle les auraient eviter les doigts dans le nez. Bon, elle se berçait surement d'illusion, mais y a des fois faut pas lui demander de trop reflechir. Par principe elle avait annoncé qu'elle demanderai des sous si ils revenaient et ils étaient revenus, donc... Et puis, elle savait quand même se defendre, fallait pas non plus exagérer. Elle aurait finit chaos bien avant eux, mais elle aurait au moins eue la satisfaction d'avoir exploser le pif à l'un d'entre eux. De toute façon, la question ne se posait même pas, parce qu'Alex avait ses gardes du corps perso. L'enfant du militaire et l'enfant du... heu... du night club, qui part le corps qu'il à, fait peur. Elle marqua tout de même un air surpris en voyant, dans les mains de Cameron une bate de basseball. Elle lui lança un de ces regards, entre la deception profonde et l'enfant emerveillé. Le genre de regard qu'elle était la seule à pouvoir faire avec autant d'expressions différentes.

"Mais ?! Pourquoi, c'est jamais à moi qu'on donne ce genre de chose, hein ?"

A peine avait-elle finit sa phrase, qu'elle detourna son regard sur un des type qui venait de traiter Jack de petit con. Et la petite alex, leva un poing, tout hargneuse avec une facheuse envie de lui faire ravallée ses dents. Ha ?! C'ets donc ça qu'avait ressentie Cameron, quand il avait sortie cette idée un peu plus tot ? Quoiqu'il en soit, il était hors de question qu'elle laisse dire des truc comme ça. Ravallement de portrait pour cet abruti qui insultait un des ami de la jeune fille. Mais bon... Elle du ravallée son envie, parce que Jack avait déjà réagit. L'homme était sur les genoux, se plaignant pour son bras qui lui était douloureux. Et voilà que petite Alex sautillait sur place toute heureuse qu'il puisse enfin fermer son clapet.

Bref Alex donnait plus l'impression de s'amusée, plutot que d'être appeurée. Pas conscience du danger des fois, la pauvre. Elle ecoutait de manière amusé les chose qui pouvait se dire à droite et à gauche. Et de temps en temps, elle s'approchait brusquement d'un des types rester debout en hurlant un "bouh", et elle reculait rapidement à la hauteur de Cameron et sa bate. Quand, je vous dit que des fois, elle est completement barge cette fille. Et ce cher Wood eu la bonne idée de prendre le portefeuille de l'homme au sol, tenu par Super-Jack (S.J, pour les intimes). Alexandra hocha la tete dans un grand oui.


"Tout à fait, ce type était completement pinté. Ca doit etre super stressant comme taff pour boire autant."


Confirmant le fait qu'elle balancerait qu'il était bourré, si on venait à lui poser des questions. Etrangement, plus ça allait et plus ils semblaient s'hbituer aux mensonges collectifs. S'était donc dans ce sens que la ville était en train de tournée ?! Elle cessa de sautillé au moment ou Cameron retourna à l'interieur. Prise dans ses reflexion personnelle. En même temps, qui allait vraiment croire la clientele et les employés d'un bar miteux comme celui là ? Enfin, il y avait fort a parier que l'homme ne dirais rien de toute façon. Il était en train de se faire maitriser par un gamin d'un peu plus de vingt ans, jamais il allait s'en vanter. Bref, Cameron revint avec un verre d'alcool, se qui surprit un peu Alexandra qui compris bien vite le pourquoi du comment. Et en voyant le militaire barbouiller d'alcool, elle ne pu s'empecher de rire. Et Woods termina dans une petite morale qui demandait à ce que ce type ne s'approche plus de qui que ce soit. Sur quoi il se releva et attrapa la jeune fille par le bras pour l'entrainer à l'intérieur.

"Mais..."

Lança t-elle surprise, en se tournant la tete dans tous les sens pour apercevoir ce qui allait se passer, pendant qu'il la trainait à l'interieur. Allez quoi, ca faisait que commencer, elle voulait voir ce qu'il allait repondre, ou un truc comme ça. Elle soupira presque deçue une fois à l'interieur du bar. Depuis quand Cameron jouait les raisonnables en l'emmenant autre part ? En fait, depuis toujours, quand il s'agissait de ses amis, il pouvait se montrer bien plus mature que ce qu'il laissait paraitre. Enfin bref, elle retourna au comptoir, il parait qu'elle bossait là alors fallait bien faire en sorte que ca se voit un peu. Elle reprit place derrière le comptoire, une lueur d'inquietude dans la regard pour ce qui allait se passer dehors. Jack etait quelqu'un de très raisonnable, mais contrairement à Wood, quand il s'agissait de ses amis il pouvait se montrer très... heu... surprenant, dirons nous.

"Cameron, tu devrais peut etre retourner dehors, on sais jamais tu sais des fois que... enfin bref..."

Elle appuya sa demande par un sourire inquiet. Mais du bien vite detourner le regard à cause d'un client qui venait de lui demander quelque chose. Elle reprit son boulot comme il convenait. L'heure de fin approchait pour se bar de proximité miteux. Mais elle restait toute fois concentré sur ce qui pouvait se passer dehors. D'ailleurs, de l'autre coté de la porte, l'homme qui était au sol avait finit par dire un truc au moment ou alex et cameron avait disparu de son champs de vision, en s'adressant directement à Jack.

"Tu peux faire ce que tu veux p'tit merdeux, sache un truc : on était trois à voir la tete de la p'tite et vous ne serez pas toujours derrière elle."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-way.forumactif.org
Jack Cooper
Modo Emperor Of Thunderbolt
avatar

Nombre de messages : 855
Age : 31
<b>Age</b> : 22 ans
<b>Occupation</b> : Barman / Etudiant en génétique
<b>Pouvoir</b> : Electrokynésie
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Pas trop mauvaise.
Pensée du Moment: Qu'est ce qui s'est passé exactement ?
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Lun 21 Juil - 22:05

Lorsque la batte passa en sifflant à quelques millimètres à peine d'un des militaires restants, ceux-ci hésitèrent à avancer, et manquèrent de s'enfuirent, surtout à cause des menaces à peine voilées de Cameron, ce à quoi Jack aquiesça en précisant :

"Croyez-le, il peut vous faire de sacrées réparations sur les dents. Et si vous ne l'écoutez pas, il vous fera 98% du dentier et 30% de la face..."

Les "efforts" conjugués des deux garçons portèrent leurs fruits puisque, terrorisés, les deux militaires restants prirent leurs jambes à leurs cous et détalèrent comme des lapins sans demander leur reste, ce qui valait effectivement mieux pour eux. Du moins, s'ils ne souhaitaient pas devoir prendre rendez-vous avec un chirurgien plastique afin d'avoir droit à un nouveau visage pour remplacer le précédent.

Mais il fallait avouer qu'Alexandra ne leur avait pas facilité la tache, en se précipitant sans leur demander leur avis, et à s'amuser à leur faire des "bouh" toutes les deux minutes. Jack se promit de lui passer un savon quant il en aurait fini avec celui-ci. Pendant ce temps-ci, Cameron s'amusait à se moquer du militaire, et lui "emprunta" du liquide ainsi que sa carte d'identité, et affirma qu'il valait mieux qu'il ne vienne pas chouiner devant son supérieur, vu que tout le bar pourrait confirmer son ivresse, ce que Mayers s'empressa d'affirmer, et Cooper n'eut guère de scrupules à ajouter :


"Ca c'est vrai, j'ai rarement vu quelqu'un d'aussi bourré !"

Jack mentait, et une fois de plus, c'était un mensonge que le groupe des Six gardait et garderait toujours pour eux. Pendant un instant, il se demanda si la série de mensonges allait continuer à s'allonger, ou s'ils finiraient au contraire par devoir avouer la vérité à quelqu'un...
Possible, mais alors ils se seraient tous consultés auparavant, et auraient décidés s'ils étaient ou non d'accord pour divulguer cette information.
Mais revenons à l'instant présent.

Cameron l'arrosa d'alcool, histoire de confirmer qu'il passerait pour un ivrogne s'il avait le malheur de se présenter à un supérieur dans l'instant. De plus, Cameron se fit un plaisir de le menacer de le tuer, et de faire passer son meurtre pour un accident. Il était vrai que la mère de Jack étant médecin légiste, elle pouvait falsifier l'autopsie, mais il resterait un risque pour que cela se découvre, et Jack n'aurait jamais voulu faire perdre son travail à sa mère.

C'est pourquoi il répondit à Woods une fois qu'il eut terminé sa phrase.


"Du calme. Relaxe-toi, Cameron. Personne ne tuera personne, tu piges ?"

Il était fort probable que le dénommé Yannick Duck se sente un minimum soulagé. Si tel était le cas, il compris rapidement qu'il ne devrait pas lorsque Jack reprit :

"Si un seul de ces mecs a le malheur de s'en prendre à Alex, il faudra leur donner une leçon. Brise-leur tous les os du corps et laisse les baigner dans leur sang. J'veux voir ces merdeux dans des chaises roulantes. Les gamins rigoleront quand ils verront leurs gueules massacrées. Que tous ses copains sachent ce qui se passe quant on s'en prend à nos amis..."

C'est alors que Woods entraîna Mayers à l'intérieur, laissant volontairement Jack avec le prisonnier, qui n'hésita pas à le menacer une fois que les portes se refermèrent :

"Tu peux faire ce que tu veux p'tit merdeux, sache un truc : on était trois à voir la tete de la p'tite et vous ne serez pas toujours derrière elle."

"Parce que tu crois que j'le sais pas ?"

Et sans prévenir, son genou heurta violemment le dos du militaire, qui s'effondra au sol en pleurnichant lorsque Jack lui lâcha le bras. Il avait visé là ou ça faisait très très mal, sans pour autant laisser des séquelles.
Allongé sur le dos, Duck faisait pitié. C'est alors que Cooper s'accroupit à ses côtés, lui saisit la tête et la fit violemment tourner sur le côté.
Le militaire aurait pu croire que sa vie allait s'arrêter là, mais son cou n'était pas brisé. Le jeune homme avait arrêté son geste au dernier moment.


"Bien. Je vais me montrer très clair. Nous aussi, on sait qui tu es et tu feras passer le message à tes copines. Si jamais vous vous avisez de toucher à ne serait-ce qu'un seul cheveu d'Alex..."

Il fit tourner encore un peu plus la tête jusqu'au point de non-retour. A présent, Duck devait pouvoir sentir les os de sa nuque sur le point de céder. A la fois très douloureux et très éprouvant psychiquement. Mieux valait pour lui qui ne fasse le moindre geste, car même cligner des paupières lui semblait désormais dangereux et mortel.

Il n'était plus qu'une poupée de chiffon entre les mains d'un jeune homme qui n'aurait pas eu la moindre hésitation à lui arracher la tête, et à dissimuler son corps, dans le seul et unique but de protéger ceux qu'il aimait, comme sa famille et ses amis.


"Pitié ! PITIE !! J'dirais rien ! J't'en prie ! Me tue pas !"

Ecoeurant. Yannick avait le cran de s'en prendre à quelqu'un de plus faible que lui, mais là, face à un type qui l'aurait refroidi sans sourciller, il pleurnichait comme un gamin qu'on menace.

Mais Cooper n'avait pas l'intention de le tuer. Agissant rapidement, il lâcha la tête du militaire, et lui prit son arme de service, tout en se relevant. Déchargeant l'arme, il la garda avec lui. Pour un militaire comme pour un flic, perdre son arme était quelque chose de très grave.
Mais avant de laisser Duck se relever, Jack avait un autre cadeau à lui donner.

Prenant son élan, il shoota avec une grande violence dans le visage du type étendu à terre, et un craquement sonore se fit entendre. Il lui avait brisé le nez.


"Ca, c'est pour t'en être prit à mes amis... Et estime-toi heureux..."

Abandonnant le militaire, qui se relevait comme il pouvait tout en tenant ce qui restait de son nez, ruisselant de sang, Jack franchit la porte du bar.
Il se dirigea vers le comptoir, passa derrière et rangea l'arme de Yannick avec le fusil à pompe. Se promettant de la jeter au fond d'un lac dès qu'il le pourrait.

Puis, se redressant, il avança vers Alex, en train de s'occuper d'une commande, et il lui frappa l'arrière du crâne. Pas suffisament fort pour lui faire très mal, mais assez pour lui remettre les idées en place. Quasiment tout le groupe y avait eu droit un jour ou l'autre : C'était la manière de Jack de punir une bêtise pas trop grave.

Pas besoin de mots, la jeune fille comprendrait rapidement qu'elle n'avait qu'à pas sortir comme ça pour aller provoquer ces types. Cooper avait proposé une solution pacifique : Sortir par-derrière, mais elle ne l'avait pas écouté.

Sans un mot, il retourna au comptoir et reprit son travail. Il ne dit pas un mot jusqu'à une heure et demi. Heure ou le dernier client quitta le bar, et ou un gros homme chauve pénétra en se dandinant par la porte de derrière.


"Hello, Stanley..."

"Bonjour, les enfants. Tout c'est bien passé, ce soir ?"

Il passait pour un vieux monsieur très chaleureux, mais Jack le connaissait depuis suffisament longtemps pour savoir que leur patron n'était rien d'autre qu'un vieux roublard un peu trop près de ses sous.

"Rient de notable, Boss..."

Il jeta un regard entendu à Alex. Il lui avait pardonné, bien sûr.
Tant qu'il ne disaient rien, Stanley n'aurait pas de raison de râler et d'avoir quoi que ce soit à redire. Ce fut à ce moment qu'il rmarqua la présence de Cameron, que Jack expliqua aussitôt :


"C'est un ami. Il est venu attendre qu'on ait terminé notre service pour nous raccompagner... On s'est prévu une soirée, pour aujourd'hui..."

Décidément, la liste des mensonges n'avait de cesse de s'allonger !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Woods
Doll of Wrath, Doll of Lust
avatar

Nombre de messages : 738
<b>Age</b> : 19 ans
<b>Occupation</b> : Études d'art, Barman au Night Club
<b>Pouvoir</b> : Télékinésie
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Suicidaire...
Pensée du Moment: Mettre un terme à toute cette douleur.
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Lun 21 Juil - 23:28

Lorsque Cameron entendit les paroles du militaire à travers la porte, il sourit. S'il avait laissé seul ce-dernier avec Jack se n'était pour rien. J.I. Jack était près à tout pour sauver les siens. Ce qui fut confirmé par quelques bruits de douleur derrière la porte. IL sourit de plus belle lorsque Alex voulu que Cameron retourne dehors :

"Tu veux vraiment qu'il meurt le type. Laisse faire Jack, après son passage personne ne t'embêtera. C'est pas la… Woué, enfin continue tes cours de défense et la prochaine c'est toi qui pourra te défouler."

Effectivement c'était pas la première fois que les deux compères, Jack et Cam, allaient remettre en place des ex à Alex. Mais mieux fallait pour eux qu'elle ne le sache pas, pour leur survie.
Il se servit un verre de vodka avec la bouteille que jack avait sortit pour Alex toute à l'heure et bu cul sec son verre avant de le faire claquer sur la table du comptoir. Il secoua sa tête et se remit à sourire lorsque la porte s'ouvrit, sans tourner la tête, il entrevoyait la silhouette de Jack et il mima une claque avec la main droite. Trop brusque, il en fit tomber la bouteille de vodka, ce qui n'était pas son genre mais par chance il la rattrapa avant qu'elle heurte le sol. Alors qu'il avait la tête fixant le carrelage, il entendit la claque que Jack mit à Alex et il éclata de rire. Il savait ce que ce dernier allait faire, c'était prévisible.

Un gars arriva et Cameron l'identifia assez vite comme étant Stanley, le crochu du village, ceci fut confirmé par la salutation de Jack. Cameron ne porta pas son regard sur ce porcin sans fierté et continua à boire. Certes vu son âge, il n'avait le droit d'être ici, et oui c'est à 21 ans que l'on peut boire pas à 19. Mais ce malin avait fait faire une fausse carte d'identité et puis ses parents partis personnes ne découvrirait le poteau rose. En plus il traînait avec des gens plus vieux que lui d'un à 3 ans, alors ça passait inaperçu. Mais semblait-il que ce veau d'élevage fut marqué par la présence du jeune homme. Papa Jack emboîta de suite le pas pour présenter son ami afin de détourner l'attention de son patron.

Cameron suite à sa poussée d'adrénaline aurait voulu passer la nuit dans une fête avec la musique à fond et finir le reste de cette nuit dans les bras d'une douce demoiselle. Mais ce n'était pas prévu, enfin pour le moment du moins.
Il remit sa chemise en place et planqua la batte avec ses jambes et continua à boire comme si de rien était. Il leva tout de même la main pour saleur l'autre avare sans pour autant tourner la tête. Et oui, les personnes que Cameron n'appréciait pas, il ne pouvait supporter de les regarder. L'ambiance semblait se corser, car les deux employés allaient batailler pour obtenir leur paye. Devant ce spectacle qui risquait fort de mettre en rogne Cameron, ce dernier préféra se lever et aller plus loin dans la salle. Car si lui ça ne lui posait pas de problème de ne pas avoir son salaire toutes les semaines, il ne supportait pas que l'on tente de gruger ses amis.
En se levant, il cala la batte entre le tabouret et le mur du comptoir et partit avec son verre.

Il se mit à une table où les poivrots rigolaient plutôt dans la soirée et finit tranquillement son verre, comme si rien ne s'était passé ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Mayers
Admin
avatar

Nombre de messages : 1259
Age : 32
<b>Age</b> : 20 ans
<b>Occupation</b> : serveuse dans un bar miteux / etudiante en journalisme
<b>Pouvoir</b> : régénération cellulaire
Date d'inscription : 17/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: toujours bonne (en apparence)
Pensée du Moment: vivement que ces foutus scientifiques de m**de foutent le camps de notre ville
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Mar 22 Juil - 1:03

Non, bien sur que non. Elle ne souhaitait pas une mort atroce à ce pauvre type, il était trop pathétique pour cela. C'est bien pour cela qu'elle avait demander à Cameron d'y aller, mais lui semblait dire qu'il fallait mieux eviter. Elle répondit par un sourire quand il lui demanda de finir ses cours de defense afin qu'elle puisse elle même se défouler. En réalité, c'était pas vraiment ça le problème. Elle tentai d'ecouter ce qui pouvait se passer dehors, mais ces abrutis d'alcooliques faisaient bien trop de bruit. Entre deux commandes, Alex se mordillait un ongle en scrutant la porte pour voir revenir Jack. Non seulement elle flippait de ce qu'il pouvait faire au type si ce dernier se mettait à jouer ses matcho au dernier moment, ou s'amusait simplement à le provoquer. Jack, n'était pas trop connu pour sa patience quand il s'agissait de ses amis, et Alexandra voulait eviter tout debordement. Bon, elle allait pas s'imaginer Jack entrain de tuer quelqu'un, mais elle ne voulait pas qu'il le blesse inutilement. Blaireau ou pas, il était de l'armée et cela finirait bien par se payer un jour ou l'autre. Elle flippait aussi par le fait, que les deux potes avient peut etre été chercher du renfort, et maintenant que Jack était seul dehors, ça pouvait se montrer plus compliquer. Elle hota l'extremité de son ongle de sa bouche et posa son regard vers Cameron.

"S'il te plait, ça commence à faire lon..."

Elle ne pu finir sa phrase que Jack passa la porte. Alexandra poussa un soupir de soulagement en le voyant entrer. Un soulagement qui vint se finir dans un claque sur le dos de la tete pour la jeune fille. Etrangement, elle ne broncha pas. Elle savait pertinement que si elle venait à dire la moindre remarque, elle se ferait incendier pour un tempérament irreflechie. Trop temeraire, elle pensait pas tout de suite aux consequences de ces actes. Sauf, qu'elle était pas specialement d'accord avec ça, et ne voulant pas subir la morale de papa Jack, elle prefera se taire. Mais quand Jack eu le dos tournée, Alex releva le regard vers Cameron en lui lançant un regard amusé. Les deux pouvait se comprendre sur certaines facettes de leurs caractères. Si elle n'avait pas ri devant Jack, s'était pour ne pas s'attirer les foudres divines. N'empeche que si c'était à refaire, elle recommencerait surement. Completement barge.

Les clients quittaient les lieux, doucement mais surement. Alexandra entreprit le netoyyage des tables et apportait les verres à Jack. bref, au fur et à mesure que ça se vidait, le bar se rangeait aussi. Une façon de ne pas avoir à faire des heures supplementaires inutiles et non payées. deja qu'il galerait à avoir un salaire à la fin du mois, alors demander les heures suplementaires était du domaine du rêve. ET Stanley fit son apparition en demandant si tout s'était bien passé. Jack mentit. Et quand Stanley regarda Alex comme si il voulait une confirmation, elle n'eue qu'un faible sourire.


"Rien de particulier à signaler"

Elle n'avait pas reussi a sortir son sourire naturel, montrant une lignée de dents blanches... Bien au contraire. Mais Stanley prendrai ça pour de la fatigue rien de plus, il ne connaissait rien de son employée de toute façon. N'empêche que c'était un mensonge de plus à ajouter sur la liste. Allez, tout le monde avait des petits mensonges entre amis que chacuns gardait pour l'autre. Ce mensonge était completement anodin. Mais quand vous en avez un important à garder, en sachant que si vous venez à gaffer, vous faites tomber tous vos meilleurs amis. Alors dans ce genre de cas là, le moindre petit mensonge sans importance devient un fardeau.

"Stanley ?"

Elle s'approcha du comptoire, pour venir à hauteur de l'homme qui allait vers la caisse enregistreuse. Cameron était partit s'installer plus loin, et Cooper était dans le coin. Bref c'était le bon moment, pas la peine de mettre trois plombes à parler d'un truc qu'il fallait faire. Trop longtemps que le boss leurs endormait leurs paye. Bref, Alex trop souvent franche et spontanée ne passa pas par quarante chemin.

"Ca fait un petit moment qu'on attend nos payes, et là le temps commence à devenir long. J'ai besoin de cet argent."

"Allez arrete, ton père a largement les moyen de t'entretenir, me dit pas qu'il te faut des sous dans la minutes."

Le boss avait le nez dans ses tiroirs caisses et ne daigna même pas relever le visage vers elle. Ce qui la mit franchement de mauvaise humeur. Bref, elle s'avança vers la caisse afin de se retrouver à coté de Stanley. Elle lui jeta un regard, mais il ne daigna toujours pas lever la tête. OK. Il voulait jouer à ça, il allait trouver le partenaire idéal. Alex ferma la caise violement, passant à deux doigts de laisser les doigts du patron à l'interieur. Il releva une tete furieuse vers elle.

"Hey, au moins j'ai ton attention." Patron ou pas, elle était pas connu pour macher ses mots "Je veux ma paye, et du moment que je ne l'ai pas, je ne refou pas les pieds ici." Stanley tenta un sourire pour signifier qu'il s'en foutait. "Me fait pas croire que t'as quelqu'un sous la main, vu ce qui se passe en ce moment personne voudra bosser ici. deja qu'avant ça se bousculait pas !"

Le patron du bar soupira, et poussa un peu fort, la main de la jeune fille pour qu'elle se degage de SA caisse enregistreuse. Il semblait se demander l'espace d'un instant, si il devait payer ou chercher une autre personne. Sauf que ce n'etait pas un secret, ce bar était le plus mal réputer de la ville. Jack et Alex étaient bien vue de la clientèle et ce n'était pas dans son interet de les virer sur le champs. Bref, il ouvrit la caisse, compta soigneusement quelque billets et les deposa dans la main tendu de la gamine, en se permettant une reflexion... quand meme...

"La prochaine fois, ce genre de remarque ne passera pas. Jsuis contre le chantage."
"Mais il n'y aura pas de prochaine fois Stanley, je suis sur que s'était un oublie involontaire de ta part"

Lança t-elle dans un sourire en se tournant et balançant un clin d'oeil à Cameron assis plus loin. De son coté, stanley compta un nouveau paquet de billet qu'il dirigea ensuite vers Jack.

"Toi aussi tu vas menacer de partir si je te les donne pas, je suppose ? De toute façon quand l'un fait quelque chose, avec vous, l'autre suis forcement..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-way.forumactif.org
Jack Cooper
Modo Emperor Of Thunderbolt
avatar

Nombre de messages : 855
Age : 31
<b>Age</b> : 22 ans
<b>Occupation</b> : Barman / Etudiant en génétique
<b>Pouvoir</b> : Electrokynésie
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Pas trop mauvaise.
Pensée du Moment: Qu'est ce qui s'est passé exactement ?
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Mar 22 Juil - 2:06

Jack remarqua qu'il avait un peu de sang sur la chaussure qui avait explosé le pif du militaire. Mieux vaudrait la brûler et en acheter une autre, histoire de limiter les risques si jamais il tentait tout de même de venir se plaindre. Oui, Cooper avait l'habitude de massacrer tous ceux qui avaient le malheur de s'en prendre à ses amis, mais ce n'était pas non plus un idiot : Si une de ses victimes en venaient à se plaindre, à la police ou à quelqu'un d'autre, le jeune homme devait se débarrasser de toutes les preuves qui pouvaient l'incriminer. Jusqu'à présent, personne n'avait eu le courage d'outrepasser ses menaces, mais avec des militaires lâches et complètement immoraux, un certain nombre d'inconnues se rajoutait à l'équation.

Tandis que Cameron allait s'installer à une autre table dans le but de finir son verre, Alex fut la première à venir réclamer son salaire, en parlant pour les deux. Avec un regard, Jack lui fit comprendre qu'il aurait pu s'en charger, mais peu importait. Après tout, Mayers se débrouillait très bien toute seule, et, avec un peu de menace, parvint à faire céder le vieux pingre, qui finit par sortir, de mauvaise grâce, c'était certain, une pleine liasse de billets qu'il fourra dans la petite main de la jeune fille.

Puis il se tourna vers Cooper, en lui demandant au passage si il avait lui aussi l'intention de lui faire du chantage à la démission pour obtenir son blé, vu que lorsque l'un employait une technique, l'autre suivait aussitôt.


"Moi ? Faire du chantage ? Pas question... Mais c'est vrai qu'un type capable de résoudre les problèmes, de jongler pendant tout son service avec des bouteilles sans les casser dans le but de divertir les clients, et de préparer les meilleurs cocktails connus sans erreur, ça doit pas courir les rues..."

Le vieux rapace laissa échapper un grognement. Il n'était pas du tout heureux de laisser quelques uns de ses précieux billets, et finit par accepter, mais de sacrément mauvais coeur...

"Bon... Combien je te dois, à toi ? 30-40 dollars, c'est ça ?"

"560 dollars. C'est le prix moyen d'un barman, et le prix dont vous aviez convenu lorsque vous m'avez embauché."

Le pauvre vieux manqua de s'étrangler en entendant la somme.

"Quoi ? Cinq... Oh lalalalalala... Je vous paye trop !"

De très mauvaise grâce, il piocha de nouveaux billets dans la caisse, histoire d'obtenir à peu près une somme un peu plus conséquente que celle d'Alexandra, vu que celle-ci avait droit à des pourboires, et la donna au barman. Celui-ci observa les billets et se mit à les compter attentivement pendant quelques minutes, avant de se redresser pour préciser :

"Manque dix dollars..."

Grommelant, Stanley s'empara du dernier billet de sa caisse et le tendit à Jack, qui s'en saisit avec un grand sourire.

"Merci ! C'est avec plaisir que je reprendrais mon boulot demain, patron !"

"C'est ça ! Profitez d'un vieux bougre sans défense pour l'arnaquer, bande de vautours ! Allez, filez ! Mais je veux vous voir demain à la première heure de votre service !"

"C'est noté, Boss !"

Habilement, pendant que Stanley s'était mis à fouiller dans sa caisse, Jack avait repris le beretta du militaire planqué sous le bureau et le dissimula dans la ceinture de son jean.

Sautant au-dessus du comptoir, le jeune homme attrapa sa veste qui pendait au porte-manteau et l'enfila d'un geste grâcieux. Faisant un dernier salut à son patron tout en faisant glisser les billets dans sa poche, il se dirigea vers la sortie, accompagné de ses deux amis, tout en ricanant dans son for intérieur d'avoir réussi à soutirer son salaire au vieux pingre.

Franchissant la porte du bar, il s'apprêta à se diriger vers son appart, mais se rappella soudainement qu'il avait promis à Alex de la raccompagner chez elle. Cooper se tourna vers elle et lui demanda :


"Bon ? On te raccompagne ? Ou tu te sens d'attaque en cas de soudaine embuscade des militaires ?"

Toujours souriant, il huma l'air frais de la ville. Ils étaient à la fin du mois de Novembre, et le climat avait commencé à se rafraîchir. Néanmoins, rester au froid lui plaisait plus que de supporter l'ambiance surchauffée du bar, avec tous ces poivrots, surtout ceux qui avaient les mains un peu trop baladeuses avec Alex ! Ceux-là, en général, étaient éjectés à coup de bottes du pub si jamais Cooper s'en apercevait. Stanley aurait pu lui en vouloir, mais puisque ces clients revenaient de toute façon, il ne pouvait rien dire. Tant qu'il ne détruisait pas le matériel, il ne dirait rien. Ce qui, avec miss gaffe à ses côtés, n'était pas toujours une mince affaire !

Inspirant à fond, il souffla presque aussitôt après un nuage de buée. Il se sentait bien. Il s'était défoulé sur un militaire, avait protégé Alexandra et Cameron de tout problème. Il avait obtenu son salaire et allait pouvoir manger à peu près correctement pendant une partie du mois, sans soutirer d'argent à sa mère. Mais il était crevé. Une soirée comme celle-ci, ce n'est jamais très reposant...

Mais tout allait bien. S'appuyant sur un réverbère électrique, il sentit soudainement sa fatigue disparaître de plus en plus, comme s'il dormait éveillé. Il avait les yeux fermés, baignant un peu dans ce monde de silence et de fraîcheur qui lui était donné. Si bien qu'il ne voyait pas l'ampoule du réverbère vaciller et faiblir de plus en plus, avant de s'éteindre brusquement, les plongeant dans une quasi-obscurité. Heureusement qu'il en restait d'autres pour éclairer la rue, car traverser la ville à tatons, avec des militaires qui leur en voudraient certainement, ne devait certainement pas entrer dans le cadre de leurs priorités.
Se rendant compte de la brusque obscurité, Jack se redressa et lança, en pleine forme, comme s'il venait de retrouver une part de son énergie :


"Bon ! On y va ?"

Il se sentait beaucoup mieux qu'en quittant le bar, en tout cas. Comme... Revigoré, rechargé... Pas à fond, certes, mais assez pour lui donner la force d'aller jusque chez Alex et rentrer juste après chez lui !
Mais ce qu'il ne remarqua pas, ce fut que, lorsqu'il s'éloigna suffisament, le réverbère se ralluma aussitôt !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cameron Woods
Doll of Wrath, Doll of Lust
avatar

Nombre de messages : 738
<b>Age</b> : 19 ans
<b>Occupation</b> : Études d'art, Barman au Night Club
<b>Pouvoir</b> : Télékinésie
Date d'inscription : 20/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Suicidaire...
Pensée du Moment: Mettre un terme à toute cette douleur.
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Mar 22 Juil - 12:54

Cameron commençait à en avoir marre t'entendre l'autre chameau râler pour quelques dollars. Le jour où il pourrait ouvrir son établissement, il engagerait sans tarder ses amis et leur filerai un salaire conséquent mais ça il le gardait pour lui, c'était une possibilité de son avenir ici à New Way mais pour l'instant inutile de dire que cela ne pouvait être réalisable. Qui voudrait autoriser un merdeux comme lui à ouvrit un night club, surtout que celui de la ville qui existait déjà était très connu. Non Cameron devait attendre, pour se faire des relations et petit à petit ruiner la réputation du night club et finir par ouvrir le sien. Mais il ferait tout ça le jour où les soldats partiront.
Il faillit se lever et coller une trempe au proprio du bar lorsqu'il râla pour 10$, certes Cameron n'avait jamais eu de problèmes avec l'argent mais bon 10$ qu'est-ce que c'est. Surtout pour ce porcin qui n'en foutait pas une. Il avait voulu le balancer au service des prud'hommes parce qu'il sous-payait ses employés mais étant donné qu'Alex travaillait là, il ne pouvait pas la faire finir au chômage par pur vengeance. Et quand Jack vint aussi y gagner sa croûte, Cameron détesta devoir laisser ce pourceau libre… sans ennui à tyranniser ses amis. Mais le jour où plus aucun de ses mais travaille, Stanley aura des surprises de Cameron.
Enfin la délivrance arriva lorsque Jack et Alex se dirigèrent vers la sortie, Cam fit de même pour ne plus à se retenir de vomir en écoutant la voix de l'autre crochu.

Une fois dehors, il expira à fond et inspira aussi longuement créent une buée au niveau de ses narines mais rien n'était meilleur que ces petits moments de soulagement. Il écouta Jack demander à Alex si elle voulait toujours être raccompagnée ou qu'elle voulait tenter d'y aller seule.

"On te ramène Alex, y a pas poser la question Jack. On la ramène point!"

Le petit rebelle tenait à ce que son amie rentre chez elle sans un seul bleu. Même s'il avait parlé sur un ton un peu sec, c'était parce qu'il avait peur qu'il arrive quelque chose à Alex, la connaissant elle se serait sentie de faire la route seule et on n'était pas à l'abri du retour des trois guérilleros. C'était dans ses moments que Cameron pouvait être autoritaire, quand il avait peur, plus que tout il suivrait la voie qui assurera aux siens protections, même si lui doit pâtir de quelque chose. Dans ces moments, sa petite personne n'avait plus d'importance, seul comptait la sécurité de sa famille de cœur.
Surpris par la soudaine obscurité du au réverbère en panne, il leva la tête et dit sur son ton colérique, quand tout va mal :

"Putain de ville! Même les lumières peuvent se barrer! Je vous jure que si ça continue c'est moi qui fait péter la cité!"

Mais oui Gavroche, tout le monde y a cru. Ce révolutionnaire dans l'âme n'avait pas eu l'occasion de faire parler de lui au niveau judiciaire car tout bon rebelle devait au moins une fois faire un séjour en cabane, histoire de marquer le coup sur ses revendications. Cameron était un rebelle dans l'âme mais moins dans l'acte. Quoique comme ça c'était produit plus tôt dans la soirée, il pouvait aussi passer à l'acte.
Suite à l'obscurité qui les entoura, Jack proposa de partir et il s'éloigna. Alors qu'il allait démarrer sa marche, quelque chose lui fit tourner le visage. La lumière du réverbère était revenue.

"Ville pourrie! Je te maudits!!"

Cria-t-il au lampadaire qui avec toute la bonne volonté du monde ne lui répondra jamais. Il se saisit d'une caillasse par terre et le jeta sur la colonne en métal du réverbère afin de soulager son stress, sa colère et sa frustration. Il recommença son acte purement débile mais tellement thérapeutique quand on est sous pression. Il évacuait sa rage comme il pouvait vu que devant ses amis il essayé de se contenir pour eux et surtout pour ne pas qu'ils se fassent de sushi vis-à-vis de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Mayers
Admin
avatar

Nombre de messages : 1259
Age : 32
<b>Age</b> : 20 ans
<b>Occupation</b> : serveuse dans un bar miteux / etudiante en journalisme
<b>Pouvoir</b> : régénération cellulaire
Date d'inscription : 17/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: toujours bonne (en apparence)
Pensée du Moment: vivement que ces foutus scientifiques de m**de foutent le camps de notre ville
Relations:

MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   Mar 22 Juil - 16:49

Alexandra ne suivit rien au discours qui se poursuivait entre Super-Jack et Abruti-d'patron. Non, elle était finalement allez dans le petit local tout pourri qui était à leur disposition pour aller poser leurs affaires, n'aimant pas vraiment les laisser sur le porte manteau vu les conneries qu'elle faisait à la seconde. Alex avait beau être un peu folle dans sa tête, elle ne l'était pas assez pour sortir dehors, en plein fin novembre, avec juste le heut qu'elle portait sur le dos -remarquer que là, ce n'est qu'une expression, vu qu'il s'agit en réalité d'un dos nu-. Bref, sa fidele petite veste serrée en suir noir sur le dos, elle sortit de la pièce au moment ou les garçons trouvaient la porte de sortie. Marrant, comme ce genre d'endroit est facile à trouver quand on veux partir d'un endroit. Au moment ou elle arriva dehors, elle pu capter la phrase de Jack qui lui demandait si elle voulait être raccompagnée ou pas. Finalement, trop téméraire, elle haussa les épaules.

"No.." commença t-elle.

Mais ALex fut soudainement coupée par Cameron, qui lui ne laissait pas le choix. "On la ramene point !" Dernière phrase assez explicite pour pas avoir à repondre à ce genre de chose. Et dans le fond, même si elle ne l'avouait pas, elle était surement bien contente de se faire raccompagner. Non seulement, elle passerait un peu plus de temps avec eux, mais en en plus elle serait proteger si des types revenaient reclamer vengeance. Bien que, soyons honnete, elle doutait d'une riposte... En tout cas pas ce soir.

Le lampadaire qui soutaniat Jack, qui avait carrement l'air mort, se mit a vacillé doucement avant de s'éteindre carrement. Cameron jugea qu'il était bon d'un vouloir à la terre entière à ce moment bien précis. Il semblait trouver lamentable que même les lumières de cette ville puissent se faire la malle, alors que eux étaient coincés ici, cernés par une bande de militaire qui donnait envie de les baffer. Jack, soudainement vivant comme si il venait de se lever - a quelques points près- declara qu'il était temps d'y aller. Alex hocha la tete en refermant sa veste, montant la fermeture jusqu'au cou. Et emboita le pas de Jack qui avait deja commencer à avancer.

Ce qu fit qu'elle s'arreta après quelque metres, c'ets la voix de Cameron qui hurlait le fait qu'il maudissait cette ville. La jeune femme se tourna un peu perplexe et vit son ami se dechainer à lancer des truc sur le lampadaire qui s'était rallumé. La seule réaction qu'elle pu avoir à ce moment précis, fut de laisser echapper un rire franc. A croire que même les lumières de cette ville avait decider de se payer la tronche de Woods, qui lui ne semblait pas trouver ça très drole.


" Hey Woods, tu vois pas qu'il te nargue ce lampadaire, lui donne pas raison en le matraitant !"

Elle secoua la tete amusé. Se trouvant à quelques metre de Cameron, elle se décida à courir dans sa direction et sans prévenir, elle lui sauta sur le dos. Bon, elle faisait cela assez souvent à tout le monde, pour ne pas le faire tomber, maitrisant peu à peu cet art delicat. Et une fois sur son dos, elle passa une main dans les cheveux de son ami afin de le decoiffer au plus haut point. Quand on se la joue playboy et qu'on tient à sa coiffure de cheveux, se faire martyriser à ce point par une petite blonde pas plus haute que trois pommes, on en oubliait vite sa haine envers le lampadaire. En tout cas, ALex semblait trouver ça marrant. Et pendant qu'elle s'acharnait à detruire sa coiffure de cheveux, elle lui glissa doucement à l'oreille.

"Tu devrais laisser ce poteau, avant que Papa-Jack se mette en boule et nous oblige à rentrer en rang par deux comme des gamins."

Sur ce, elle sauta à nouveau au sol et rajusta sa veste qui était legerement remonté dans son action d'attaque. Puis elle alla rejoindre Jack d'un pas un peu rapide. Y a deux minutes il avait l'air fatigué, et même si c'était moins le cas maintenant, elle preferait pas trop le faire attendre. Deja qu'elle culpabilisait de prendre de leur temps juste pour etre raccompagnée, si en plus elle se mettait à trainer en chemin, il le prendrait peut etre pas super bien. Mais bon, elle passa devant Jack, comme si de rien était et balança sans la moindre gène.

"Piouff, bin alors on y va ? Qu'est ce que tu peu trainer quand tu t'y met !"

L'hopital qui se fou de la charité. Mais en même temps, c'était monnaie courant dans ce groupe d'amis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-way.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bar pourri... Travail pourri [Clos]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bar pourri... Travail pourri [Clos]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» JOYEUX ANNIVERSAIRE RADIS POURRI !
» Je croyais qu'on était pourri jusqu'à la moelle. | Jay ?
» sos petits caniches toys doivent etre euthanasiés !!! HELP !
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Le site web le plus moche de ces 10 dernières années

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW WAY :: New Way :: Les Rues :: Bars-
Sauter vers: