NEW WAY

Une ville mise sous quarantaine où des personnes se découvrent des pouvoirs.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On s'apitoie sur son sort [fini / verrouillé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ian Parker
$uLphUr0u$ Pyr0

avatar

Nombre de messages : 27
<b>Age</b> : 26
<b>Occupation</b> : Ian ne travaille plus depuis le décès de sa Tante. Actuellement chômeur qui cherche un nouvel emploie ? Peut-être.
<b>Pouvoir</b> : --- Pyrokinésie ---
Date d'inscription : 23/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Complètement paumé.
Pensée du Moment: Que m'arrive t-il ? Que dois je faire ? Etais-je le seul dehors ?
Relations:

MessageSujet: On s'apitoie sur son sort [fini / verrouillé]   Jeu 24 Juil - 17:18

    Il y parfois des journées, on vous ferait mieux de rester couchée, plutôt que de vous lever. Ses journées là, en principe, sont remplies de mauvaises surprises, mauvaises nouvelles, enfin, rien de bien glorieux. Ses journées là, vous vous maudissez, ou vous maudissez tout le monde. Sans raisons apparentes la plupart du temps. Mais quelques fois, il y a des raisons qui justifie un tel comportement de votre part. Un licenciement abusif ? Une rupture amoureuse ? La perte d'un animal de compagnie ? Dans le cas d'Ian Parker, c'était plutôt le décès de sa Tante qui était la conséquence d'un tel mauvaise humeur. C'était cette femme qui l'avait élevée à la mort de ses parents, alors que notre brun ténébreux avait tout juste 10 ans. C'est dire l'intérêt qu'elle avait aux yeux d'Ian. 16 ans plus tard, elle l'avait quittée soudainement, arrachée en plein amour de la vie, un infarctus violent. Ni elle, ni lui, ne s'y était préparé. Elle semblait en bonne santé, Ian était heureux, un petit job sympa, une maison conventionnelle mais agréable, ou il y régnait un esprit de famille qui vous faisait chaud au cœur. Tout s'était écroulé en quelques petites et légères secondes.

    Non seulement, il se retrouvait seul, mais il avait en plus démissionné de son job. Ce n'est pas un drame en soi, la fortune de sa tante étant relativement assez élevée. Apprenant au passage, que son oncle, qu'il détestait tant, pour sa violence et son alcoolisme aiguë, avait décédée d'un cancer. Mais dans ce schéma, très peu festif, c'était inévitablement la présence de cette mère de cœur qui lui manquait tant. Comme si une partie de lui s'était en allé avec elle. Ne sachant aujourd'hui pas comment rebondir, pour la deuxième fois, Ian se rendit dans ce fameux bar, ou jadis, il se rendit ivre en enfilant les verres de vodka cul sec. Ce même bar qu'il quitta raide, avant de s'endormir dans une vieille baraque et de se reveiller face à une ville vide de tout habitant, mise en "quarantaine". Là, ou alors il s'était réfugié chez lui, seul, et y resta pendant de nombreux jours.

    "Libre" aujourd'hui, Ian n'avait aucune idée de ce qu'il pouvait faire, c'est pourquoi il s'était dirigé vers ce bar pour s'enfiler quelques verres, griller quelques clopes, et ressasser ainsi cette disparition, d'on le deuil serait difficile à faire. Ne se doutant pas, qu'intérieurement, il bouillonnait et que son avenir était sur le point d'être radicalement différent de ce à quoi, il s'était préparé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://halleberryforum.cinebb.com/
Joe Kenter
the punk are not dead
avatar

Nombre de messages : 77
Age : 27
<b>Age</b> : 20
<b>Occupation</b> : mécanicen/étudiant
<b>Pouvoir</b> : cryokinésie
Date d'inscription : 23/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: mausade
Pensée du Moment: que c'est il passé?
Relations:

MessageSujet: Re: On s'apitoie sur son sort [fini / verrouillé]   Jeu 24 Juil - 23:53

Joe traînait dans les rues de New Way cela faisait longtemps qu'il rêvait ce pouvoir quitter sa chambre ou bien le garage. Son oncle avait veillé sur lui depuis sa plus tendre enfance. Il avait veillé a ce qu'il arrêt la drogue et le maintenir dans le droit chemin mais depuis le départ de son oncle les choses étaient différentes. Il était seul, cette solitude ne le dérangeait pas le moins du monde mais. Il avait beaucoup de moment à lui où il ne faisait rien. Il avait pu apprendre à cuisiner à jouer du violon mais. Maintenant il ne savait plus quoi faire. Alors, il était parti à la découverte de New Way, il visitait la ville depuis déjà quelques heures. Il avait découvert des endroits qu'il ne soupçonnait pas exister dans cette petite ville. Le parc était magnifique, Joe aurait pu rester là pendant plusieurs heures mais, trop de personnes qui ne le connaissait pas faisait des remarques à hautes voix sur la tenu vestimentaire de ce dernier. Il devait visiblement être le seul personne à porter ce style de vêtement et cela devait gêner les autres personnes. C'est alors qu'il avait découvert ce bars, le bars en lui-même ressembler au autres mais il y avait quelque chose de spécial, il dégageait quelque chose qui lui plaisait. Après quelque minute il entra dans ce magasin qui empestait l'alcool.

Joe marchait en direction du comptoir, il y avait beaucoup de personne mais il fit attention à une personne qui était sur le bar. Il portait des vêtements originaux et se démarquer des autres, mais Joe ne fit plus attention à ce dernier quand il vu le barman. Il s'assit à un mètre de l'homme. Le barman regardait le jeune homme d'un regarda méfiant.

Bonjour...Qu'est-ce que je vous sers ?

L'homme était en train de nettoyer avec sa main à l'aide d'un torchon blanc le verre qu'un client venait d'utilisait il y a quelque minute. L'homme lançait des regards qui ne voulaient pas que du bien à Joe.

Je voudrais un jet,merci.

Joe sortit l'argent nécessaire pour pouvoir payer ce verre. L'homme lui servit le verre, il le fit avec une doigtée qui laissait penser qu'il avait fait ça depuis qu'il était en âge de travailler. Il regardait le verre, il devait bien contenir 50centilitre.


Être, ou ne pas être, telle est la question.

Y a-t-il plus de noblesse d'âme à subir

La fronde et les flèches de la fortune outrageante,


Soudain Joe but le verre d'une seule traite, il posa le verre tout en délicatesse. Le barman le regardait d'un regard bizzare mais Joe ce moquait éperdument du regard de cet étranger.

Ou bien à s'armer contre une mer de douleurs

Et à l'arrêter par une révolte ?


Joe resta assit en face de son verre vide, son regard perdu dans le vide, ce qu'il a dit lui fit remonter des sentiments du jour de l'alerte et il se posait toujours des questions mais il n'y avait qu'un flot de question incalculable mais il n'y avait aucune réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Parker
$uLphUr0u$ Pyr0

avatar

Nombre de messages : 27
<b>Age</b> : 26
<b>Occupation</b> : Ian ne travaille plus depuis le décès de sa Tante. Actuellement chômeur qui cherche un nouvel emploie ? Peut-être.
<b>Pouvoir</b> : --- Pyrokinésie ---
Date d'inscription : 23/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Complètement paumé.
Pensée du Moment: Que m'arrive t-il ? Que dois je faire ? Etais-je le seul dehors ?
Relations:

MessageSujet: Re: On s'apitoie sur son sort [fini / verrouillé]   Ven 25 Juil - 14:42

    Faut dire qu’en effet, Ian aurait pu choisir mieux comme bar. Il avait sans doute du aller à celui qui sentait le plus l’alcool, l’odeur de cigarette froide, la sueur des grands ivrognes qui y passaient leurs journées. A vrai dire, notre brun ténébreux ne comprenait pas vraiment pourquoi il s’y sentait bien. Sans doute le fait qu’il se sentait lui-même « souillé » de l’intérieur depuis les récents évènements. Non seulement, il avait l’impression d’être un parias que tout le monde dévisageait du regard, comme si c’était marqué sur son front qu’il n’avait été dans aucun abris le 13 octobre dernier, mais la mort de sa Tante, mère de substitution, celle qui l’avait élevé à la mort de ses parents, ne faisaient qu’accroître ce sentiment de mise à l’écart qui ressentait. Alors oui, il avait envie, à nouveau de se prendre une grosse cuite. Ce n’était pas vraiment l’heure, en pleine après midi, ultra chaude, température énormément élevée, bien que sans comprendre pourquoi Ian ne ressentait pas vraiment ce sentiment d’étouffement que vous avez quand le temps se fait lourd …

    A l’arrivée d’un jeune homme, au physique atypique d’un rockeur, Ian se contenta de balancer un léger sourire, qui servirait de salutations distinguées. Fin observateur, du coin de l’œil, Ian observa le jeune homme s’asseoir à quelques mètres de lui, commanda un verre et l’enfilant cul sec. Il avait cet aura … Vous savez, cet fameuse aura qui fait que quand quelqu’un rentre dans une pièce, vous êtes sensiblement obligé de le regarder. Non pas pour le dévisager ou le juger, mais simplement, on dira pour « admirer ». Le jeune homme était loin de ressemblait à la majorité des habitants de cette, autrefois, précisions le, petite ville tranquille qu’était New Way. C’est comme si lui aussi, avait marqué sur son front « Je ne suis pas comme vous. » C’est pourquoi, sans encore le connaître, le jeune homme avait le mérite d’avoir la sympathie d’Ian.

    Levant son verre, en direction du rockeur comme pour fêter quelque chose, d’une voix franchouillarde et nonchalante : Santé l’ami ! Ok ca faisait un peu « pantouillard », mais bon, on va dire que les deux précédents verres de Vodka commençaient déjà à faire leurs petits effets. Il n’était pas ivre, juste joyeux. Comme si la raison l’emportait, Ian songea alors à se contenter de ce dernier verre qui lui restait, profitant de l’occasion de faire connaissance avec quelqu’un, qui lui semblait (enfin !!!) intéressant ! Et des non moins mignons ! En bon et due forme, Ian se présenta alors : Ian Parker, enchanté de faire votre connaissance, M’sieur ? Petite question simpliste pour aborder un inconnu …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://halleberryforum.cinebb.com/
Joe Kenter
the punk are not dead
avatar

Nombre de messages : 77
Age : 27
<b>Age</b> : 20
<b>Occupation</b> : mécanicen/étudiant
<b>Pouvoir</b> : cryokinésie
Date d'inscription : 23/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: mausade
Pensée du Moment: que c'est il passé?
Relations:

MessageSujet: Re: On s'apitoie sur son sort [fini / verrouillé]   Ven 25 Juil - 20:39

Joe était assit sur le bar. Il était toujours perdu dans ses pensées, il voulait savoir ce qu'il c'était passé durant cette explosion. Peut-être que cela avait changé quelque chose, mais quoi ?! Il ne savait pas et il ne comprenait toujours pas pourquoi l'armée était dans la ville. Si elle était dans la ville c'est que la bombe devait avoir un effet. Mais qui aurait pu lancer cette chose, des terroristes, des Américains ou bien des anciens agents KGB . Joe était perdu dans son raisonnement. Il ne devait pas être le seul à être resté dehors, d'après des probabilités ils devraient obligatoirement avoir des personnes qui étaient dehors et qui sont eux aussi tomber dans le coma. Mais ce n'était que des suppositions. Depuis ce jour, il avait passé toutes ses journées à se poser ces questions sans jamais trouver de réponses. Dans cette ville, peut-être il y avait il des gens qui auraient des réponses à ses questions. Mais le destin n'était pas favorable à sa requête et il était dans le brouillard complet et seul.

Pendant ce temps Joe avait commandé un autre verre mais cette fois si de Rhum, le barman avec autant de dextérité qu'avec le premier verre. Ses mains marquaient par le temps ne laissait paraître aucun trouble le barman aurait même pu le faire les yeux fermés. Joe s'extasiait à voir cette artiste à l'œuvre, il ne pouvait cesser d'admirer la dextérité de ses mains ainsi que les mouvements que ce dernier reflétait une élégance recherché. Le barman lui servit son rhume et la personne qui était à quelque de mettre de lui sa rapprocha de lui.

Santé l'ami !

L'homme but cul sec le verre et le posa sur le comptoir, Joe le suivit et bu son rhum cul sec. Celui-ci était plus fort que prévus et Joe dut fermer son point très fort pour ne pas tousser devant tout le monde et se faire remarquer. L'homme en lui-même émanait un sourire radieux peut être ou bien l'alcool qui avait fait ses effets sur le jeune homme. Joe paraissait perplexe, d'après la tenu ou bien encore son physique, il devait appartenir à la classe brancher de New Way, alors que Joe lui était habitué depuis sa plus tendre enfance à appartenir aux exclus. Il ne comprenait pas pourquoi une personne comme lui venait lui adresser la parole. Peut-être cela était une blague de mauvais goût mais cette personne dégageait quelque chose qui ne savait pas quoi. Puis soudain l'homme

Ian Parker, enchanté de faire votre connaissance, M'sieur ?

Joe fut surpris par le M'sieur et il rigola à la fin de la phrase, il n'avait que la vingtaine et c'était bien la première qu'on l'appelait comme ça. Joe se tira ses cheveux à l'aide de sa main droite puis il regarda l'homme qui se dénommer Ian Parker.


M'sieur ? Je m'appelle Joe kenter évite le M'sieur on dirait que tu parles à un vieux de quarante ans

Joe regardait Ian parker et il attendait sa réaction d'un air critique. Si jamais la réponse ne paraissait pas authentique alors peut être la blague de mauvais gout était d'actualité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Parker
$uLphUr0u$ Pyr0

avatar

Nombre de messages : 27
<b>Age</b> : 26
<b>Occupation</b> : Ian ne travaille plus depuis le décès de sa Tante. Actuellement chômeur qui cherche un nouvel emploie ? Peut-être.
<b>Pouvoir</b> : --- Pyrokinésie ---
Date d'inscription : 23/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Complètement paumé.
Pensée du Moment: Que m'arrive t-il ? Que dois je faire ? Etais-je le seul dehors ?
Relations:

MessageSujet: Re: On s'apitoie sur son sort [fini / verrouillé]   Dim 27 Juil - 19:20

    Loin de penser à ce qui le tracassait ces derniers temps, depuis le 13 octobre exactement, Ian profitait de l’occasion, de cette nouvelle rencontre, pour se changer les idées, et surtout oublier. Tout. Tout, absolument tout, oui ! Ian voulait, un seul instant, arrêter de penser à sa Tante, son doux visage, son parfum, ses cheveux d’or, sa générosité, sa gentillesse absolue… Il essayait également de faire sortir toutes ses multiples questions qui le taraudaient concernant cette fatidique journée du 13. Que s’était il passé exactement ? Etait il le seul dehors ? Pourquoi ne fallait il absolument pas être dehors ? Que pouvons nous risquer ? Ai-je déjà quelque chose ? Suis-je différent ? Suis-je toujours Ian ?

    Ok, il commençait à y avoir un peu trop de questions, d’où le besoin vital de clore le chapitre boisson par un dernier cul sec, faisant signe au barman que le troisième, était bel et bien le dernier, celui-ci, d’ailleurs, vint à lui verser un bon verre d’eau plate et froid ! Rien de mieux pour vous raviver les esprits un instant et clore les premières vapeurs de l’alcool. Goûtant du bout des lèvres son verre d’eau, comme si l’eau était un péchés (^^), Ian revint poser son regard sur « Joe Kenter », enfin un nom sur ce visage ! Sur cette personne qui, sans raisons apparentes, intriguait Ian, une question de karma ? Mouais … non ! A vrai dire, Ian n’était pas assez branché spiritualité et compagnie … Alors pourquoi lui ? Sans doute pour sa « différence » qui affichait une personnalité haute en couleur, le genre de personne qui ne peuvent qu’intéresser notre brun ténébreux. Ne supportant pas la superficialité des gens, aimant les petites choses qui font que vous êtes différents, que vous êtes quelqu’un, une personne, celui ou celle qui ne se fond pas dans la masse …

    Apparemment, l’appellation « M’sieur », était en effet mal vue. Joe devait avoir approximativement le même âge qu’Ian. Si faut plus, ou voir un peu moins, mais la vingtaine était bien entamé pour les deux, c’était sûr. Bref, Ian sourit alors, lâchant un petit rire léger à la remarque de Kenter.

    Oh tu sais Joe … Permet moi de te tutoyer, hein ! Faisons comme si l’on se connaissais, c’est une manière comme une autre d’aborder une personne … Ian finis son verre cul sec, venant de réaliser, pour la deuxième fois, que ce n’était qu’un verre d’eau, il afficha d’ailleurs une mine de déception, mais du se résoudre à l’idée qu’aujourd’hui, il ne serait pas ivre. Il en crevait d’envie, mais ne voulait pas se l’autoriser. Par peur de dire certaines choses qu’il serait susceptible de regretter. Certaines choses qui concerneraient automatiquement, le 13 octobre … Bref, il était temps de lancer une conversation … Faut s’occuper, faire connaissances quand même ?

    C’est quand même incroyable qu’ils ne nous fichent pas la paix !

    Balança alors instinctivement Ian, lorsqu’un « militaire » passa devant la vitrine du bar … Bon il ne s’en voulait pas de l’avoir dit, mais peut être que ce Joe Kenter ne serait pas du même avis ….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://halleberryforum.cinebb.com/
Joe Kenter
the punk are not dead
avatar

Nombre de messages : 77
Age : 27
<b>Age</b> : 20
<b>Occupation</b> : mécanicen/étudiant
<b>Pouvoir</b> : cryokinésie
Date d'inscription : 23/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: mausade
Pensée du Moment: que c'est il passé?
Relations:

MessageSujet: Re: On s'apitoie sur son sort [fini / verrouillé]   Dim 27 Juil - 21:36

Joe était dans ce bar qui sentait l'alcool rien que lorsqu'on osait pénétrait dans ce lieu où un bonheur d'ivresse attendait les habitués et piégeait les âmes innocentes à la rechercher d'un endroit accueilant. Joe n'avait pas fait attention au départ mais ce lieux puait le brûler, il avait mis un certain temps due au faite que ses narines étaient bouchées. Après quelque minute l'odeur commençait à peser pour Joe. Il avait la tête qui tournait sans doute l'effet de l'alcool et le fait qu'il devait sentir cette odeur puante qui lui rappelait cet après-midi. Il n'avait pas de souvenir fixe mais les grands-parents l'avaient mené sur les lieux de l'accident de ses parents et il y avait une odeur noirâtre de brûler. Cette odeur empestait sur des dizaines de mètres, depuis ce jour cette odeur était resté dans le nez. Il ne pouvait pas la supporter mais il ne pouvait pas partir comme ça se serait mal poli vis-à-vis de Ian Parker. Il faisait le maximum pour paraître normale. Cette odeur avait attristé la mine de Joe Kenter qui but son dernier verre de tequila avant d'entendre Ian Parker lui dire.

Oh tu sais Joe ... Permet moi de te tutoyer, hein ! Faisons comme si l'on se connaissais, c'est une manière comme une autre d'aborder une personne ...

Joe décocha un léger sourire, ça faisait longtemps qu'il n'avait pas rigolé. C'était depuis le départ de son Oncle pour Phénix. Ce dernier lui racontait différentes histoires de ses quatre cent coups qu'il avait fait avec son père durant leur jeunesse. Cette fois s'il lui avait parlé d'effrayer un groupe qui était parti se promener ensemble et il avait un stratagème machiavélique pour leur faire croire qu'il s'agissait d'un fantôme ou de personne qui allait les agresser. Selon les dire de son oncle cela avait tellement bien marché qu'il avait reçut une décharge de plomb dans les fesses et que son père avait dû l'amener a l'hôpital et inventer une explication cohérente avec ses parents. Avec un grand sourire pour une fois il lui lança

Ian rassure moi tu es pas gay? Parce que je commence un peu à me méfier.

Joe espérait qu'il n'avait pas lancé une blague de mauvais goût comme il avait si bien l'habitude. C'était une raison pour lequel il n'était jamais arrivé à se faire de réel ami, il n'arrivait pas à avoir de contact humain sans passer pour un crétin de premier zone ou une personne à problème mentaux. Il lisait beaucoup et pourtant il avait appris que ces personnes qui étaient seulement axés sur les apparences physiques n'étaient pas des amis. Cela voulez-t-il dire que Joe n'avait jamais rencontré de personne qui pourrait devenir son ami ? Il ne le savait pas et s'en moquait éperdument, il cherchait juste à passer un bon moment et pour le moment tous se passer bien. Soudain un militaire passa devant la vitre du magasin. Soudain Ian Parker d'un seul homme commença à criait à l'unisson

C'est quand même incroyable qu'ils ne nous fichent pas la paix !



On pouvait penser qu'il était bourré mais Joe même si il pensait la même chose n'aimait pas qu'il crie comme ça. Petit à petit tous les ivrgones, alcooliques qui étaient dans le bars commençairent à se retournaient vers eux. Ils les regardaient comme si c'était des monstres, des assassins, des criminels rechercher. Joe n'aimait pas ça, il essayait de ne pas les regarder, mais ces regards-là, ils les connaissaient c'était ceux d'une foule près à en venir aux points à la première occasions. Joe n'aimait pas trop ça. A peine deux jours dehors qu'il allait peut-être déjà avoir des problèmes. Mais pour une fois Joe laissa sa peur de coter et s'adressa à Ian


Sur ceux points on est d'accord. Depuis l'incident ils rongent la ville à la recherche de problème suite à la bombe. Je vais changer d'air je commence à plus supporter l'odeur, tu ne connaitrais pas un coin sympa par hasard ?

Pendant que Joe parlait il s'était déjà levé et il avait payé ce qu'il devait au Barman qui lui lançait des éclairs pour ce qu'il venait de dire. Une idée saugrenue est-il possible que cette personne soit rester dehors ? non c'était pas possible, il fallait mieux éviter le sujet, si jamais il travaillait pour l'armée il allait devoir fuir New Way et vu la situation actuel ce n'était pas chose facile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ian Parker
$uLphUr0u$ Pyr0

avatar

Nombre de messages : 27
<b>Age</b> : 26
<b>Occupation</b> : Ian ne travaille plus depuis le décès de sa Tante. Actuellement chômeur qui cherche un nouvel emploie ? Peut-être.
<b>Pouvoir</b> : --- Pyrokinésie ---
Date d'inscription : 23/07/2008

~~ Perso ~~
Humeur: Complètement paumé.
Pensée du Moment: Que m'arrive t-il ? Que dois je faire ? Etais-je le seul dehors ?
Relations:

MessageSujet: Re: On s'apitoie sur son sort [fini / verrouillé]   Lun 28 Juil - 21:47

    Joe eut la mine plus grise, moins légère, comme si la phrase concernant les militaires ne lui plaisaient pas. Après tout, chacun son opinion. Mais le fait d’imaginer un seul instant, que quelqu’un comme Joe, d’apparence si « unique », « intéressant » et « intelligent » puisse être l’un de ses boulets de commères qui racontent des conneries sur tout et tout le monde depuis le 13 octobre, cette idée donc, serait déplorable. Peut être y’avait il une autre raison ? Mais Ian, dans l’état actuel, pas ivre, mais joyeux dirons nous, sous l’emprise de ses quelques verres, cherchait donc au plus simple ! Si faut, c’était un de ceux qui étaient pour les militaires au sein de la ville ! Alors que depuis leur arrivée, il fallait le dire, New Way était devenue un effroyable bordel ! Tout le monde se soupçonnait, se dévisageait, se croisait d’un regard noir, ou inquiet.

    Comme si, les gens restaient dehors, avaient développés la peste ! Ian lui, ne se sentait pas différent. Juste complètement à coté de la plaque depuis la mort de sa Tante, et complètement ébouillanté par tout ce qu’il se passait. Pour lui, du moins, c’était le décès de sa Tante qui lui montait au crâne ! Il n’avait rien ! Il voulait s’en persuader lui-même, mais il ne se sentait pas différent ! Peut être que le problème était plus génétique ? Ou dans le sang ? Enfin, ça, ce n’était pas son domaine, il n’en savait rien ! Bref, notre brun ténébreux revint poser son attention sur Joe lorsque celui-ci lui demanda s’il était gay ! A l’entendre, cela serait plutôt une tare ! Génial ! Ian éclaircit donc la situation très rapidement …

    Je ne suis pas gay. Et même si je l’étais, ce n’est en rien une maladie. J’espère que t’as rien contre … Faut être ouvert d’esprit.

    Ok, Ian était bi, mais pas gay. Il ne mentait pas. Il n’avait juste pas vraiment besoin de le souligner dans ce bar moisi, face à cette horde d’hommes bourrés qui étaient à deux doigts de se jeter sur lui, lorsqu’il avait eu la malencontreuse mauvaise idée, d’hurler sur les militaires qui passaient, bien qu’ils n’aient rien entendus étant de l’autre coté de la vitrine. Ce qui était en train d’exaspérer Ian, hormis l’odeur qui commençait à lui chatouiller les narines également, était cette mauvaise foie dont les habitants faisaient preuve ! Comme si, ils étaient heureux que des militaires aient débarqués dans la ville tranquille, et foutent désormais un bordel nucléaire dés leurs apparitions ! Interrogatoires, contrôle d’identité… c’était presque une rude épreuve de sortir sans se faire arrêter par l’un d’eux.

    Ian se retourna donc vers les mecs, les regardant d’un œil suspicieux, avant de passer à de l’arrogance naturelle, qu’il dégageait sans le vouloir. Il se contenta de pouffer légèrement de rire, avant de lâcher une petite phrase … « Comme si vous étiez heureux qu’ils empiètent sur votre quotidien tranquille. Ne vous leurrez pas. Bonne soirée sur ce !» C’était dit ! Ian suivit alors Joe à l’extérieur du bar, voulant continuer à discuter, sans savoir toujours, pourquoi lui et pas un autre. C’était comme ça, il ne chercherait pas d’autres explications possibles. Les hommes, à qui Ian venait de parler, quant à eux, étaient assis, bouche bée par ce qu’il venait de leur balancer, et semblait acquiescé en silence, se rendant peut être compte que le jeune homme n’avait pas tort… Qui sais ? Au passage, Ian sourit à Joe, lançant un « T’as raison ! » concernant les militaires. Soulagé de voir qu’ils partageaient tout deux le même avis sur le sujet …


HJ : Je te laisse crée la suite du sujet, ou tu le sens Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://halleberryforum.cinebb.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On s'apitoie sur son sort [fini / verrouillé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
On s'apitoie sur son sort [fini / verrouillé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1.25 sorties le 23/09 modification et sort revus definitif
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW WAY :: New Way :: Les Rues :: Bars-
Sauter vers: